Actualités

Pirelli ne part pas d'une feuille blanche en WRC

Le manufacturier de pneus compte notamment s'appuyer sur son expérience en Formule 1 et transférer ses connaissances vers le nouveau programme mondial qui l'attend.

Nicolay Gryazin, Yaroslav Fedorov, Hyundai Motorsport Hyundai i20 R5

Vainqueur en décembre dernier de l'appel d'offres qu'avait lancé la FIA, Pirelli deviendra en 2021 le manufacturier unique du WRC. La firme de Milan se prépare à endosser la responsabilité de ce programme qui durera au moins quatre ans et qui vient s'ajouter à ses nombreuses autres implications en sports mécaniques. Néanmoins, même s'il s'agit d'un retour après une absence de près de dix ans dans la catégorie la plus élevée du rallye mondial, la marque italienne ne partira pas d'une feuille blanche.

Tout d'abord, si Pirelli n'a plus équipé de teams en WRC depuis 2011, l'entreprise est restée présente en rallye à travers la fourniture de pneus dans les catégories WRC2 et Junior WRC. "Nous avons un produit", rappelle ainsi sur le site officiel du WRC Mario Isola, directeur des programmes sportifs de Pirelli. "Nous équipons déjà toutes les voitures du WRC2, donc nous avons un produit disponible pour des voitures à quatre roues motrices. Nous travaillons sur la longévité de ce pneu ainsi que sur ses performances. Nous sommes confiants pour la saison prochaine."

Lire aussi :

L'autre point primordial pour Pirelli réside dans son expérience à gérer l'exclusivité d'un programme mondial d'une telle ampleur. Le manufacturier le fait en Formule 1 depuis 2011 et compte évidemment s'appuyer sur cette part désormais historique de son engagement afin d'éviter certaines erreurs et de mettre en application les bonnes recettes

"Nous avons énormément appris en Formule 1, et nous apprenons encore", souligne Mario Isola. "Nous pouvons transférer ces connaissances en WRC en matière de logistique, de manière de travailler ou encore pour les pneus en eux-mêmes. Pirelli a toujours eu une histoire incroyable en rallye, cela fait partie de l'ADN de l'entreprise, alors y revenir est vraiment important pour nous."

Pirelli espère également faire des progrès au niveau de la simulation, mais il est important de mettre en avant les circonstances très différentes que propose le rallye, par opposition à la piste. L'objectif est donc de pouvoir mener des essais dès que la situation internationale liée à la pandémie de COVID-19 s'améliorera et le permettra.

"Si je prends la F1, il y a beaucoup de travail qui est fait en avance, avant même de prendre la piste, grâce aux simulations. Une voiture de rallye est différente. Simuler les performances sur la terre ou sur différentes surfaces est difficile, mais nous pouvons travailler en partie autour de ça. Ce pourrait être un bon point de départ. Mais nous espérons pouvoir commencer le plus tôt possible pour tester et valider notre produit."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Loeb : Grönholm a été "mon plus grand rival" sur plusieurs années
Article suivant Le Rallye du Portugal ne sera pas reprogrammé en 2020

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France