WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
C
Bahrain
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
02 Heures
:
17 Minutes
:
35 Secondes

Toyota : Un timing "serré et risqué" pour préparer l'Hypercar

partages
commentaires
Toyota : Un timing "serré et risqué" pour préparer l'Hypercar
Par :
20 nov. 2019 à 13:49

Toyota souligne les difficultés liées à la conception de sa future Hypercar pour le WEC, compte tenu des délais très serrés avec lesquels le constructeur doit composer.

Unique constructeur d'usine engagé en FIA WEC cette année dans la catégorie LMP1, Toyota exploite pour la dernière année sa TS050 Hybrid. La voiture n'évolue que très peu depuis la Super Saison, d'autant qu'elle est touchée à la fois par l'EoT et par le système de handicap de performance. Tout en menant son programme de compétition dans cette saison de transition, le constructeur nippon se prépare en coulisses avec la conception de son futur prototype Hypercar. 

Pour la saison 2020-2021, cette nouvelle catégorie succédera au LMP1, avec plusieurs philosophies acceptées sur le plan réglementaire. Toyota a choisi la voie d'une auto entièrement construite à ces fins. Pour être prêt à temps, les délais se sont raccourcis puisque la finalisation de la réglementation s'est faite sur le tard. La firme japonaise avait d'ailleurs tiré le signal d'alarme lorsqu'elle attendait encore d'y voir définitivement plus clair, affichant un début d'impatience. 

Lire aussi :

Interrogé sur les préparatifs autour de sa future auto, qui conservera la technologie hybride, Pascal Vasselon n'y va pas par quatre chemins. "À fond, trop tard !" lance le directeur technique pour évoquer ce projet. "Tout est très critique. Les voitures prendront la piste peu de temps avant l'homologation et la première course. Tout est très serré, c'est un planning très risqué."

Cette nouvelle génération de voitures devra entrer en compétition en septembre 2020 pour l'ouverture de la saison prochaine à Silverstone, quelques semaines seulement après un Prologue qui aura servi de galop d'essai officiel. Toutes ces dates doivent d'ailleurs encore être entérinées. "Apparemment, Silverstone a bougé un peu, ce sera un peu plus tard : au lieu de la fin août, ce sera début septembre, donc nous gagnons peut-être une semaine avec ça", explique Pascal Vasselon. "C'est difficile de demander plus, car pour le moment nous cherchons le programme parfait et espérons que tout se passera bien. Mais il est certain que c'est risqué. Le calendrier est très serré."

Pour l'An I de la future catégorie, Toyota croisera la route d'un seul constructeur avec un programme d'usine, à savoir Aston Martin, qui fait le choix de produire une Hypercar dérivée de la Valkyrie et sans technologie hybride. Le plateau sera également complété par les projets sur lesquels planchent ByKolles et Glickenhaus, tandis que les actuelles LMP1 seront acceptées. À plus long terme, Peugeot Sport a annoncé cette semaine son engagement avec une arrivée en compétition pour la saison 2022-2023.

"Pour le moment, nous espérons quatre équipes au rendez-vous : Aston et nous, et aussi ByKolles et Glickenhaus", confirme Pascal Vasselon. "Ce sont les quatre qui travaillent pour être présentes. À long terme, tout peut arriver, plusieurs constructeurs étudient cela et prévoient de venir lors de la deuxième année. Nous devrions avoir quatre équipes, donc actuellement, cela semble raisonnablement bien pour pour la première année." 

Propos recueillis par Jamie Klein  

Article suivant
L'arrivée de Peugeot va "inciter d'autres constructeurs à s'engager"

Article précédent

L'arrivée de Peugeot va "inciter d'autres constructeurs à s'engager"

Article suivant

Gordon Murray évalue un engagement en WEC avec la T.50

Gordon Murray évalue un engagement en WEC avec la T.50
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans , WEC
Équipes Toyota Gazoo Racing WEC
Auteur Basile Davoine