Vettel était "libre" de conserver son casque controversé

Le directeur d'Aston Martin assure que Sebastian Vettel était libre de conserver son casque à la décoration controversée évoquant un "crime climatique" pour la course du GP du Canada.

Vettel était "libre" de conserver son casque controversé
Charger le lecteur audio

Très engagé sur différents sujets de société, et notamment la question environnementale, Sebastian Vettel est arrivé dans le paddock de Montréal jeudi dernier en portant un t-shirt sur lequel était écrit "Stop à l'exploitation des sables bitumineux - Le crime climatique du Canada". Puis il a arboré ensuite un casque, notamment décoré par une conduite de pétrole, reprenant le même message dénonçant ainsi l'exploitation de gisements de bitumes dans l'Alberta, vaste projet industriel qui consiste en l'extraction de bitume via d'immenses puits à ciel ouvert, sur des terres auparavant forestières.

Le dimanche, l'Allemand est toutefois revenu sur son traditionnel casque blanc avec les bandes aux couleurs du drapeau allemand. D'aucuns ont alors suggéré, notamment du côté des médias allemands, qu'il y avait derrière cela l'influence d'Aston Martin, dont l'un des sponsors titres n'est autre que le géant saoudien du pétrole, Aramco.

Le directeur de l'écurie britannique, Mike Krack, assure toutefois que ce n'était pas le cas. "Il voulait sensibiliser les gens avec le t-shirt et le casque. Puis à un moment donné, il a décidé que désormais, la prise de conscience avait eu lieu, disons, et que c'était bon, et il l'a enlevé. Il ne peut pas porter le même t-shirt tous les jours. Vous non plus !"

Quand Motorsport.com a directement demandé si Vettel aurait pu garder son casque s'il l'avait voulu, Krack a ajouté : "Oui, c'est un homme libre."

En Azerbaïdjan, déjà, Vettel avait porté durant une partie du week-end, pour les essais, un casque affichant des messages liés au changement climatique avant de revenir à son casque habituel en préambule des qualifications.

Krack a en sus expliqué que Vettel informait Aston Martin "longtemps avant [les courses] de ce qu'il compte faire", et qu'ils se mettent alors "d'accord sur la manière de le faire". Lors du GP de Miami, là encore sur le thème du climat, Vettel portait dans le paddock un t-shirt "Agissez maintenant ou nagez plus tard", en référence à la montée des eaux que subit la Floride. "Vous avez vu ces dernières semaines, c'était toujours principalement un truc du vendredi ou du vendredi-samedi", a poursuivi Krack. "Il est libre de décider. Nous en discutons."

Après l'utilisation du casque vendredi, une controverse avait éclaté quand la ministre de l'énergie de l'Alberta, Sonya Savage, avait qualifié Vettel d'hypocrite. "C'est vrai", avait répondu le quadruple Champion du monde samedi en réponse à une question de Motorsport.com. "Mais ce que vous manquez, et je suis un peu déçu que les politiciens ou les politiques bondissent sur un aspect personnel, c'est qu'il ne s'agit pas de moi, mais de la situation dans son ensemble."

"Je suis un hypocrite en faisant ce que je fais pour vivre, ou en faisant ce que j'aime. Nous avons tous des passions différentes, c'est en quelque sorte la façon dont je peins ma toile. Il existe des solutions pour rendre l'avenir plus durable et ne pas dépendre des combustibles fossiles. À cet égard, l'avenir s'annonce passionnant, mais je pense qu'il est décevant de voir que nous nous cantonnons à un niveau personnel et que nous ne voyons pas la situation dans son ensemble."

"Ce qui est vraiment important, c'est le message selon lequel nous devons passer à l'action, abandonner les combustibles fossiles et commencer à baser tout notre mode de vie sur les énergies renouvelables. Je pense donc que c'est la vision d'ensemble que j'essaie d'aborder."

Lire aussi :

Avec Luke Smith et Adam Cooper

partages
commentaires
Il y a 10 ans : l'ultime podium de Michael Schumacher
Article précédent

Il y a 10 ans : l'ultime podium de Michael Schumacher

Article suivant

Ferrari F2002 : de brillants résultats entachés par les scandales

Ferrari F2002 : de brillants résultats entachés par les scandales