Pirelli n'a pas reçu de requête pour changer les pneus F1

Pirelli n'a reçu aucune requête pour modifier ses pneus de Formule 1 en dépit des suggestions selon lesquelles il faudrait revenir à la spécification de l'année dernière pour mettre fin à la domination de Mercedes en 2019.

Pirelli n'a pas reçu de requête pour changer les pneus F1

Pirelli a généralisé en 2019 les pneus à bande de roulement moins épaisse de 0,4 mm par rapport aux pneus normaux 2018 (utilisés sur 18 des 21 GP l'an passé). Ce choix a en partie été fait par le manufacturier italien pour réduire le phénomène de surchauffe de la surface qui entraîne alors du blistering (cloquage) et présente des risques sur le plan de la sécurité en ce qu'il porte atteinte à l'intégrité des pneus. 

Cependant, après un début de saison globalement dominé par Mercedes, les critiques sur ces nouveaux pneus ont atteint un autre niveau de la part d'écuries comme Ferrari ou Red Bull, certains réclamant ainsi le retour aux pneus 2018, qui n'avaient pourtant pas empêché l'écurie de Brackley de glaner les deux titres mondiaux avant même la dernière épreuve.

Lire aussi:

Sur le plan réglementaire, Pirelli ne peut modifier ses composés en cours de saison que s'il identifie un problème de sécurité. Tout changement sur les composés ou la construction en dehors de ce cas ne peut intervenir que si la FIA l'exige ou si 70% des écuries sont en faveur.

Toutefois, Motorsport.com a appris que Pirelli n'avait reçu aucune demande officielle pour procéder à un tel changement. "La manière de modifier la construction et le composé en cours de saison est très claire", a déclaré Mario Isola, directeur de la compétition de la firme italienne, à Motorsport.com. "Je n'ai reçu aucune requête officielle jusqu'ici. Si je reçois une requête motivée, nous la prendrons en compte. Nous prendrons en compte ce qu'il faut faire pour modifier les pneus, et nous en discuterons avec la FIA."

"Nous, Pirelli, nous pouvons modifier la construction ou le composé, la spécification du pneu, seulement pour des raisons de sécurité. Pour l'instant, il n'y a aucune inquiétude en termes de sécurité. Même si j'envoyais une requête à la FIA, honnêtement, je ne saurais pas quoi écrire car je ne peux pas motiver de changement pour la sécurité. Je ne peux pas. Il n'y a pas de problème de sécurité."

Pirelli estime que les objectifs fixés pour 2019, décidés conjointement avec la FIA, la F1 et les écuries, ont été globalement atteints. L'idée était donc, comme évoqué précédemment, de réduire la surchauffe et le cloquage mais également d'espacer la performance des gommes de façon plus égale et d'agrandir la fenêtre de fonctionnement. Le manufacturier a reconnu qu'il était sans doute possible de faire mieux sur ce dernier point.

La question de la fenêtre de fonctionnement dépend en effet d'une combinaison de facteurs liés à la performance aérodynamique et mécanique de la monoplace, à l'interaction du pneu avec la surface de piste et à l'énergie placée dans les gommes, la configuration de chaque circuit était un facteur clé.

Lire aussi :

Pour rappel, les dix écuries ont eu la possibilité d'essayer les pneus 2019 pour la première fois lors des tests menés à Abu Dhabi l'an passé. Elles avaient à disposition 20 trains pour effectuer une comparaison dans le cadre des derniers choix à faire entre les composés et les constructions.

Le choix technique au niveau de la bande de roulement moins épaisse avait déjà pu être testé par les écuries lors des GP d'Espagne, de France et de Grande-Bretagne 2018, car ces pistes avaient été resurfacées de la même façon et présentaient des risques plus importants de blistering. En dépit des performances de Mercedes à l'époque, puis des essais d'Abu Dhabi et des tests de pré-saison 2019, aucune inquiétude n'a alors été soulevée sur le comportement des pneus. 

On se souvient également qu'après s'être plaint des enveloppes à bande de roulement moins épaisse et de l'avantage supposé procuré aux Mercedes à Barcelone en 2018, Sebastian Vettel avait reconnu lors des essais qui avaient suivi, en effectuant lui-même la comparaison avec des pneus non modifiés, que Pirelli avait fait le bon choix.

Isola d'insister dans le même temps sur l'égalité de traitement qui est vitale pour la firme de Milan, en concluant : "La façon de concevoir la voiture, de générer de l'appui, de dessiner la suspension, c'est leur travail. Nous avons encore du travail à faire sur la fenêtre de fonctionnement, mais le gros du travail est fait et désormais c'est à eux de générer de l'énergie."

partages
commentaires
Pirelli a annoncé les pneus pour le Grand Prix de Russie
Article précédent

Pirelli a annoncé les pneus pour le Grand Prix de Russie

Article suivant

La F1 a besoin de stabilité pour ne pas refaire "les mêmes erreurs"

La F1 a besoin de stabilité pour ne pas refaire "les mêmes erreurs"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021