WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps

Ferrari relance le dossier des 6H de Spa en faisant appel

Ferrari a décidé de faire appel du rejet de la réclamation déposée à l'issue des 6 Heures de Spa-Francorchamps, en mai dernier.

#51 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Alessandro Pier Guidi, James Calado, Antonio Giovinazzi

Alors que Ferrari va débuter dans un peu plus d'une heure la semaine des 24 Heures du Mans avec les premiers essais officiels et la volonté de défendre la victoire glanée l'an passée dans la Sarthe, le constructeur italien s'offre un retour dans le passé en relançant le dossier des 6 Heures de Spa. Un appel a en effet été interjeté contre la décision de rejet de la réclamation déposée par la marque juste après la course disputée en mai dernier.

L'épreuve, troisième manche de la saison 2024 du Championnat du monde d'Endurance, avait été interrompue après quatre heures et 13 minutes par un violent accident dans la ligne droite de Kemmel impliquant la Cadillac V-Series.R LMDh d'Earl Bamber et la BMW M4 GT3 #31 pilotée par Sean Gelael. L'ampleur des réparations était telle que la course ne pouvait pas reprendre avant l'heure d'arrivée initialement prévue de 19h00.

Lire aussi :

Or, les commissaires ont décidé que la course repartirait à 19h10 pour une durée d'une heure et 44 minutes, soit le temps restant au chronomètre au moment de l'interruption, moins les trois minutes qui s'étaient écoulées entre l'apparition du drapeau rouge et l'arrivée des voitures sur la grille de départ dans des conditions de parc fermé.

Ferrari menait au moment du drapeau rouge avec deux 499P LMH, mais a finalement dû se contenter des troisième et quatrième places car les Porsche qui ont terminé devant avaient pu ravitailler juste avant l'interruption. Cela a conduit à une réclamation de la part du constructeur de Maranello contre la décision de relancer la course au-delà de son heure d'arrivée initiale, qui a été rejetée par les commissaires en vertu du Code Sportif International de la FIA car "une décision des commissaires sportifs ne peut faire l'objet d'une réclamation".

Les Ferrari menaient les 6 Heures de Spa au moment de l'interruption.

Les Ferrari menaient les 6 Heures de Spa au moment de l'interruption.

Quasiment un mois, jour pour jour, après la course et cette décision de rejet, le responsable du programme Endurance de Ferrari, Antonello Coletta a confirmé faire appel du jugement rendu par les commissaires : "Oui, nous avons déposé une réclamation et nous avons fait appel", a-t-il déclaré ce mercredi au Mans. "Pour l'instant, nous préférons ne pas discuter des détails et pour être honnête, nous n'avons pas de date pour l'audience [devant la Cour d'appel internationale de la FIA]."

Ferrari cherche avant tout une clarification des règles, mettant en lumière des situations passées, comme les épreuves de Fuji en 2013 et Sebring en 2022, où les courses n'ont pas été relancées au-delà de l'heure d'arrivée initialement prévue. Il s'agissait dans ce cas de drapeaux rouges liés à la météo.

Même si la situation est rarissime et sans précédent en WEC depuis 2012, le Règlement Sportif du championnat autorise les commissaires à agir de la sorte. Il dispose que : "Si les circonstances l'exigent, les commissaires sportifs peuvent prendre la décision d'arrêter et/ou de modifier le temps de course établi. Celui-ci ne peut excéder le temps de la compétition [c'est-à-dire six heures]."

"Nous devons être clairs sur l'interprétation pour l'avenir", a ajouté Coletta. "La chose la plus importante est que nous avons besoin de clarté en ce qui concerne les règles. Il est important de savoir exactement ce qui va se passer pour prendre les bonnes décisions." Puis il a qualifié la décision de redémarrer la course dix minutes après l'horaire d'arrivée initialement prévu de "stupéfiante et complètement inattendue".

Pour rappel, outre la décision des commissaires, la FIA avait par la suite envoyé une note pour expliquer que le choix des officiels ce jour-là "a permis d'assurer l'équité sportive pour les concurrents, qui ont établi leurs stratégies pour une course de six heures. Abréger la session de course signifierait que certains concurrents allaient y gagner et que d'autres allaient y perdre".

Avec Gary Watkins

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Météo fraîche et incertaine : la pluie s'invitera-t-elle au Mans ?
Article suivant Porsche veut "partir à la bagarre" sans entrer dans les "jeux politiques"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France