Commentaire

Édito - Tout (re)commence !

Moins de 5 secondes, c’est l’écart moyen avec le vainqueur à l’arrivée des courses de MotoGP disputées cette saison. Au lendemain de la septième épreuve courue à Catalunya, la catégorie reine semble comme repartie pour une nouvelle campagne.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Marc Marquez, Repsol Honda Team

La tension a officiellement disparu au soir du sombre dernier Grand Prix. Place à un nouveau scénario que cette saison prend le soin de façonner en distribuant les cartes de manière égale. Les pilotes composant le trio de tête du classement provisoire comptent au minimum chacun une chute (même si celle de Márquez au Mans n'a pas entraîné d'abandon), plus un imprévu technique pour Valentino Rossi et une cabriole involontaire pour Jorge Lorenzo. Il y avait fort à parier que la tournée européenne jouerait un rôle de premier plan, mais cette fois-ci plus que d’habitude. Et l’intensité continue sa route, soyez sûrs que les rivalités également.

À la différence de 2015 qui fut une année exceptionnelle pour Valentino Rossi, le Docteur prouve cette fois-ci qu’il a tout préparé dans les moindres détails, sa victoire de Jerez étant le déclencheur. Propulsé en tête du Mondial très rapidement au début de la saison l’an dernier, le voilà déjà mieux placé aux essais et capable de prendre des départs quasi impeccables. Mais sa remontée lors du Grand Prix de Catalunya et son style imparable sur sa monture démontrent que l’homme est en grande forme (on le savait déjà) et que sa moto est la meilleure machine du plateau.

Le plus pour Rossi est de réussir parfaitement l’adaptation aux Michelin de par sa longue expérience avec ces gommes, cette confiance lui permettant de s’adapter aux circonstances et de réagir à temps grâce à un entourage étoffé, capable de porter à son attention ce détail pouvant jouer le rôle déclencheur.

Ce sont justement ces plus qui semblent manquer à Jorge Lorenzo, déjà auteur de trois victoires dont celle avec la plus grande marge (10’’6 au Mans), mais l’homme a de la ressource et va devoir la mettre en application pour viser un taux de réussite aussi bon que les points inscrits jusqu’ici. Premier ou second de chaque course qu’il a terminée, le Champion du Monde a vécu son premier revers sur le tracé Catalan avant de se faire harponner par la Ducati.

À lui de garder soudée son équipe et développer son rôle du leader qui jouera un rôle certain dans le futur avec Ducati, et de continuer à battre avant tout son coéquipier. Avec lui aussi deux résultats blancs, tout est à reprendre dès le prochain Grand Prix qui ne s’annonce pas à son avantage, référence à son week-end de 2013 (clavicule cassée) qui a depuis laissé des traces dès qu’il lui faut attaquer sur piste humide.

Entre temps les équipes ont aussi travaillé sur les machines en apportant des nouveautés comme un châssis chez Suzuki, et plus récemment un essai sur un nouveau circuit pour les pilotes Honda Repsol. Difficile de dire combien ce galop de démonstration sur le tracé Autrichien de Spielberg apportera aux deux pilotes liés à la marque Red Bull, mais il faut se souvenir que l’unique podium décroché par Stefan Bradl fut sur le circuit de Laguna Seca, une piste qu’il avait chevauchée avant le début de saison sur une CBR 1000 de série prêtée pour l’occasion. Dans la perspective du Championnat 2016, Marc Márquez comme Dani Pedrosa auront l’avantage d’avoir acquis des repères sur une RCV 213 V-S qui offre un peu plus qu’une moto de série.

La sagesse désormais affichée par Marc Márquez n’a heureusement pas eu raison de son attaque, mais la progression est bien là et paye autant que le principal intéressé semble le premier surpris. Le numéro 93 est maintenant passé dans une autre sphère tout en maintenant le spectacle !

Une voie que semble suivre Maverick Viñales dont on connaît les bonnes dispositions d’adaptation, et pour qui 2016 confirme sa montée en puissance grâce à une équipe effectuant un travail remarquable. Le niveau de performance de Suzuki doit certainement faire réagir chez Ducati comme Aprilia, et sans aucun doute inspirer KTM qui travaille d’arrache-pied de son côté, la troisième marque japonaise du plateau voulant profiter jusqu’au bout de la pépite Viñales.

Avec Assen en ligne de mire, l’épreuve Hollandaise marque aussi une portion de calendrier où les courses vont s’enchaîner à un rythme plus espacé où 3 à 4 semaines s’intercalent entre les Grands Prix jusqu’au GP d’Autriche le 14 août. L’occasion d’affûter ses gammes, de maintenir le rythme observé lors des dernières épreuves, et où les finishes sur le fil risquent encore de nous tenir en haleine.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Stoner a été impressionné par le sacre de Lorenzo en 2015
Article suivant Bradl ne s'inquiète pas d'une possible arrivée d'Espargaró chez Aprilia

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France