Di Grassi - L'Electric GT, potentiellement la GT la plus rapide au monde

partages
commentaires
Di Grassi - L'Electric GT, potentiellement la GT la plus rapide au monde
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
14 mars 2017 à 18:45

Le pilote brésilien, animateur du championnat de Formule E, a testé la Tesla de la nouvelle série Electric GT sur le circuit de Vallelunga.

Lucas di Grassi teste la Tesla de l'Electric GT
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi
Lucas di Grassi tested Electric GT’s
Lucas di Grassi tested Electric GT’s
Lucas di Grassi tested Electric GT’s
Lucas di Grassi, ABT Schaeffler Audi Sport
Essais de la Tesla Model S P85+
Essais de la Tesla Model S P85+

Le pilote Audi a parcouru plus de 20 tours sur une demi-journée récemment, sur le tracé italien, au volant de la Tesla Model S P85+. Lucas Di Grassi est un acteur du championnat de Formule E depuis le lancement de la série, et s'est déclaré fervent supporter du projet Roborace, la future série de courses de voitures sans pilote.

"Comme pour toute nouvelle technologie, je veux m'impliquer et comprendre ce à quoi ils veulent aboutir", a expliqué Di Grassi à Motorsport.com"La Formule E est une technologie très complexe, et exotique, et il s'agit ici d'un produit commercial – transformer une voiture de route en une voiture de course en apportant des pneus slicks, ajouter une cage de sécurité, et en enlevant du poids." 

"La voiture est très agile car la majorité du poids est en bas, le centre de gravité est très, très bas, et c'est ce dont on a besoin sur une voiture de course. Il y a peu d'appui aérodynamique, la voiture a une aileron arrière et un spoiler à l'avant, mais le grip mécanique est assez impressionnant. Pirelli a conçu des pneus très tendres."

"Le problème est que la voiture a des limites thermiques. On peut avoir une voiture très rapide sur un tour qualificatif, puis elle revient à sa puissance initiale sur 15 ou 16 tours. Si vous arrivez à contrôler la température, vous pouvez avoir un nouveau pic de performance. Le challenge sera de piloter aussi vite que possible sans faire chauffer le moteur."

Une voiture plus puissante dans les cartons

La P85+ est une propulsion, qui dispose d'une puissance maximale de 509 chevaux, avec une puissance "de base", c'est-à-dire en configuration course, qui s'élève à la moitié de cela. Mais la série veut aligner à terme la version P100LD, une quatre roues motrices dont la puissance maximale atteint 784 chevaux (585 Kw), pour une puissance de base de 380 Kw.

Di Grassi a ajouté qu'il "peut garantir que la nouvelle voiture, avec ses propriétés, sera aussi rapide qu'une voiture GT3", et que son ratio poids-puissance sera similaire à celui d'une LMP2.

Voilà qui mettrait la voiture de l'Electric GT au même niveau que les voitures de réglementation GT500 du championnat Super GT japonais, réputées pour être les voitures GT les plus rapides du monde après une enquête réalisée par le magazine Autosport l'an passé.

"La nouvelle voiture est bien plus adaptée pour de longs runs à haute vitesse", poursuit Di Grassi. "Elle bénéficie d'un meilleur refroidissement et tout est mieux dimensionné. Cela pourrait bien être la GT la plus rapide sur un tour, mais pas sur la distance d'une course, vous devez ralentir en raison des problèmes de surchauffe et la gestion de la batterie."

"Ils ont besoin d'un bon package aérodynamique, elle n'a que très peu d'appui à l'heure actuelle."

Di Grassi pense que l'Electric GT et la Formule E peuvent cohabiter facilement car "l'un n'a rien à voir avec l'autre", et "c'est comme comparer une GTE et une Formule 1, ou une LMP1".

Le Brésilien a également admis qu'il pourrait considérer courir dans ce championnat si Audi le lui permettait, ajoutant que "ce serait génial d'être le tout premier vainqueur d'une série électrique, puis l'être également dans cette série."

Qu'est-ce que l'Electric GT ?

L'Electric GT vise des premières courses lors de la seconde moitié de 2017, avec quelques courses en Europe sur des circuits comme Silverstone et le Nürburgring. Les formats de week-ends de course prévoient une séance d'essais de 20 minutes, une séance qualificative d'une heure et deux courses de 60 km, l'une disputée en journée, et l'autre au coucher du soleil.

L'objectif est d'aligner dix équipes de deux voitures, même si aucun pilote n'a pour l'instant été officiellement annoncé. Plusieurs pilotes potentiels, dont Alexandre Prémat, Oliver Webb et Stefan Wilson ont été annoncés en tant que membres du "Drivers Club".

D'anciens pilotes de Formule 1 comme Heinz-Harald Frentzen ou Karun Chandhok ont également testé la voiture de développement.

Article suivant
Alexandre Prémat rejoint également l'Electric GT

Article précédent

Alexandre Prémat rejoint également l'Electric GT

Article suivant

La FIA homologue un championnat GT électrique

La FIA homologue un championnat GT électrique
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries EGT
Pilotes Lucas Di Grassi
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Actualités