La réglementation 2017 dévoilée en F3 Europe

La FIA a dévoilé la nouvelle réglementation technique et sportive du championnat de F3 Europe pour la saison 2017. Un certain nombre de changements visent à réduire les coûts et à niveler la hiérarchie.

À commencer par des restrictions sur les essais privés, qui seront interdits sur tous les circuits du championnat 2017, quelle que soit la voiture. Auparavant, il était possible pour les équipes et les pilotes de s'offrir un avant-goût des différents tracés au volant d'autres monoplaces. Prema et Motopark, par exemple, utilisaient des Formula Masters. Ce ne sera plus possible, et les écuries seront limitées à douze journées d'essais – six officielles, six privées.

Par ailleurs, les teams se sont mis d'accord pour partager leurs données télémétriques sur l'accélérateur, le frein et la vitesse après la première séance qualificative du week-end. "Les données du meilleur tour du pilote le plus rapide de chacune des deux équipes les plus rapides seront mises à la disposition de tous les concurrents", indique le communiqué de la F3 Europe. "Cela devrait aider les équipes plus petites et moins expérimentées et générer une compétition plus serrée entre les pilotes."

L'interdiction des tests en soufflerie devrait également contribuer à resserrer la hiérarchie, dans un contexte où la F3 Europe a mis à jour son kit aérodynamique pour cette saison, avec notamment un tout nouvel aileron avant. Aucune pièce ne pourra être modifiée sur le châssis, ce qui rend les tests en soufflerie de toute façon inutiles.

Rendu de la F3 de 2017

Clémence pour les moteurs

Il y a du nouveau du côté des moteurs, puisqu'un changement de groupe propulseur ne provoquera plus automatiquement une pénalité de dix places sur la grille de départ des trois courses suivantes. Sérgio Sette Câmara avait particulièrement souffert de ces sanctions jugées trop sévères en 2016.

"Tandis que les changements de moteur seront toujours sévèrement pénalisés s'il est considéré qu'ils sont effectués pour des raisons de performances, ceux dont le délégué technique de la FIA jugera qu'ils sont dus à des défaillances mécaniques ou électriques engendreront une pénalité de dix places sur la grille de départ de la course suivante uniquement. Si le changement de moteur devient nécessaire suite à un accident en piste et qu'il est jugé que l'accident a été provoqué par un tiers, aucune pénalité ne sera appliquée."

De plus, le coût de la fourniture moteur pour une saison est désormais plafonné à 65 000 €, soit environ 30% de moins qu'avant.

Plus de primes, et jusqu'à quatre saisons

Les primes de fin de saison accordées aux rookies (100 000 € pour le champion, 50 000 € pour le deuxième et le troisième en 2016) vont être augmentées et étendues aux championnats des pilotes et des équipes. Les frais d'inscription, en revanche, sont désormais moins élevés qu'auparavant.

Enfin, le nombre de saisons qu'un pilote peut disputer en F3 Europe est désormais de quatre au lieu de trois. La restriction précédente avait contraint Antonio Giovinazzi et Tatiana Calderón à quitter le championnat pour 2016, avec des fortunes très diverses. La FIA indique toutefois qu'il est "idéal de faire au moins deux saisons consécutives".

Quoi qu'il en soit, aucun pilote ne disputait l'an passé sa troisième saison complète en F3 Europe, ce qui signifie que la modification de cette règle n'a probablement pas d'effet à court terme, si ce n'est de permettre à Tatiana Calderón de faire son retour si elle le souhaite.

L'avis de Callum Ilott

Callum Ilott s'est notamment exprimé au sujet de l'impact de la nouvelle réglementation pour Motorsport.com. Découvrez son avis dans la vidéo ci-dessous !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3 Europe
Type d'article Actualités
Tags officiel