Di Grassi sème la pagaille et se fait exclure, Lynn vainqueur

Lucas di Grassi a franchi la ligne d'arrivée de la deuxième course de l'E-Prix de Londres à la première place mais le Brésilien a été exclu au drapeau noir. Alex Lynn a hérité de la victoire.

Di Grassi sème la pagaille et se fait exclure, Lynn vainqueur

Moins de 24 heures après la première course de l'E-Prix de Londres, le départ de la deuxième épreuve du week-end est donné sur le circuit d'ExCeL London, la piste traversant le centre d'exposition éponyme. Jusqu'à présent, les conditions météo n'ont pas été idéales. La majeure partie du roulage le samedi s'est déroulée sous la pluie, et celle-ci a refait son apparition lors de la deuxième séance qualificative. Sur la grille de départ, menée par Stoffel Vandoorne, les températures sont assez fraîches pour un mois de juillet : 22°C dans l'air, 23°C sur la piste.

Lire aussi :

À l'extinction des feux, le poleman ainsi que les hommes de tête conservent leur position. Déjà victime d'un accident au départ, Alexander Sims est une nouvelle fois impliqué dans un contact lors du premier tour. Le pilote Mahindra est dans l'obligation de passer par les stands à la fin de la première boucle, tout comme Tom Blomqvist. 

Très rapidement, De Vries surprend Lynn et s'empare de la troisième place. Rowland, deuxième, active son premier mode attaque un tour avant Vandoorne, toutefois cet "undercut" ne lui procure aucun avantage, les positions restant les mêmes.

À la porte du top 10, Sébastien Buemi percute à deux reprises René Rast, brisant par la même occasion la suspension avant du pilote Audi. La monoplace bariolée est arrêtée contre le mur, à la sortie du virage 11, et des morceaux de carrosserie jonchent la piste. Le Safety Car fait sa première sortie de la journée pour permettre l'évacuation de la voiture de Rast. Buemi écope d'un stop-and-go de 10 secondes.

Le drapeau vert n'est que de courte durée : quelques instants plus tard, André Lotterer et António Félix da Costa s'accrochent dans le premier virage. Le pilote portugais, qui avait gagné 12 positions, a porté une attaque à l'intérieur mais a été tassé contre le mur par le pilote Porsche. "J'ai dépassé dix gars, c'est le seul qui ne m'a pas laissé de place... C'est n'importe quoi", se plaint le Champion en titre en regagnant son stand. Lotterer est sanctionné avec un passage obligatoire dans la voie des stands.

Le Safety Car sort à nouveau et... il devance Lucas di Grassi et non Stoffel Vandoorne. En effet, le pilote Audi profite de la vitesse réduite par cette neutralisation pour traverser la voie des stands, où la vitesse limitée est plus rapide que celle sur la piste, sous régime de voiture de sécurité, pour dépasser l'ensemble du peloton ! Sans surprise, une enquête est ouverte par la direction de course.

Au drapeau vert, Vandoorne est bloqué par le nouveau leader, moins rapide que le pilote Mercedes. Cela permet à Rowland de revenir sur les talons du Belge pour plonger à l'intérieur du virage 10. La tentative est désespérée car le Britannique freine trop tard et percute la Mercedes. Les deux hommes se retrouvent à l'arrêt, Vandoorne repart 14e, Rowland 19e. Étonnamment, le Britannique n'écope que de cinq secondes de pénalité.

La gestion de la course est assez incompréhensible : il faut patienter de longues minutes avant que di Grassi ne soit finalement sanctionné d'un drive-through mais le Brésilien n'effectue pas sa pénalité, et plusieurs bouts de carbone sont dispersés aux quatre coins de la piste sans être enlevés. Robin Frijns roule par ailleurs sur l'un de ces éléments au bout de la ligne droite principale en tentant de défendre sa position face à Mitch Evans, projetant ainsi davantage de pièces sur le tarmac.

Un ultime accrochage entre Norman Nato et Sam Bird, tous deux dans les points, pimente la fin de course. Et di Grassi, qui a complètement ignoré sa pénalité, écope d'un drapeau noir, signifiant son exclusion. C'est donc Alex Lynn qui s'impose, devant Nyck de Vries et Mitch Evans. Robin Frijns termine quatrième et signe le meilleur tour. Pascal Wehrlein, Maximilian Günther, Nick Cassidy suivent. 

United Kingdom E-Prix de Londres 2021 - Course 2

P.   # Pilote Équipe Tours Temps Écart Intervalle km/h Abandon Points
1   94 United Kingdom Alex Lynn India Mahindra Racing 30 46'29.532     87.2   26
2   17 Netherlands Nyck de Vries Germany Mercedes 30 46'30.131 0.599 0.599 87.2   18
3   20 New Zealand Mitch Evans United Kingdom Jaguar Racing 30 46'35.789 6.257 5.658 87.0   15
4   4 Netherlands Robin Frijns United Kingdom Virgin Racing 30 46'36.214 6.682 0.425 87.0   13
5   99 Germany Pascal Wehrlein Germany Porsche Team 30 46'38.744 9.212 2.530 86.9   10
6   28 Germany Maximilian Günther United States Andretti Autosport 30 46'40.169 10.637 1.425 86.9   8
7   37 New Zealand Nick Cassidy United Kingdom Virgin Racing 30 46'42.217 12.685 2.048 86.8   6
  dq 11 Brazil Lucas di Grassi Germany Audi Sport Team Abt 30 46'47.066 17.534 4.849 86.6    
8   7 Brazil Sérgio Sette Câmara United States Dragon/Penske Autosport 30 46'48.769 19.237 1.703 86.6   4
9   27 United Kingdom Jake Dennis United States Andretti Autosport 30 46'54.446 24.914 5.677 86.4   2
10   6 Sweden Joel Eriksson United States Dragon/Penske Autosport 30 46'57.452 27.920 3.006 86.3   1
11   48 Switzerland Edoardo Mortara Monaco Venturi 30 46'58.615 29.083 1.163 86.3    
12   25 France Jean-Éric Vergne China DS Techeetah 30 46'59.447 29.915 0.832 86.3    
13   23 Switzerland Sébastien Buemi France DAMS 30 46'59.823 30.291 0.376 86.3    
14   8 United Kingdom Oliver Turvey United Kingdom NIO 333 Formula E Team 30 47'00.896 31.364 1.073 86.2    
15   5 Belgium Stoffel Vandoorne Germany Mercedes 30 47'03.155 33.623 2.259 86.2   3
16   29 United Kingdom Alexander Sims India Mahindra Racing 30 47'03.868 34.336 0.713 86.1    
17   36 Germany André Lotterer Germany Porsche Team 30 47'04.736 35.204 0.868 86.1    
18   22 United Kingdom Oliver Rowland France DAMS 30 47'11.801 42.269 7.065 85.9    
19   88 United Kingdom Tom Blomqvist United Kingdom NIO 333 Formula E Team 29 47'14.484 1 Lap 1 Lap 82.9    
  dnf 71 France Norman Nato Monaco Venturi 27 42'33.891 3 Laps 2 Laps   Abandon  
  dnf 10 United Kingdom Sam Bird United Kingdom Jaguar Racing 27 42'34.316 3 Laps 0.425   Abandon  
  dnf 13 Portugal António Félix da Costa China DS Techeetah 10 16'05.204 20 Laps 17 Laps   Abandon  
  dnf 33 Germany René Rast Germany Audi Sport Team Abt 5 7'09.538 25 Laps 5 Laps   Abandon  
 

partages
commentaires
Vandoorne souffle la pole à Rowland

Article précédent

Vandoorne souffle la pole à Rowland

Article suivant

Di Grassi pénalisé, disqualifié, mais toujours classé !

Di Grassi pénalisé, disqualifié, mais toujours classé !
Charger les commentaires
Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E Prime

Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E

Le retrait de Mercedes de la Formule E à la fin de la saison 2022 contribuera au grand vide laissé par les autres constructeurs Audi et BMW, eux aussi sur le départ. Bien que l'équipe puisse rester en place sous une autre forme, la sortie du nouveau Champion des constructeurs souligne les problèmes actuels de la Formule E.

Formule E
22 août 2021
Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire Prime

Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire

Avec le retrait imminent d'Audi en Formule E, l'équipe n'avait rien à perdre à Londres en tentant de propulser Lucas di Grassi en tête de la course, en l'appelant au stand sous régime de voiture de sécurité. Le mépris envers l'équipe, qui a fait passer la gloire avant l'éthique, devrait plutôt être dirigé vers le règlement qui a permis une telle manœuvre.

Formule E
1 août 2021
Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs Prime

Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs

Malgré les tentatives de présenter la farce de Valence comme un échec des équipes à bien anticiper la situation, la Formule E et la FIA ne peuvent échapper aux critiques, surtout au moment où elles veulent assurer la présence à long terme des constructeurs.

Formule E
28 avr. 2021
Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E Prime

Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E

L’E-Prix de Valence était très attendu ce week-end, puisqu’il s’agissait de la première course du championnat organisée sur un circuit permanent. Mais après une première épreuve marquée par une réduction d’énergie et avec seulement neuf pilotes classés, la Formule E se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques.

Formule E
26 avr. 2021
Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E Prime

Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E

La nouvelle saison du Championnat du monde de Formule E a commencé un peu plus tard que prévu en Arabie saoudite, mais le temps perdu a clairement été rattrapé avec de multiples rebondissements sur la piste et en dehors. Pour bien des raisons, c'était une manche d'ouverture explosive, et cela pourrait avoir des répercussions.

Formule E
9 mars 2021
L'enjeu crucial de la nouvelle saison de Formule E Prime

L'enjeu crucial de la nouvelle saison de Formule E

La saison de Formule E à venir est peut-être la plus importante depuis sa création, et pas simplement car c'est la première en tant que Championnat du monde. DS Techeetah a survolé la dernière campagne en date, mais celle qui commencera ce week-end en Arabie saoudite pourrait renouer avec le suspense.

Formule E
25 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
Exit Audi et BMW : la Formule E se doit d'être plus pertinente Prime

Exit Audi et BMW : la Formule E se doit d'être plus pertinente

Les départs d'Audi et BMW de la Formule E représentent le premier gros revers de la discipline qui se targuait jusqu'à présent d'être la destination de choix pour les constructeurs automobiles concentrés sur l'électrique – même si la discipline a le plus grand mal à intégrer les constructeurs japonais à son concept ,malgré des appels du pied constants et insistants. Désormais, il faut aussi contenir la fuite des autres.

Formule E
6 déc. 2020