Vos moments marquants - 2001, le décès de Dale Earnhardt

Dale Earnhardt père était, en quelque sorte, le Michael Schumacher de la NASCAR. Adulé, respecté, et même craint par ses rivaux, celui qu’on avait surnommé ‘The Intimidator’ a tragiquement perdu la vie sur l’ovale de Daytona en 2001.

Né à Kannapolis en Caroline du Nord le 29 avril 1951, Dale Earnhardt, fils d’un pilote automobile, a couru en Cup durant 27 saisons et a écrit certaines des plus belles pages de la NASCAR. Sa carrière en Cup a commencé sur le redoutable ovale du Charlotte Motor Speedway en 1975.

Fin 1979, il remporte sa première victoire et il est couronné Rookie of the Year. Un an plus tard, il remporte son premier titre.

En 1984, il retourne piloter pour Richard Childress, où il a disputé une partie de la saison 81. Au cours des sept années suivantes, Earnhardt va gagner six autres championnats, ce qui le place à égalité avec le ‘King’ Richard Petty pour le plus grand nombre de titres avec 7. Au cours de toute sa carrière, il a disputé 676 courses en Cup, et en aura gagné 76.

Sur le continent, Earnhardt était une véritable institution, un dieu du volant, le symbole de l’Amérique profonde qui réussit à s’imposer malgré ses embûches. Dominé par un désir de vaincre incommensurable, Earnhardt ne faisait pas dans la dentelle. Nombre de ses rivaux se sont fait bousculer en piste par cet efflanqué au visage moustachu arborant toujours des lunettes de soleil.

La mort en direct

En 1998, après 19 tentatives infructueuses, Earnhardt père remporte (enfin) le Daytona 500, la seule épreuve majeure qui manquait à son impressionnant palmarès. J’y étais quand une centaine de milliers d’amateurs de stock-cars s’est levée d’un coup et a chaudement applaudi Earnhardt qui venait de conjurer le mauvais sort. C’est toutefois, et tristement, sur ce même ovale qu’il allait perdre la vie trois ans plus tard.

Le drame est survenu le 18 février 2001 à l’occasion du prestigieux Daytona 500. Lors du dernier tour de piste, alors que les meneurs roulent juste devant lui, Earnhardt est en lutte dans un peloton serré.

En plein appui dans un virage à plus de 330 km/h, la voiture de Sterling Marlin se met à louvoyer et touche légèrement à l’arrière de la fameuse Chevrolet GM Goodwrench noire no 3. Celle-ci est déséquilibrée et touche à celle de Ken Schrader, ce qui la fait pivoter vers le mur de béton. Le bolide d’Earnhardt tape le mur de face. La Chevrolet a peut-être perdu beaucoup de vitesse au moment du choc, mais Earnhardt meurt d’un violent traumatisme contondant à la tête et d’une facture de la base du crâne.

Le monde du stock-car, et celui du sport automobile en général, est sous le choc durant de longues semaines, un peu comme après le décès dramatique d’une autre légende, Ayrton Senna. Comme Senna, Earnhardt est mort en héros, sur un circuit, devant ses fans et en direct à la télévision. Le souvenir de Dale Earnhardt père, adulé par toute une génération d’amateurs, restera gravé dans les mémoires à tout jamais.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries NASCAR Cup
Pilotes Dale Earnhardt
Équipes Richard Childress Racing
Type d'article Contenu spécial
Tags crash, dale earnhardt, daytona