Porsche s’impose, Toyota retarde l’échéance

Porsche impose la #1 mais peine à faire titrer la #2. Voilà le résumé d'une course où Toyota a encore montré sa grande forme, et où Audi a sombré. Alpine vient s'offrir le titre mondial en Chine, le premier depuis 1973.

Il y avait deux courses à gérer aujourd'hui, pour Porsche. L'une, celle de la #1, ne s'annonçait pas compliquée. Objectif victoire pour Mark Webber-Brendon Hartley-Timo Bernhard, largement réalisable pour l'équipage le plus rapide depuis le début du week-end. En course, ce fut d'ailleurs une longue procession, dépourvue du moindre ennui. Impeccable pour assurer le titre constructeur au constructeur allemand. Hartley prenait vite le large, dès le premier relais.

 

 

Malgré une résistance d'Audi puis de Toyota, rien ne venait barrer la route au rouleau compresseur flanqué du #1. "On a été incroyablement rapides du début jusqu'à la fin", soulignait Brendon Hartley. "Tout s'est bien passé, on a ramené la voiture sans aucune égratignure. Je ne m'étais pas rendu compte tout de suite qu'on jouait le titre constructeurs, je suis très content de ça !"

Un titre et une victoire qui vont aider à faire passer les 3,5 points manquants pour le titre pilotes. C'était la deuxième course de Porsche, et là aussi, il fallait se méfier de deux voitures. La Toyota #6 et l'Audi #8. C'est finalement dans cette lutte que la course a été passionnante. Une nouvelle fois, la stratégie a prédominé. Pour faire simple, la Porsche devait devancer l'Audi et la Toyota pour assurer le titre.

 

Et pour quelques points de plus...

Après un excellent départ, la Porsche #2, cinquième sur la ligne, se calait en troisième position au classement provisoire. Juste derrière l'Audi #8, l'objectif était simple : aller chercher la voiture allemande, à la régulière. Pas besoin, finalement. Au premier ravitaillement, l'Audi perdait un temps fou : le plein d'essence n'était pas fait entièrement. Retour aux stands, perte de temps, la R18 de Lucas di Grassi-Loïc Duval-Oliver Jarvis perdait ainsi ses chances de titres. À l'image de leur saison. Rapide, mais pas dénuée de problèmes.

La #2 était virtuellement championne, mais c'était sans compter sur l'efficacité de l'équipe Toyota en cette fin de saison. Très vite, la #6 de Kamui Kobayashi-Stéphane Sarrazin-Mike Conway reprenait le rythme de la #2 puis venait la dépasser à la régulière, en piste. Seuls les arrêts aux stands, plus efficaces, de la Porsche permettaient à l'équipage de garder pied. C'est ainsi que longtemps, le titre pilote n'était qu'à 0,5 point de l'équipage vainqueur des 24 Heures du Mans.

Pourtant, le destin n'entendait pas laisser les trois pilotes dans l'expectative. À deux heures de la fin de course, la Toyota, alors en seconde position, juste devant la Porsche de Romain Dumas-Marc Lieb-Neel Jani, s'arrêtait une première fois, de façon impromptue. La faute à une crevaison lente sur le pneu arrière droit. Parfait pour la Porsche #2, qui reprenait la deuxième place et pouvait envisager tranquillement la route vers le titre.

Mais Toyota sortait le grand jeu, et mettait Kamui Kobayashi au volant de la TS050 flanquée du #6. Le Japonais faisait un festival, et seconde par seconde, reprenait du temps sur la Porsche #2. À une heure de la fin de course, il dépassait définitivement la voiture en lice pour le titre. L'opportunité de remporter le titre mondial en Chine s'envolait pour l'équipage de la #2.

 

À moins qu'un coup de poker ne permette de revenir dans le rythme. À l'image d'Audi à Fuji, Porsche faisait rentrer la #2, et mettait des pneus neufs. Coup de poker mais pas de génie. La voiture perdait la troisième place dans la manœuvre, et ne parvenait pas à revenir sur les deux Toyota. Quatrièmes, Dumas-Lieb-Jani sont désormais à 3,5 points d'un titre qui leur fait envie depuis juin maintenant !

Quant aux Audi, ce fut le calice jusqu'à la lie. La #8 perdait du temps avec ses ennuis de ravitaillement. Pire, la #7 était heurtée par la voiture sœur, et devait repasser aux stands pour réparer le système de levage de la voiture, abîmé dans la collision. Décidément, l'ultime saison d'Audi n'aura pas été la plus agréable.

 

 

Alpine, le triomphe tranquille

En LMP2, Alpine maîtrisait bien mieux son sujet. Forte d'une saison solide, la marque normande pouvait se contenter de terminer au pire quatrième, si la rivale pour le titre, la Ligier RGR, faisait première ou deuxième. Loin d'être un souci pour Nicolas Lapierre-Gustavo Menezes-Stéphane Richelmi, qui longtemps aux avants-postes, terminaient quatrièmes après avoir bataillé longuement avec la RGR !

Alpine remporte ainsi son premier titre mondial depuis 1973, à l'époque, en championnat du monde des rallyes, avec l'A110 !

 

De son côté, l'ORECA #26 du G-Drive n'a pas laissé beaucoup d'espoirs aux adversaires. Un peu en retrait en début de course, le prototype russe a su augmenter le rythme petit à petit, notamment lors des relais de Roman Rusinov, pour remonter.

G-Drive remporte en Chine sa seconde victoire de la saison, juste devant la Ligier Extreme Speed Motorsport pilotée par Antonio Giovinazzi-Sean Gelael-Tom Blomqvist.

Ford fait fort

Comme au Japon, c'est Ford qui a fait la démonstration en GTE Pro en réalisant un doublé logique après le niveau affiché en qualifications. Le constructeur de Dearborn s'offre même le luxe de l'ordre, puisque, comme à Fuji, Harry Tincknell-Andy Priaulx devancent Olivier Pla-Stefan Mücke.

Ces derniers n'ont d'ailleurs pas connu une course de tout repos, la voiture #66 devant remonter depuis la quatrième place. Un passage aux stands intempestif, suite à un passage hors piste de Stefan Mücke venant enrayer la machine.

Derrière, c'est la Ferrari de Gianmaria Bruni-James Calado qui complète le podium, après une très belle bagarre avec l'Aston Martin de Sørensen. L'Aston Martin #97 a vite été éliminée, suite à un accident avec la Manor #45, en début de course. Causant notamment une entrée du Safety Car.

Aston, encore

Décidément, elle est intouchable, l'Aston Martin de Paul Dalla Lana-Mathias Lauda-Pedro Lamy. La voiture flanquée du #98 remporte une nouvelle fois la victoire chez les amateurs, et rattrape à grands pas la Ferrari de Emmanuel Collard-François Perrodo-Rui Aguas, en tête du championnat. L'équipage de la Ferrari, qui était malheureux dans le dernier tour.

En lutte avec la Porsche de KCMG pour la seconde place, la bagarre était gâchée par un contact avec la Ligier du RGR, qui mettait la Ferrari en tête-à-queue. La Porsche en profitait pour prendre l'avantage et s'offrir la seconde place. De précieux points qui s'envolent dans l'optique du titre pour Collard-Aguas-Perrodo.

WEC 2016 Shanghai - Course


 PilotesVoitureClassToursTempsStands
1  Mark Webber 
 Timo Bernhard 
 Brendon Hartley 
Porsche 919 Hybrid LMP1 195   6
2  Stéphane Sarrazin 
 Kamui Kobayashi 
 Mike Conway 
Toyota TS050 Hybrid LMP1 195 59.785 7
3  Anthony Davidson 
 Kazuki Nakajima 
 Sébastien Buemi 
Toyota TS050 Hybrid LMP1 195 1'06.038 6
4  Romain Dumas 
 Neel Jani 
 Marc Lieb 
Porsche 919 Hybrid LMP1 195 1'40.855 6
5  Lucas di Grassi 
 Loïc Duval 
 Oliver Jarvis 
Audi R18 LMP1 192 3 laps 7
6  Andre Lotterer 
 Marcel Fässler 
 Benoit Tréluyer 
Audi R18 LMP1 181 14 laps 5
7  Simon Trummer 
 Oliver Webb 
 Pierre Kaffer 
CLM P1/01 LMP1 181 9.380 7
8  Will Stevens 
 Roman Rusinov 
 Alex Brundle 
Oreca 05 LMP2 180 15 laps 6
9  Sean Gelael 
 Antonio Giovinazzi 
 Tom Blomqvist 
Ligier JS P2 LMP2 179 16 laps 6
10  Bruno Senna 
 Ricardo Gonzalez 
 Filipe Albuquerque 
Ligier JS P2 LMP2 179 26.158 8
11  Nicolas Lapierre 
 Gustavo Menezes 
 Stéphane Richelmi 
Alpine A460 LMP2 179 26.667 7
12  Pipo Derani 
 Ryan Dalziel 
 Chris Cumming 
Ligier JS P2 LMP2 179 57.789 7
13  Maurizio Mediani 
 Nicolas Minassian 
 Mikhail Aleshin 
BR01 LMP2 177 18 laps 6
14  Vitaly Petrov 
 Viktor Shaytar 
 Kirill Ladygin 
BR01 LMP2 177 42.713 6
15  Paul Loup Chatin 
 Ho-Pin Tung 
 David Cheng 
Alpine A460 LMP2 176 19 laps 7
16  Richard Bradley 
 Matt Rao 
 Alex Lynn 
Oreca 05 LMP2 174 21 laps 8
17  Harry Tincknell 
 Andy Priaulx 
Ford GT LMGTE PRO 170 25 laps 5
18  Stefan Mücke 
 Olivier Pla 
Ford GT LMGTE PRO 170 50.652 6
19  Gianmaria Bruni 
 James Calado 
Ferrari 488 GTE LMGTE PRO 170 1'13.367 5
20  Marco Sørensen 
 Nicki Thiim 
Aston Martin Vantage V8 LMGTE PRO 170 1'38.850 5
21  Sam Bird 
 Davide Rigon 
Ferrari 488 GTE LMGTE PRO 168 27 laps 8
22  Richard Lietz 
 Michael Christensen 
Porsche 911 RSR (2016) LMGTE PRO 168 16.041 5
23  Pedro Lamy 
 Paul Dalla Lana 
 Mathias Lauda 
Aston Martin Vantage V8 LMGTE AM 166 29 laps 5
24  Alexandre Imperatori 
 Dominik Kraihamer 
 Matheo Tuscher 
Rebellion R-One LMP1 166 40.670 8
25  Christian Ried 
 Wolf Henzler 
 Joël Camathias 
Porsche 911 RSR LMGTE AM 166 51.837 5
26  François Perrodo 
 Emmanuel Collard 
 Rui Aguas 
Ferrari F458 Italia LMGTE AM 166 54.023 5
27  David Heinemeier Hansson 
 Patrick Long 
 Khaled Al Qubaisi 
Porsche 911 RSR LMGTE AM 166 1'13.423 5
28  Pierre Ragues 
 Ricky Taylor 
 Romain Brandela 
Chevrolet Corvette C7-Z06 LMGTE AM 164 31 laps 5
29  Michael Wainwright 
 Adam Carroll 
 Ben Barker 
Porsche 911 RSR LMGTE AM 164 44.462 6
30  Darren Turner 
 Richie Stanaway 
Aston Martin Vantage V8 LMGTE PRO 1 194 laps 1
31  Mathias Beche 
 Tor Graves 
 Roberto Gonzalez 
Oreca 05 LMP2 0
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC
Événement Shanghai
Sous-évènement Course
Circuit Shanghai International Circuit
Type d'article Résumé de course