Les pneus soft et medium privilégiés pour la course

Alors que jusqu'ici les conditions climatiques en Aragón ont provoqué de véritables casse-têtes chez les pilotes, le warm-up de ce matin a permis de dégager deux tendances au niveau des enveloppes qui devraient être utilisées en course.

Les pneus soft et medium privilégiés pour la course
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Nicolas Goubert, Michelin
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Nicolas Goubert, Directeur adjoint et directeur technique Michelin Motorsport
Charger le lecteur audio

W.Z., Aragón - Alors que le départ du Grand Prix d'Aragón, 14e manche de la saison 2017 de MotoGP, est désormais imminent, les 24 pilotes du plateau ont enfin eu la possibilité de se faire une idée plus précise des gommes qui pourront être utilisées lors de la course.

Jusqu'à ce matin, les conditions de piste n'avaient pas réellement rendue possible une lecture fiable du comportement de tous les pneumatiques proposés par Michelin en conditions de course. Et pour cause : la pluie est venue perturber le recueil d'informations le vendredi.

Et malgré l'apparition du soleil hier, les températures fraîches observées samedi matin n'ont pas plus permis de se faire une idée plus précise de la solution la plus appropriée en vue des 23 tours de course de cet après-midi. 

Tout au plus les pilotes ont pu mettre à profit les EL4, soit une demi-heure, pour essayer tant bien que mal les multiples options proposées par le manufacturier français. Certains chanceux – tel que Jorge Lorenzo – si tant est que passer par la Q1 peut être une chance, ont pu par ailleurs bénéficier d'un temps de roulage supplémentaire pour approfondir leurs connaissances du fonctionnement des enveloppes Michelin.

Certains, mais ils étaient peu nombreux, avaient déjà fait leur choix pour la course dès samedi soir, comme le confirme Nicolas Goubert, directeur technique de Michelin Motorsport : "C'est bien sûr une situation difficile, mais cela pourrait être pire encore. Certains d'entre eux ont déjà fait leur choix. Le choix principal sera le pneu medium, mais tous les choix restent disponibles, aussi bien à l'avant qu'à l'arrière."

Un brouillard bienvenu ce matin ?

Et si le pessimisme régnait encore hier soir quant à l'opportunité du warm-up, initialement prévu ce matin à 9h40, horaire où le mercure aurait été comme lors des EL3 encore peu élevé, le brouillard pour le moins persistant a entraîné un ajournement de ce dernier galop d'essai.

Un mal pour un bien, puisqu'avec un début de séance repoussé à 10h55, et une température au sol de 30°C déjà plus proche de celle observée en qualifications la veille (40°C), ce dernier roulage a finalement permis aux pilotes de déterminer leur choix de pneus pour la course.

S'il est impossible d'affirmer encore quels pneus seront utilisés par tel pilote lors de l'épreuve, une tendance commence tout de même à se dessiner, avec l'exclusion du pneu dur (bien que disponible, donc) pour la course. Les pilotes Ducati notamment, avaient expliqué dès hier en conférence de presse que ce composé serait trop difficile à amener dans sa fenêtre optimale de fonctionnement.

Vers un choix tendre chez Yamaha ?

Le warm-up a donc permis de constater deux écoles : celle, majoritaire, regroupant les pilotes ayant opté pour le medium et celle, plus restreinte, de ceux semblant se diriger vers le soft – parmi lesquels Johann Zarco et Andrea Dovizioso

Ce dernier club pourrait cependant se voir renforcé en fonction des stratégies de course envisagées. C'est notamment le cas chez Yamaha, où Maverick Viñales n'a pas caché vouloir mener une course d'attaque et s'échapper dans les premières boucles, comme il l'avait fait à l'occasion de sa première victoire dans la catégorie reine à Silverstone l'an passé.

"Si vous voulez faire cela, même si vous partez depuis la pole position, ce n'est pas possible selon moi de mettre le dur à l'arrière", reprend Nicolas Goubert. "Car si vous mettez le dur à l'arrière, il vous faut au moins un tour pour le monter à bonne température. Ce serait plus facile avec le soft, mais tout dépend de ce que vont faire les autres pilotes également." 

Le coéquipier du poleman, Valentino Rossi, pourrait peut-être lui aussi se laisser tenter par une telle option. De retour à la compétition à peine trois semaines après une fracture tibia-péroné, le Docteur a fait forte impression en signant une première ligne alors que, de son propre aveu, il conserve une certaine marge dans son pilotage. 

Le numéro 46, pour qui le confort sur la moto sera sans doute l'une des clés de sa performance cet après-midi, est à la recherche du moindre facteur pouvant diminuer sa douleur sur la M1 et favoriser son aisance. 

En cela, le recours au pneu soft pourrait s'avérer bénéfique, même si sa longévité pourrait être insuffisante. "Dans ce genre de situation, c'est toujours plus facile avec le pneu soft", reconnaît le directeur technique de Michelin. "Plus vous avez de grip, et plus c'est facile, plus vous pouvez monter la gomme en température. Mais sur la distance d'une course, je pense que c'est une autre histoire, car si vous optez pour un pneu trop tendre, la fin de course promet d'être difficile. Dans les conditions actuelles, le choix des pneus est encore plus difficile qu'à l'accoutumée pour une personne qui n'est pas à 100% de ses capacités physiques."

 
partages
commentaires
Warm-up - Márquez retrouve la place de leader
Article précédent

Warm-up - Márquez retrouve la place de leader

Article suivant

Un paddock ébahi par la première ligne de Rossi

Un paddock ébahi par la première ligne de Rossi
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021