24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Les qualifs des 24H du Mans sont-elles plus importantes qu'avant ?

Avec 23 hypercars engagées cette année aux 24 Heures du Mans, les qualifications auront un rôle beaucoup plus important que par le passé selon certains pilotes. D'autres, au contraire, voient plus cet exercice comme celui du prestige.

#15 BMW M Team WRT BMW M Hybrid V8 of Dries Vanthoor, Raffaele Marciello, Marco Wittmann

En 2021 et 2022, lors des deux premières apparitions de la catégorie Hypercar, celle-ci ne comptait que cinq voitures au départ. Cette année, la division reine accueille désormais 23 voitures, avec des écarts plus serrés que jamais. Cette édition des 24 Heures du Mans portera une attention particulière à la séance de qualifications. Une position haute sur la grille permettra d'éviter le risque d'accident au départ, ainsi que les difficultés de dépassement.

Chez Toyota depuis 2013, Sébastien Buemi a connu les dernières éditions où la catégorie Hypercar, anciennement LMP1, comptait moins d'une dizaine de participants et où les qualifications ne jouaient pas un grand rôle dans le résultat final.

"Par le passé, les qualifications n'avaient pas beaucoup d'importance, mais maintenant c'est évidemment le cas. C'est extrêmement difficile de dépasser dans la ligne droite. Tout le monde a la même vitesse de pointe et nous n'avons aucune sorte de boost comme avant, donc les dépassements sont en fait très difficiles. Donc, si vous pouvez vous qualifier le plus haut possible, c'est une grande aide, même si c'est une course d'endurance. Nous allons donc essayer de faire un gros effort pour nous entraîner autant que possible lors des essais libres."

"C’est un problème qu’il n’y avait pas l’année passée et aujourd’hui, la qualif est importante. Certes, c’est une course de 24 heures mais quand tu pars pour une course de 6 heures… À Imola, par exemple, j’ai fait deux relais derrière la BMW, impossible de dépasser. À moins que je fasse un truc de fou furieux, je n’arriverais pas à dépasser. Tu as la position sur la piste qui est beaucoup plus important qu’avant. Si tu es capable de te retrouver devant un mec et vraiment pouvoir rouler, tu fais un écart. Mais là, même si c’est une course de 24 heures, si tu pars 15e tu as les risques d’accident."

Avant la manche au Mans ce week-end, le WEC est passé par le Qatar (10h), Imola (6h) et Spa-Francorchamps (6h), des courses où la séance de qualifications était beaucoup plus importante en raison du format beaucoup plus court. David Floury, directeur technique de Toyota, suit les propos de son pilote et évoque les problèmes que peut engendrer une mauvaise position sur la grille.

"Au Mans [la pole] c'est un peu moins important que sur des courses de 6 heures, mais effectivement, avec le nombre d'Hypercars, c'est malgré tout bien de ne pas se retrouver derrière complètement. Il y a des risques, et aussi parce que ce n'est pas forcément facile de doubler, on peut perdre beaucoup de temps dès le départ."

Chez Peugeot, Loïc Duval, ancien pilote Audi et vainqueur des 24 Heures du Mans en 2013, confirme les propos de ses adversaires chez Toyota, estimant que la position sur la grille ne détermine rien mais facilite le travail.

"Ce n'est pas un élément majeur sur une course de 24 heures. Mais c'est sûr que partir 5e ou 18e, le temps que tu perds, tu le perds... et forcément derrière il y a le trafic. C'est quand même plus simple et globalement les voitures sont plus proches en performance, donc faire la différence n'est pas toujours facile. La qualif est plus importante qu'elle n'a pu l'être par le passé, mais ça reste une course de 24 heures."

Le Safety Car change la donne ?

Le Safety Car est moins pénalisant au Mans depuis 2023.

Le Safety Car est moins pénalisant au Mans depuis 2023.

Photo de: Marc Fleury

Cette année, le système de Safety Car fait perdre beaucoup moins de temps aux pilotes que les années précédentes. Aujourd'hui, les trois voitures de sécurité habituelles interviennent sur le circuit, puis toutes les voitures sont regroupées derrière un seul et même Safety Car. Un aspect qui, chez les pilotes Porsche, rend les qualifications au Mans moins déterminantes qu'auparavant.

Comme Kévin Estre, Marco Wittmann, pilote de la BMW M Hybrid V8 #15, voit les qualifications comme une sorte de prestige, plus qu'un réel avantage pour la course, où "tout peut arriver".
Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Porsche veut "partir à la bagarre" sans entrer dans les "jeux politiques"
Article suivant EL1 - Toyota mène au Mans avant les qualifications

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France