Le chant du cygne pour la Formule V8 3.5 ?

Dix-huit pilotes ont atteint la catégorie reine du sport automobile après être passés par la Formule V8 3.5 lorsqu'elle portait encore le nom de Renault, dont un quadruple Champion du monde, Sebastian Vettel. D'autres vont-ils y parvenir ?

Diego Menchaca, Fortec Motorsports

Un an après la perte du soutien de Renault, le Losange ayant décidé d'agencer son budget autrement, la Formule V8 3.5 a fait un choix crucial, probablement le meilleur possible dans les circonstances actuelles : s'allier au WEC. Après une saison 2016 principalement passée aux côtés de l'International GT Open, la F3.5 va évoluer avec l'un des championnats les plus réputés au monde, dont le point d'orgue n'est autre que les 24 Heures du Mans.

Au programme, par conséquent, un calendrier bien plus international qu'à l'accoutumée pour une formule de promotion européenne, ce qui vaut d'ailleurs à la Formule V8 3.5 le nom de World Series. On la retrouvera donc sur des circuits emblématiques du sport automobile sur le Vieux Continent comme Silverstone, Spa-Francorchamps et Monza, mais aussi sur des tracés plus exotiques où la Formule 1 ne se rend que depuis quelques années, tels que Mexico, Austin et Sakhir.

Calendrier 2017

DatesCircuit
15-16 avril  Silverstone
5-6 mai  Spa-Francorchamps
13-14 mai  Monza
27-28 mai  Jerez de la Frontera
24-25 juin  Motorland Aragón
15-16 juillet  Nürburgring
2-3 septembre  Mexico
15-16 septembre  Austin
17-18 novembre  Sakhir

La Formule V8 3.5 peine néanmoins à remplir ses grilles. Pourtant, le calendrier est intéressant, les coûts sont beaucoup moins élevés qu'en Formule 2 et la Dallara T12 demeure une monoplace extrêmement formatrice, avec notamment 530 ch pour 623 kg mais pas de direction assistée.

Or, qu'ils sont loin, les 26 engagés de la saison 2013 de Formule Renault 3.5. Ce n'était pourtant qu'il y a quatre ans ! Les retraits des écuries phares se succèdent. DAMS, Tech 1, Arden, Carlin sont tous partis. Certes, il est difficile pour la Formule V8 3.5 de se faire une place face à des championnats Formule 2, F3 Europe et GP3 mieux soutenus, qui maintiennent tant bien que mal une grille autour des 20 voitures.

La saison dernière, ce sont 13 à 15 monoplaces qui bataillaient en piste, selon la présence de certains pilotes également engagés en GP3. En 2017, il y en aura 12 au mieux, le deuxième baquet Teo Martín étant vacant à l'heure où nous écrivons ces lignes. Pire encore, le niveau du plateau est assez affligeant, celui-ci étant principalement composé de pilotes de seconde zone. Cette saison sera peut-être le chant du cygne de la Formule V8 3.5, et on ne peut que le regretter.

Retrouvez ci-dessous les engagés pour la saison 2017 de Formule V8 3.5.

René Binder (Lotus)

René Binder (Lotus)
1/22

Après quatre campagnes en GP2 lors desquelles il n'a marqué que 16 points, René Binder a relancé sa carrière en Formule V8 3.5 l'an passé en faisant partie du groupe de sept pilotes en lice pour le titre jusqu'au dernier meeting. Certes, c'est sans victoire que Binder a conclu la saison, mais avec sa riche expérience et la continuité dont il va disposer avec l'écurie Lotus, l'Autrichien de 25 ans fait partie des favoris.

René Binder (Lotus)

René Binder (Lotus)
2/22

Pietro Fittipaldi (Lotus)

Pietro Fittipaldi (Lotus)
3/22

C'est après un titre dans le championnat hivernal de MRF Challenge que Pietro Fittipaldi s'est attaqué à la Formule V8 3.5 l'an passé, mais les résultats ont été mitigés. Tandis que son coéquipier Louis Delétraz jouait le titre jusqu'au bout, Fittipaldi peinait à rentrer dans les points malgré des performances notables à Monza et à Barcelone, avec un podium lors de la dernière course de la saison. Ayant engrangé de l'expérience, l'Américano-Brésilien de 20 ans devrait faire mieux cette année.

Pietro Fittipaldi (Lotus)

Pietro Fittipaldi (Lotus)
4/22

Egor Orudzhev (AVF)

Egor Orudzhev (AVF)
5/22

S'il est un favori pour le titre en cette saison 2017, c'est bien Egor Orudzhev. Pour sa deuxième campagne en Formule V8 3.5, le jeune Russe a remporté largement plus de victoires que ses rivaux avec cinq succès au compteur, mais a commis bien trop d'erreurs. S'il parvient enfin à trouver la sagesse et la fiabilité, Orudzhev pourrait être intouchable.

Matevos Isaakyan (AVF)

Matevos Isaakyan (AVF)
7/22

Son coéquipier Matevos Isaakyan pourrait toutefois lui donner bien du fil à retordre, au sein d'une écurie AVF qui arbore les couleurs russes avec le soutien de SMP Racing. Isaakyan, qui va fêter ses 19 ans la semaine prochaine, a participé à 13 courses de Formule V8 3.5 tout en disputant une saison complète en GP3, et a admirablement rebondi après un début de saison catastrophique en signant la pole position au Red Bull Ring avant de s'imposer à Jerez. De quoi sera-t-il capable cette année ?

Matevos Isaakyan (AVF)

Matevos Isaakyan (AVF)
8/22

Alfonso Celis Jr (Fortec Motorsports)

Alfonso Celis Jr (Fortec Motorsports)
9/22

Principalement connu comme pilote de développement Force India, Alfonso Celis Jr va entamer sa troisième saison en Formule V8 3.5. Après avoir peiné à obtenir des résultats lors de ses deux premières campagnes dans la discipline – un seul podium, l'an dernier à Spa –, Celis a quitté AVF pour rejoindre Fortec Motorsports et espérera franchir un cap cette année.

Alfonso Celis Jr (Fortec Motorsports)

Alfonso Celis Jr (Fortec Motorsports)
10/22

Diego Menchaca (Fortec Motorsports)

Diego Menchaca (Fortec Motorsports)
11/22

Si AVF devient Russe, l'équipe Fortec Motorsports a quant à elle une forte connotation mexicaine cette saison, puisque c'est Diego Menchaca qui épaule Celis. Âgé de 22 ans, Menchaca sort de deux saisons moyennes en Euroformula Open, et son véritable potentiel demeure difficile à évaluer pour l'instant.

Diego Menchaca (Fortec Motorsports)

Diego Menchaca (Fortec Motorsports)
12/22

Konstantin Tereshchenko (Teo Martín Motorsport)

Konstantin Tereshchenko (Teo Martín Motorsport)
13/22

Seul pilote engagé par l'écurie Teo Martín Motorsport (qui a néanmoins fait rouler Nelson Mason lors des derniers essais) à l'heure où nous écrivons ces lignes, Konstantin Tereshchenko rejoint la Formule V8 3.5 après une campagne médiocre en GP3 Series. Peut-être va-t-il se révéler cette saison ?

Konstantin Tereshchenko (Teo Martín Motorsport)

Konstantin Tereshchenko (Teo Martín Motorsport)
14/22

Roy Nissany (RP Motorsport)

Roy Nissany (RP Motorsport)
15/22

Deuxième pilote le mieux placé l'an passé à rempiler cette saison (quatrième à quatre points d'Egor Orudzhev), Roy Nissany a fait le pari de quitter une écurie Lotus généralement performante pour rejoindre RP Motorsport. L'Israélien de 22 ans, fils de Chanoch Nissany, est l'un des favoris pour le titre.

Roy Nissany (RP Motorsport)

Roy Nissany (RP Motorsport)
16/22

Yu Kanamaru (RP Motorsport)

Yu Kanamaru (RP Motorsport)
17/22

Son coéquipier Yu Kanamaru, bientôt 23 ans, a fait ses gammes en Formule V8 3.5 l'an passé, avec une régularité certaine puisqu'il était toujours à l'arrivée entre la 4e et la 11e place. Avec plus d'expérience, sans doute aura-t-il le niveau nécessaire pour monter sur le podium. Des victoires ? Difficile à dire.

Yu Kanamaru (RP Motorsport)

Yu Kanamaru (RP Motorsport)
18/22

Giuseppe Cipriani (Il Barone Rampante)

Giuseppe Cipriani (Il Barone Rampante)
19/22

Gentleman driver s'il en est, Giuseppe Cipriani entame sa deuxième saison en Formule V8 3.5. Après avoir côtoyé des Alessandro Zanardi et autres Rubens Barrichello au début des années 1990, Cipriani est toujours là et prend du plaisir. Qu'importe qu'il soit à quatre ou cinq secondes au tour des jeunots : l'Italien de 51 ans fait sa vie et ne gêne personne. Le faible nombre de voitures engagées signifie qu'il devrait marquer davantage de points cette saison.

Giuseppe Cipriani (Il Barone Rampante)

Giuseppe Cipriani (Il Barone Rampante)
20/22

Damiano Fioravanti (Il Barone Rampante)

Damiano Fioravanti (Il Barone Rampante)
21/22

Qu'elle est étrange, l'histoire de Damiano Fioravanti. Âgé de 20 ans, celui qui s'est classé cinquième d'Euroformula Open l'an passé (derrière un certain Diego Menchaca) avait initialement signé chez RP Motorsport, qui a finalement préféré aligner Yu Kanamaru aux côtés de Roy Nissany. Fioravanti a donc trouvé refuge dans l'écurie Il Barone Rampante de son compatriote Cipriani, dont il sera le fer de lance.

Damiano Fioravanti (Il Barone Rampante)

Damiano Fioravanti (Il Barone Rampante)
22/22

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formula V8 3.5
Pilotes Giuseppe Cipriani , Pietro Fittipaldi , Rene Binder , Roy Nissany , Diego Menchaca , Egor Orudzhev , Alfonso Celis Jr. , Konstantin Tereshchenko , Yu Kanamaru , Matevos Isaakyan , Damiano Fioravanti
Type d'article Preview