Van der Garde n'a pas pu éviter Vergne

Giedo Van der Garde a connu un Grand Prix plus que difficile sur le circuit de Sakhir, finissant bon dernier pour la troisième fois en quatre courses

Giedo Van der Garde a connu un Grand Prix plus que difficile sur le circuit de Sakhir, finissant bon dernier pour la troisième fois en quatre courses. Le calvaire du Néerlandais a débuté dès le premier tour. Vergne, victime d'une touchette avec Bottas, s'est retrouvé en travers de la piste, et van der Garde n'a pu éviter de percuter la Toro Rosso du Français, perdant son aileron avant dans l'incident. “Je n'ai pas pris un très bon départ, mais j'étais remonté jusqu'à la 16e place avec quelques autres voitures au quatrième virage, et j'ai vu que Vergne était parti en tête à queue et sortait de la trajectoire”, raconte-t-il. “J'ai essayé de l'éviter, mais je n'y suis pas arrivé ; nous nous sommes touchés, ce qui a cassé mon aileron avant. En gros, ma course était finie dès le premier tour”. Le pilote Caterham s'est donc retrouvé loin derrière, et ce n'était que le début d'une traversée du désert lors de laquelle il est passé par les stands à cinq reprises : “Je ne pouvais pas faire grand-chose à partir de là, donc j'ai attaqué, mais après avoir perdu autant de temps avec l'arrêt imprévu au premier tour, et avec un pneu avant-droit endommagé après mon quatrième arrêt, il n'y avait personne contre qui je puisse me battre”. Désormais, van der Garde va se tourner vers le début de la saison européenne, qui devrait mieux se dérouler pour lui : il y disposera des mêmes évolutions que son coéquipier, et connaîtra bien mieux les circuits, du fait de ses nombreuses années d'expérience en GP2 et en Formule Renault 3.5. Il a par exemple disputé pas moins de sept meetings sur le circuit de Barcelone avant d'arriver en Formule 1. “Les développements que nous avons mis sur la voiture de mon coéquipier ont bien fonctionné, et je m'attends à un autre pas en avant en Espagne lorsque j'aurai la même voiture que Charles. À partir de là, ma saison sera différente. Nous serons sur des circuits que je connais très bien du GP2, des World Series ou de la F1, et avec les évolutions qui arrivent, nous avons de bonnes raisons d'être positifs”, conclut le Néerlandais.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités