Débitmètre : le nouvel ennemi N°1 de Red Bull (2/2)

partages
commentaires
Débitmètre : le nouvel ennemi N°1 de Red Bull (2/2)
20 mars 2014 à 08:30

L’ECU de gestion moteur est censé gérer la consommation des F1

L’ECU de gestion moteur est censé gérer la consommation des F1. Toutefois, le pilote dispose des informations à ce sujet sur son volant, et peut interagir sur cette consommation en levant le pied de lui-même à mi-ligne droite, si le calculateur (ECU) ne le fait pas de lui-même. Avec l’accord de son ingénieur de course, le pilote peut également modifier la cartographie moteur grâce à la molette sur son volant.

Rappelons que lorsque c’est l’ECU qui se charge de réduire, voire couper l’alimentation en carburant, les diodes rouges à l’arrière de la monoplace clignotent pour prévenir le ou les pilotes qui suivent cette monoplace de sa décélération. Un signal qui n’apparait cependant pas pour les poursuivants lorsque le pilote lâche lui-même la pédale.





« Sur le schéma ci-dessus, on observe que le débitmètre est positionné après une pompe à essence basse pression, puis en aval à la pompe haute pression du sytème d’injection », explique Bill Suserg, consultant technique exclusif ToileF1.

« Les injecteurs sont eux pilotés électriquement via une électrovanne pour chacun d’eux, permettant de contrôler la quantité d’essence injectée , et le temps d’injection pour chaque cylindre ».

Chaque équipe peut ainsi connaitre la quantité d’essence injectée dans le moteur à l’instant T. C’est sur ce point que Red Bull base son appel quant à la décision de la FIA de disqualifier Ricciardo pour avoir à plusieurs reprises dépassée le ratio maximum de consommation instantanée.

Le constructeur du débitmètre Gill Sensors accorde qu’une minime erreur de mesure peut être observée sur ses débitmètres, de l’ordre de 0.25% sur une quantité maximale de carburant traversant celui-ci (d’environ 8l/min) ; soit bien au-delà de la consommation réelle d’une monoplace de F1. Autrement dit, la fiabilité est quasi absolue.

Le débitmètre est monté après une pompe à essence basse pression (Env iron 5 bars), afin d’éviter toute cavitation ou un flux discontinu qui pourrait l’endommager et tronquer les mesures.

« Attention toutefois, certaine manipulation sur le circuit de carburant pourraient endommager cet appareil », ajoute Suserg. On peut ainsi voir le circuit de carburant en dépression (création d’un vide, ce que les équipes provoquent lors de la vidange de leurs réservoirs de carburant pour aspirer toute la quantité d’essence). Bien sûr, il existe une vanne de barrage sous le réservoir. Une fois cette vanne fermée, le débitmètre est protégé.

Pour clore le débat sur la disqualification de Daniel Ricciardo lors du GP de Melbourne 2014 (pour une infraction à l’Article 5.1.4 du règlement technique et du l’Article 3.2 su Règlement Sportif), voici les faits :

 Article 5.1.4 du règlement technique : 5.1.4 « Fuel mass flow must not exceed 100kg/h ». Comprendre : « ne jamais dépasser le flux de carburant maximum qui traverse le débitmètre de 100kg/h en toutes circonstances, et à tout moment ».

 Article 3.2 du règlement sportif : “Competitors must ensure that their cars comply with the conditions of eligibility and safety throughout practice and the race”. Ici, le règlement indique que les concurrents doivent s’assurer que leurs voitures respectent les conditions de conformité et de sécurité lors des essais et de la course.

Ici, le règlement indique que les concurrents doivent s’assurer que leurs voitures respectent les conditions de conformité et de sécurité lors des essais et de la course.

Prochain article Formule 1
McLaren développera de façon agressive pour reprendre Mercedes

Article précédent

McLaren développera de façon agressive pour reprendre Mercedes

Article suivant

Red Bull vs FIA - Comment Milton Keynes défend Ricciardo

Red Bull vs FIA - Comment Milton Keynes défend Ricciardo
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo Boutique
Type d'article Actualités