Formule 1
14 août
EL1 dans
17 Heures
:
28 Minutes
:
00 Secondes
MotoGP
14 août
EL1 dans
16 Heures
:
23 Minutes
:
00 Secondes
Formule E
12 août
Événement terminé
13 août
Course dans
01 Heures
:
31 Minutes
:
00 Secondes
WEC
13 août
EL1 en cours . . .
C
Bahreïn
19 nov.
Prochain événement dans
97 jours
IndyCar
08 août
Repoussé
WSBK
07 août
Événement terminé
C
Aragon I
28 août
Prochain événement dans
14 jours
WRC
04 sept.
Shakedown dans
21 jours
18 sept.
Prochain événement dans
35 jours

Les explications de Toyota après la crevaison de López

partages
commentaires
Les explications de Toyota après la crevaison de López
Par :
16 juin 2019 à 17:15

Directeur technique de Toyota, Pascal Vasselon est revenu sur l'incident qui a coûté la victoire à la TS050 Hybrid #7, justifiant les choix faits dans les stands.

B.D., Le Mans - "La hiérarchie s'était mise en place assez tôt dans l'épreuve, et c'est toujours dommage lorsque les dieux du Mans interviennent pour changer les choses." C'est ainsi que Pascal Vasselon résume les événements survenus dimanche alors que les 24 Heures du Mans entraient dans leur dernière heure. La Toyota #7 de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López semblait destinée à s'imposer, avant qu'une crevaison suivie d'une défaillance de capteur fasse tout basculer en faveur de la voiture sœur. "C'est la course", ajoute le directeur technique de l'équipe japonaise. "Les pilotes de la #7 doivent accepter ce qui s'est passé, même si c'est très, très frustrant pour eux ainsi que pour l'équipe, car nous étions tous très heureux du classement à une heure de la fin."

Lire aussi :

La question survenue à l'issue de cette 87e édition concerne davantage la gestion de l'incident. Au volant de la TS050 Hybrid #7 pour le dernier relais, López n'a pas manqué de s'étonner du changement de roue unique lors de la première alerte, qui a malheureusement désigné le mauvais pneu. Un tour plus tard, l'Argentin a dû repasser au box pour changer les quatre roues, mais le mal était fait. Néanmoins, Pascal Vasselon assure que la première décision était la bonne, en partant du principe que le capteur n'était pas défaillant. 

"Il existe des options, mais il aurait fallu changer pour passer un train de pneus qui avaient déjà fait quatre relais, et ce n'est pas l'idéal quand on veut assurer à la fin", précise le Français. "C'est pour cela que nous n'avons mis qu'un seul pneu usé et pas quatre. Tout est question de gestion du risque. Dans ce cas précis, ça aurait été mieux de changer les quatre, mais ce n'est pas ce que l'on fait habituellement, car on ne veut pas faire les derniers relais au Mans avec des pneus qui ont déjà réalisé quatre relais."

Accepter qu'il s'agisse d'un "incident de course"

Dans le clan Toyota, le team manager Rob Leupen a rapidement confié après l'arrivée que le fait d'intervertir les positions pour "rendre" la victoire à la #7 avait été évoqué, et même discuté. "Au final, c'est un incident de course", estime Vasselon pour justifier l'absence de consigne. "Nous devons laisser la course se dérouler jusqu'à la fin comme nous l'avons fait, c'est notre façon de faire. Nous ne gelons les positions qu'après le dernier arrêt au stand. C'est ce que nous faisons toujours car nous ne voulons pas que les voitures se battent et risquent un contact dans le dernier tour. Nous avons opté pour ça, en acceptant le fait que c'était un incident de course."

Pour Toyota, malgré ce couac de fin de course, l'objectif est clairement atteint avec un nouveau doublé. Nombreux sont ceux qui rappellent à la marque que son équipe était la seule à disposer d'un programme d'usine et à aligner des prototypes hybrides, mais ce manque supposé de concurrence n'est pas vu de la même manière dans le clan nippon, y compris au terme de cette Super Saison couronnée de succès. 

"Considérer que nous n'avons pas d'adversité revient à manquer de respect aux non hybrides, qui a plusieurs moments de la course étaient plus rapides que nous", estime Vasselon. "SMP et Rebellion allaient plus vite que nous, à plusieurs reprises. Apparemment, sur la distance nous faisons un peu mieux les choses, mais ils progressent clairement. Et puis, nous avons perdu Le Mans à trois reprises alors que nous dominions [en 2014, 2016 et 2017]. Par trois fois, la performance n'était pas le problème. Gagner Le Mans est toujours quelque chose de particulier, et ce n'est pas facile à réaliser."

Propos recueillis par Diego Mejia  

Le "jackpot" pour Alpine et les "larmes de bonheur" de Lapierre

Article précédent

Le "jackpot" pour Alpine et les "larmes de bonheur" de Lapierre

Article suivant

Alonso : "Nous ne méritions pas la victoire"

Alonso : "Nous ne méritions pas la victoire"
Charger les commentaires