Contenu spécial
Dossier

Contenu spécial

Pourquoi les flasques de roue sont de retour en F1

Les changements apportés aux monoplaces de Formule 1 pour la saison 2022 sont considérables. En plus de l'introduction de nouveaux éléments, la discipline s'est aussi inspirée du passé puisqu'un design très populaire dans les années 2000 fait son grand retour.

Pourquoi les flasques de roue sont de retour en F1
Charger le lecteur audio

Parallèlement au retour du concept d'effet de sol, nous assistons cette année à la renaissance des flasques de roue en Formule 1. Selon les responsables du championnat, ces éléments aérodynamiques devraient permettre d'atténuer les turbulences créées par le pneumatique et la roue, et donc de permettre à un pilote de suivre plus facilement un concurrent dans les virages.

Les flasques qui seront utilisées en 2022 ne seront toutefois pas aussi complexes que celles du passé. Les équipes auront peu d'influence sur leur conception afin de ne pas nuire à l'intention première de la Formule 1. En attendant les premiers tours de roue, nous vous proposons de retracer l'histoire des flasques de roue afin de comprendre comment et pourquoi les équipes en sont venues à cette solution.

Le détail des jantes de la Ferrari 641 au GP d'Italie 1990

Le détail des jantes de la Ferrari 641 au GP d'Italie 1990

Les débuts des flasques sont en fait plus vieux qu'on ne le pense. Ferrari a été la première équipe à monter un tel élément sur sa monoplace, lors des qualifications du Grand Prix d'Italie 1990, pour réduire la traînée.

Le Cheval Cabré n'était pas en mesure d'utiliser ses flasques pour la course du lendemain car les freins, faits prisonniers par les flasques, auraient fini par casser en raison de leur surchauffe. Au-delà de la question de la température, un panneau rétractable recouvrait l'écrou, rallongeant ainsi le processus de changement de pneus.

Ferrari 248 F1 rear rims detail

Ferrari 248 F1 rear rims detail

Photo by: Giorgio Piola

Ferrari 248 F1 rims detail

Ferrari 248 F1 rims detail

Photo by: Giorgio Piola

Il aura fallu plus d'une décennie d'études pour revoir les flasques en catégorie reine. Sans surprise, Ferrari était encore précurseur, avec une légère différence cependant. Seul le train arrière de la 248 F1 était concerné avec un carénage sur le bord de la jante.

Comme c'est le cas avec les flasques de 2022, le carénage de Ferrari tournait avec la roue. Plus tard dans l'année, la solution imaginée à Maranello s'est transformée en une flasque recouvrant toute la jante à l'exception de la section centrale pour permettre aux mécaniciens d'accéder facilement à l'écrou lors des arrêts au stand.

Toyota TF106 rim detail

Toyota TF106 rim detail

Photo by: Giorgio Piola

Toro Rosso STR01 rim detail

Toro Rosso STR01 rim detail

Photo by: Giorgio Piola

Renault R27 side view Brazilian GP

Renault R27 side view Brazilian GP

Photo by: Giorgio Piola

Et dans le paddock, cela n'est pas passé inaperçu puisque Toyota et Toro Rosso (illustrations ci-dessus) ont dévoilé leur propre interprétation à Imola et à Silverstone, respectivement. Ayant premièrement protesté, Renault a finalement introduit ses flasques arrière en 2007, mais c'est Ferrari encore et toujours qui a récolté les plus gros gains aérodynamiques.

Au Grand Prix de Grande-Bretagne 2007, Ferrari arborait un élément beaucoup plus complexe puisqu'il était statique et donc ne tournait plus avec la roue. Pour l'écurie italienne, les possibilités en matière de redirection des flux d'air étaient énormes : avec la nouvelle flasque, l'air passait par le conduit de frein et, grâce à une ouverture près du pneu, influençait l'effet des turbulences de sillage.

Ferrari F2007 front rim detail

Ferrari F2007 front rim detail

Photo by: Giorgio Piola

Ferrari F2007 front rim detail

Ferrari F2007 front rim detail

Photo by: Giorgio Piola

Le système, complexe, incorporait plusieurs composants pour aider à rediriger le flux d'air interne, y compris une rangée d'aubes, tandis que l'axe, l'écrou de roue et le pistolet pneumatique étaient tous conçus sur mesure. La flasque n'était pas plate mais de forme convexe afin que les flux d'air passant à l'extérieur de la roue n'aient pas d'effet négatif sur la monoplace.

Ferrari n'a pas radicalement changé son approche en 2008 mais a tout de même ajouté une petite aube sur la section supérieure de la flasque pour mieux rediriger les flux d'air. En revanche, d'autres équipes se sont inspirées du Cheval Cabré et par conséquent, de nouvelles solutions sont apparues sur la grille.

Comparaison des flasques de la McLaren MP4-23

Comparaison des flasques de la McLaren MP4-23

La flasque de McLaren comportait une découpe dans la partie inférieure à l'avant. Un choix basé sur des exigences aérodynamiques différentes par rapport à celles de Ferrari. Les ingénieurs de Woking avaient également planché sur une variante comprenant un déflecteur pour aider à rediriger les flux d'air.

Flasque de la roue avant de la Honda RA108

Flasque de la roue avant de la Honda RA108

La solution de Honda comprenait une découpe inclinée vers l'arrière, comme Ferrari, même si celle-ci était plus grande. Il est intéressant de noter qu'il y avait également un petit déflecteur chevauchant le pneu sur la partie inférieure.

La BMW Sauber F1.08 vue de profil

La BMW Sauber F1.08 vue de profil

BMW Sauber a introduit sa version au Grand Prix de Monaco. Contrairement à McLaren, qui avait découpé vers l'avant, et Honda et Ferrari, qui avaient découpé vers l'arrière, la marque à l'hélice avait opté pour une encoche en plein milieu, toujours dans la partie inférieure.

Flasque arrière de la Toyota TF108

Flasque arrière de la Toyota TF108

Enfin, Toyota a fait évoluer son design en introduisant au Grand Prix d'Espagne une flasque en forme de ventilateur à l'arrière de la TF108.

Comment les flasques ont échappé à la révolution de 2009

Le nouveau Règlement Technique introduit en 2009 n'a pas immédiatement mis fin aux flasques de roue et, malgré la refonte aérodynamique globale, les équipes ont choisi de les utiliser comme moyen de modifier les turbulences de sillage.

Les règles les ont cependant obligées à optimiser leurs designs préexistants, et des versions encore plus complexes ont vu le jour... 

Les flasques de la Ferrari F60

Les flasques de la Ferrari F60

Chez Ferrari, la découpe a été déplacée vers l'avant tandis qu'un déflecteur a été ajouté sur la partie supérieure de la flasque.

Zoom sur la flasque de roue de la Brawn BGP 001

Zoom sur la flasque de roue de la Brawn BGP 001

Lorsque l'on pense aux flasques, la Brawn BGP001 est peut-être la voiture qui vient à l'esprit en premier. Il faut dire que sa décoration jaune fluo se démarquait véritablement lorsque les autres équipes avaient tendance à laisser leurs flasques couleur carbone ou à simplement reproduire le design de la jante se cachant en dessous.

À noter que la flasque avant de Force India ressemblait davantage à un déflecteur, et celle à l'arrière à un ventilateur similaire au design de Toyota vu la saison précédente.

 

 

La F1 a décidé de bannir les flasques à compter de la saison 2010 car non seulement elles avaient contribué à l'échec de l'augmentation du nombre de dépassements que le Règlement Technique de 2009 visait à accomplir mais elles incarnaient également une technologie couteuse, ce qui ne pouvait être ignoré lors d'une période où les équipes cherchaient à réduire leurs dépenses.

En outre, plusieurs défaillances et incidents lors d'arrêts au stand avaient pu être observés, les inquiétudes sur la sécurité scellant ainsi le sort des flasques.

Les détails de la jante de la Ferrari F10

Les détails de la jante de la Ferrari F10

Pourtant, malgré cette interdiction, Ferrari n'avait pas fini d'optimiser l'écoulement des flux d'air autour des roues avant. Même sans flasque, la Scuderia a trouvé un moyen d'ajuster la trajectoire des flux en 2010 en ajoutant une paire d'arceaux sur la jante de la Ferrari F10 (ci-dessus), ce que les autres équipes n'ont pas pu copier car les roues étaient des éléments homologués.

Avance rapide, onze ans plus tard : comme d'autres équipes de la grille, Mercedes a emmené un mulet aux essais d'après-saison d'Abu Dhabi pour tester les roues 18 pouces qui équiperont les monoplaces de 2022. Et ces pneus étaient munis des flasques que les équipes utiliseront à l'avenir. La forme bombée de ces flasques permet d'atténuer certaines perturbations aérodynamiques créées par la roue et le pneu et facilite la tâche des mécaniciens lors des arrêts au stand.

George Russell teste les roues 18 pouces et les flasques sur une Mercedes W10 modifiée

George Russell teste les roues 18 pouces et les flasques sur une Mercedes W10 modifiée

Lire aussi :
partages
commentaires

Alonso : Revenir en F1 quand je l'ai voulu est un "très grand luxe"

Albon : Red Bull a réduit la voilure sur 2022 dans la course au titre