FR 3.5 - Ricciardo décroche le jackpot

Pole position, meilleur tour et victoire, Daniel Ricciardo (ISR) s’est affiché comme le prince incontesté de Monaco

Pole position, meilleur tour et victoire, Daniel Ricciardo (ISR) s’est affiché comme le prince incontesté de Monaco. L’Australien, pilote de réserve Red Bull Racing F1 Team, devenait ainsi le premier pilote à s’imposer à deux reprises ici en Formula Renault 3.5 Series. Il effectuait une bonne opération au championnat en remontant au 5e rang. Robert Wickens (Carlin), deuxième devant Brendon Hartley (Gravity-Charouz), réalisait lui aussi un bon coup en revenant à un point seulement du leader, son équipier Jean-Eric Vergne (Carlin).

À quelques heures du Grand Prix de Formule 1 de Monaco, la Formula Renault 3.5 Series lançait les hostilités face à des tribunes déjà pleines. Sur la grille, où les acteurs du monde de la Formule 1 se déplaçaient en nombre, Daniel Ricciardo occupait la pole position devant Brendon Hartley, Robert Wickens et Alexander Rossi (Fortec Motorsports). Daniel Ricciardo prenait un excellent départ, au contraire de Brendon Hartley. Robert Wickens s’emparait ainsi de la deuxième position à Sainte-Dévote. L’Australien adoptait un rythme élevé durant les premiers tours, mais Robert Wickens et Brendon Hartley restaient au contact. Les trois hommes faussaient rapidement compagnie au reste du peloton, emmené par Albert Costa et Alexander Rossi (Fortec Motorsports).

La physionomie de la course se mettait en place. Pendant que Daniel Ricciardo menait sa barque devant Robert Wickens et Brendon Hartley, toujours au contact, Albert Costa s’employait à contenir Alexander Rossi, lui-même menacé par Kevin Korjus (Tech 1 Racing), 6e. Un peu plus loin, Nelson Panciatici (KMP Racig), 7e, emmenait un troisième groupe compact, avec Jan Charouz (Gravity-Charouz), Anton Nebilitskiy (KMP Racing), Arthur Pic (Tech 1 Racing), Jake Rosenzweig (Mofaz Racing) et Jean-Eric Vergne derrière lui.

Les choses évoluaient dans ce groupe suite à un accrochage entre Jan Charouz et Anton Nebilitskiy, 8e et 9e, à l’épingle du Fairmont. Les deux hommes capitulaient et forçaient la voiture de sécurité à entrer en piste. Au restart, Daniel Ricciardo conservait l’avantage et mettait tout en œuvre pour creuser de nouveau l’écart, alors qu’un nouvel accrochage survenait à Mirabeau où Stéphane Richelmi (International Draco Racing), Andre Negrao (International Draco Racing) et Jake Rosensweig échouaient dans le rail.

Un tour plus tard, Alexander Rossi perdait le contrôle de sa voiture à Massenet, suite à un contact avec Oliver Webb (Pons Racing), en difficulté après une touchette. Rossi offrait ainsi la cinquième place à Kevin Korjus et la voiture de sécurité entrait de nouveau en piste. Daniel Ricciardo abordait une nouvelle fois parfaitement le restart. L’Australien occupait le premier rang devant Robert Wickens et Brendon Hartley jusqu’au drapeau à damier. Derrière les trois sociétaires du podium, alors que le dernier tour était marqué par un accrochage entre Sergio Canamasas (BVM Target) et César Ramos (Fortec Motorsports), Albert Costa bataillait ferme pour défendre sa 4e place face à Kevin Korjus, Nelson Panciatici, Arthur Pic, Jean-Eric Vergne et Adrien Tambay (Pons Racing). L’Espagnol écopait de dix secondes de pénalités pour avoir bougé avant le départ, il passait dont 9e. Jean-Eric Vergne écopait également de dix secondes de pénalité pour avoir coupé le premier virage au départ. Il chutait au 12e rang et repartait de Monaco sans inscrire le moindre point. Il se retrouve désormais talonné au championnat par son équipier Robert Wickens.

Ils ont dit :


Daniel Ricciardo :


"L’année dernière, j’avais l’impression que la course n’en terminait pas ! Cette année, je suis resté très concerné jusqu’à l’arrivée et j’ai adopté tout le long un très bon rythme. Je suis vraiment heureux de cette deuxième victoire ici. Certains pensaient que rouler avec la Toro Rosso ici ce week-end allait peut-être me déstabiliser. Mais comment refuser de rouler en F1 à Monaco. J’ai prouvé que c’était définitivement une bonne idée…"

Robert Wickens :


"Doubler ici est quasiment impossible, on le sait. Ma seule chance était une éventuelle erreur de Daniel, ce qui n’est jamais arrivé. Nous avons roulé très fort, beaucoup plus vite qu’en qualifications. Pour moi c’est une bonne opération au championnat, car Jean-Eric ne marque pas de point. La suite de la saison est très ouverte."

Brendon Hartley :


"C’est une belle récompense pour Gravity-Charouz de leur offrir ce premier podium, ici. J’ai démarré du côté sale de la piste, cela explique mon mauvais départ. Nous étions tous les trois dans le même rythme, mais j’ai connu des problèmes de freins durant toute la course. Nous sommes en train de monter en puissance."

[Communiqué de Renault Sport]

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule Renault
Pilotes Robert Wickens , Jan Charouz , Brendon Hartley , Daniel Ricciardo , Albert Costa , Alexander Rossi , Adrien Tambay , Jake Rosenzweig , Stéphane Richelmi , Cesar Ramos , Nelson Panciatici , Jean-Éric Vergne , Sergio Canamasas , André Negrao , Arthur Pic , Kevin Korjus , Anton Nebilitskiy , Oliver Webb
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso , Carlin
Type d'article Actualités