Un vendredi difficile pour Toro Rosso

partages
Un vendredi difficile pour Toro Rosso
Par : Michaël Duforest
27 mars 2015 à 17:18

Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR10 bloque les roues au freinage
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso

Cinquième de la première séance d'essais du Grand Prix de Malaisie, Carlos Sainz devait se contenter de la 14e meilleure performance l'après-midi, ses relais étant compromis par un trafic particulièrement présent.

"La première séance s'est plutôt bien passée ce matin. La voiture était bien équilibrée et directement rapide. Dans l'après-midi, nous avons eu plus de problèmes, surtout avec le trafic, et je n'ai pas pu effectuer de tour rapide en pneus mediums, car je ne trouvais pas d'espace dans le trafic."

Le fils du Champion du Monde des rallyes reste optimiste quant à ses chances pour ce week-end, au vu des chronos réalisés lors du peu de roulage obtenu sans la gêne causée par le trafic. Les temps aux tours semblent bons, en comparaison du reste du peloton.

"Nous avons pu voir qu'avec du roulage sans être gênés, comme les autres, nous pouvions réaliser de bons chronos. Je suis assez calme et positif quant à notre position dans la meute pour l'instant."

Du côté de Phil Charles, l'ingénieur course principal de l'écurie Toro Rosso, la joie n'est pas vraiment au rendez-vous après une première journée difficile à Sepang. Des améliorations devront être amenées tout au long du week-end pour pouvoir jouer les points.

"On a eu une journée difficile ce vendredi. Nous n'avons pas extrait le meilleur de la voiture, des pilotes, des conditions de piste et nous n'avons pas vraiment bien réagi à ce qu'il se passait... Il nous reste donc du travail, mais le point positif est qu'on pourra forcément faire mieux demain !"

Prochain article Formule 1
Manor - De bons espoirs de qualification pour la course

Article précédent

Manor - De bons espoirs de qualification pour la course

Article suivant

Sauber confirme malgré des problèmes de survirage

Sauber confirme malgré des problèmes de survirage