Peugeot testera sa nouvelle Le Mans Hypercar fin 2021

Peugeot a pris quelques mois de retard sur son programme de retour en Endurance à cause de la crise du coronavirus.

Peugeot testera sa nouvelle Le Mans Hypercar fin 2021
Charger le lecteur audio

Les premiers essais de la nouvelle Hypercar de Peugeot pour le FIA WEC et les 24 Heures du Mans n'auront pas lieu avant la fin d'année prochaine. Le constructeur français espérait initialement lancer sa nouvelle auto une première fois en piste mi-2021, mais les effets de la crise du coronavirus sont passés par là. Vendredi dernier, en marge des 24 Heures du Mans, Peugeot a confirmé le choix de la plateforme LMH, tout en faisant savoir qu'il y aurait quelques mois de retard dans le programme de développement.

"Je crois que ce sera quelques mois plus tard que ce nous avions prévu", a indiqué à Motorsport.com Jean-Marc Finot, directeur de Peugeot Motorsport. "En raison du Covid, nous avons dû reporter, mais ce sera avant fin 2021." Le Lion vise bien la fin d'année prochaine, tout en mettant les bouchées doubles, puisque Jean-Marc Finot a précisé que "pour septembre, il faudra nous battre".

Lire aussi :

Si Peugeot a semblé un temps s'interroger sur le choix de la plateforme, en raison de l'annonce de la convergence entre ACO et IMSA pour le futur LMDh, cela n'a en réalité pas été réellement le cas. "Ce n'était pas un facteur, car chez Peugeot Sport, nous n'avons travaillé que sur l'architecture LMH", assure Jean-Marc Finot. "En LMDh, le travail doit être fait par le constructeur de la voiture, pas par la marque."

À l'heure actuelle, les principales décisions ont déjà été prises en ce qui concerne le design de la voiture, confié au directeur technique Olivier Jansonnie. L'architecture du moteur à combustion interne est elle aussi arrêtée. Il faudra attendre pour la connaître, et de nouveaux détails seront dévoilés ultérieurement. Par ailleurs, Peugeot dispose d'un partenariat avec un fournisseur pour la construction de la monocoque carbone. Une autre collaboration existait déjà avec Ligier Automotive en ce qui concerne le développement aérodynamique.

Le constructeur français s'engagera en Endurance en 2022 mais doit encore préciser le timing de cette arrivée, qui pourrait se faire dans le courant de la saison dans un premier temps, et pas pour l'intégralité du calendrier du WEC. Les deux scénarios sont encore possibles.

Peugeot doit désormais se pencher sur les pilotes en mesure de rejoindre son programme. La nationalité française ne sera absolument pas un critère déterminant, si l'on en croit Jean-Marc Finot : "Nous savons que ce sera très difficile de se battre en WEC, alors nous nous concentrerons sur la performance. La priorité, c'est la performance : s'ils sont français, c'est bien, mais nous ne choisirons pas les pilotes pour leur nationalité."

Propos recueillis par Gary Watkins

partages
commentaires
Rebellion sur le podium pour son chant du cygne
Article précédent

Rebellion sur le podium pour son chant du cygne

Article suivant

Gérard Neveu ne sera bientôt plus à la tête du WEC

Gérard Neveu ne sera bientôt plus à la tête du WEC