Rétro

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Lewis Hamilton

Si vous pensez que le Grand Prix d'Australie 2015 était le premier événement à rassembler un Hamilton, un Verstappen et un Magnussen, détrompez-vous. En janvier 1996, ces noms étaient sur la liste des engagés à l'Autosport International Show.

À l'époque, Kevin Magnussen n'avait que trois ans, et Max Verstappen n'était qu'une étoile dans les yeux de son père. À onze ans, Lewis Hamilton faisait face à Jos Verstappen et à Jan Magnussen. L'événement était une course de karting pour les médias, et les stars ont fait acte de présence. On peut se dire que l'ambiance était bon enfant, mais donnez à un pilote professionnel un kart et un casque, et les gènes de la compétition prennent le dessus d'emblée. Cependant, cet événement a également révélé l'une des stars du jour.

Tout d'abord, donnons le contexte. Les règles de la course étaient simples : on avait droit à trois membres de chaque média et à un pilote pro. Autosport avait son équipe, avec comme pro Jonny Kane, alors le nouveau vainqueur du McLaren Autosport BRDC Award, qui est décerné chaque année au plus prometteur des jeunes Britanniques (désormais avec le soutien d'Aston Martin). Des journaux nationaux et régionaux ainsi que des concurrents d'Autosport ont également engagé des équipes, à chaque fois avec un pilote pro dans leurs effectifs.

Une toute nouvelle publication s'est également jointe aux festivités : le magazine F1 Racing (désormais GP Racing). Or, F1 Racing n'avait pas encore de personnel. Alors, comme on l'a tant vu dans la bataille pour le titre entre Mercedes et Red Bull, le team manager (moi-même) a vu une faille à exploiter.

Le pilote pro de F1 Racing était Dario Franchitti, avec une combinaison arborant le logo d'Autosport. Les deux membres du staff étaient les "chroniqueurs" Allan McNish (alors pilote d'essais en F1) et Jos Verstappen (alors titulaire en F1). Pourquoi pas ?

C'est incroyable quand on y pense maintenant, mais Verstappen, qui allait être confirmé chez Footwork pour 1996, s'est rendu à Birmingham ce matin-là juste pour participer à cette course de karting. Après l'arrivée de son vol, il a mis sa combinaison rouge à l'arrière du taxi. Il n'est pas apparu sur la scène du salon et n'a pas donné d'interviews. Il a juste fait la course et est rentré chez lui directement ensuite.

Verstappen (in the red suit, third from left) was a Footwork F1 driver when he was signed up for the F1 Racing kart team

Verstappen (en rouge) allait disputer la saison 1996 de Formule 1 avec Footwork lorsqu'il a rejoint l'équipe de F1 Racing pour la course de karting

Pendant ce temps, la modeste publication Vauxhall Sport News avait un atout dans sa manche en Lewis Hamilton, qui s'illustrait alors en karting et a été associé à Niki Cleland, fils du champion en titre de BTCC.

L'équipe d'Autosport, qui avait entendu parler des pilotes de celle de F1 Racing à la veille de la course, a remplacé deux de ses membres de staff (dont Tom Clarkson, qui mène désormais les conférences de presse officielles en Formule 1) par Jan Magnussen et Jason Watt. Avec Kane, il s'agissait d'un line-up formidable.

On ne sait pas vraiment comment, et nous disons cela de la manière la plus sympathique possible, mais les professionnels ont été battus par un journaliste pour la pole. Jonathan Noble, désormais reporter F1 pour Motorsport.com, était le plus rapide au profit du Daily Telegraph, associé à Oliver Gavin.

[Hamilton] était plutôt petit, et c'était purement et simplement son positionnement du kart plus que forcément la vitesse. La vitesse était certainement là, mais la manière dont il parvenait à positionner le kart pour se battre, cela lui donnait un avantage et c'est quelque chose qui m'a sauté aux yeux.

Allan McNish

Verstappen a fait le premier relais, creusant rapidement l'écart sur Noble. A suivi une belle bataille avec Kelvin Burt (Birmingham Post). Après 15 minutes et le premier changement de pilote, Jos a cédé le volant à McNish, dont le relais coïncidait avec celui de Hamilton. Ils ont passé le relais entier roue dans roue. Hamilton devançait McNish qui, bien qu'ayant 26 ans avec de l'expérience en F3000 et en F1, ainsi qu'un poids dérisoire de surcroît, n'arrivait pas à le dépasser. C'était une belle bataille : ils étaient deux pilotes de karting émérites.

Au changement de pilote suivant, l'Écossais a sauté du kart. Ses premiers mots quand il a enlevé son casque ? "Mon dieu, ce gamin est rapide. Il sera Champion du monde un jour." Des mots pleins de sagesse.

"Je me rappelle cette bataille", commente désormais McNish. "Je me rappelle comme Lewis savait instinctivement comment positionner le kart. Il avait 11 ans, donc cela faisait quelques années qu'il faisait du karting. Il était plutôt petit, et c'était purement et simplement son positionnement du kart plus que forcément la vitesse. La vitesse était certainement là, mais la manière dont il parvenait à positionner le kart pour se battre, cela lui donnait un avantage et c'est quelque chose qui m'a sauté aux yeux."

Comme c'était le cas en F1 cette année, le règlement a été exploité à sa limite et les failles ont été explorées. Discrètement mais intelligemment, l'équipe du Birmingham Post s'est rendu compte que sa seule chance de victoire était de laisser Burt dans le kart. Pendant que les autres teams changeaient de pilote toutes les 15 minutes, il a enchaîné les tours et s'est bâti une belle avance.

Winner McNish fondly remembers his duel with an 11-year-old Hamilton

Victorieux, Allan McNish garde de bons souvenirs de son duel avec le jeune Hamilton

Quand Burt est enfin rentré au stand, Autosport a pris l'avantage... brièvement. Au grand dam de Magnussen, le journaliste d'Autosport n'était simplement pas suffisamment rapide, et le Danois lui a fait de grands signes pour qu'il rentre au stand après trois tours seulement afin de reprendre le relais. F1 Racing disposait alors d'une avance irrattrapable.

Si un souvenir de ce jour perdure, c'est celui de la camaraderie. Oui, c'était intense en piste, mais c'était amusant également. Gavin le résume parfaitement : "Regardez cette photo, puis pensez à ce que nous avons tous accompli par la suite et à la manière dont nos carrières ont évolué. C'était une journée amusante, et c'est marrant de penser à la manière dont nos chemins se sont croisés depuis lors."

Surtout, un enfant de 11 ans avait fait forte impression. Un quart de siècle plus tard, c'est toujours le cas, de nouveau face à un Verstappen. McNish ajoute : "Je me rappelle que le père de Lewis, Anthony, était là, et Lewis était alors un grand timide – et c'est normal à cet âge-là. Mais Anthony était là pour le soutenir, et je me rappelle lui en avoir parlé après. Il faisait partie de ceux qui sortaient du lot. Sur cette photo, à l'époque, personne ne savait qui il était. Maintenant, nous le connaissons tous."

Si ce n'était qu'une course sans enjeu un jeudi après-midi de 1996, c'était l'une des premières fois que Hamilton courait contre des pilotes de F1 en activité et en devenir, et il en a marqué beaucoup, notamment Verstappen. Si le Néerlandais s'est imposé, il a dû filer à l'aéroport avant la remise des trophées pour prendre l'avion, se changeant à nouveau dans le taxi.

McNish, quant à lui, se remémore sa victoire avec un sourire. "C'est le genre de chose que j'adore. Lire le règlement et l'exploiter au maximum... Ces courses de karting était vraiment bonnes, en fait. Et c'est effectivement le premier jour où je suis devenu journaliste !"

Hamilton made a lasting impression on McNish and many others back in 1996

Hamilton a fait forte impression auprès de McNish et de nombreux autres pilotes

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Streaming - Le programme du week-end sur Motorsport.tv
Article suivant Ferrari dévoile la promotion 2022 de son académie

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France