Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
23 oct.
Prochain événement dans
23 jours
31 oct.
Prochain événement dans
31 jours
13 nov.
Prochain événement dans
44 jours
04 déc.
Prochain événement dans
65 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
73 jours

La F1 s'interdit tout relâchement face au COVID-19

partages
commentaires
La F1 s'interdit tout relâchement face au COVID-19
Par :

La F1 a réussi à relancer la compétition en s'astreignant à une discipline sanitaire et collective exemplaire. Elle ne veut surtout pas que cette réussite débouche sur un relâchement alors que trois nouveaux Grands Prix vont avoir lieu au mois d'août.

En tenant son pari d'ouvrir la saison 2020 en juillet avec trois Grands Prix consécutifs, dont deux sur le même circuit en Autriche, la Formule 1 a démontré que les protocoles mis en place étaient solides. Les épreuves européennes se déroulent actuellement à huis clos et dans le respect de règles sanitaires draconiennes pour limiter les risques face à la pandémie de COVID-19. Le premier bilan est bon et la discipline se réjouit d'avoir su s'ériger en exemple pour d'autres catégories, tout en prévenant qu'il ne lui est absolument pas permis de céder au moindre relâchement.

Lire aussi :

Le paddock évolue au sein d'une "biosphère" où s'applique le port du masque, la distanciation physique, une politique de tests massive, des restrictions de personnel ou encore le respect de bulles sociales ainsi que le recours à une application de tracking. À ce jour, deux cas positifs au nouveau coronavirus ont été décelés parmi les milliers de tests effectués chaque semaine, et leur incidence ne s'est pas faite sentir grâce au travail d'anticipation en amont.

"En tant que sport et en tant qu'industrie, nous devrions être très fiers de ce que nous avons accompli lors de ces trois premiers Grands Prix", souligne Michael Masi, directeur de course F1 de la FIA. "Si l'on considère le temps que nous avons évidemment eu collectivement, en particulier entre la FIA et la F1, pour développer le plan de retour à la compétition, les méthodes et les protocoles, le soutien de tous dans la pitlane, des journalistes et des séries annexes a été fantastique. Oui, c'était un processus d'apprentissage pour nous tous. Il y a eu des modifications mineures en cours de route, mais dans l'ensemble, nous étions au rendez-vous avec le processus et la structure. Je suis fier de ce que nous avons fait."

Masi le reconnaît volontiers, les deux cas positifs détectés en marge du Grand Prix de Hongrie ont constitué une piqûre de rappel quant au fait que le risque zéro n'existait pas. Dans le même temps, ils ont aussi permis à la F1 de démontrer qu'elle était en mesure de réagir pour qu'une telle situation ne remette pas un week-end en cause, contrairement à ce qui s'était produit lors du Grand Prix d'Australie en mars dernier.

"Il y a certainement un niveau de confiance", estime Masi. "Je pense qu'il ne faut pas être complaisant, c'est probablement le plus important. Le fait d'avoir organisé les trois premiers Grands Prix avec seulement deux cas [positifs], mais en réalité extérieurs au paddock, fait que nous devons tous être conscients du fait que le COVID-19 est très présent autour de nous, et partout dans le monde. Nous ne pouvons donc pas nous planter et arriver à Silverstone en nous croyant invincibles. La seule chose que je peux dire, c'est que ma plus grande crainte est que les gens deviennent complaisants. Nous devons nous en tenir au processus que nous avons développé."

Enchaîner les GP : une nécessité en 2020, une hérésie à l'avenir

Article précédent

Enchaîner les GP : une nécessité en 2020, une hérésie à l'avenir

Article suivant

La FIA explique comment Honda a travaillé pendant le confinement

La FIA explique comment Honda a travaillé pendant le confinement
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Tags michael masi
Auteur Basile Davoine