Ericsson : Apporter des évolutions à Monaco a nui à Sauber

partages
commentaires
Ericsson : Apporter des évolutions à Monaco a nui à Sauber
Par : Fabien Gaillard
6 juin 2017 à 09:39

Marcus Ericsson estime que le fait d'apporter une partie des évolutions à Monaco n'a pas permis à Sauber de régler correctement la C36, sur un tracé aussi spécifique que celui qui serpente dans les rues de Monte-Carlo.

Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36
Marcus Ericsson, Sauber C36

En Espagne, Sauber avait surpris dans le paddock en signant une performance relativement inattendue puisque, après une qualification en Q2 pour Pascal Wehrlein (15e), l'Allemand avait réussi à rallier l'arrivée au huitième rang, quand Ericsson, parti 16e, avait lui terminé 11e.

Ce regain de performance et ces premiers points avaient été le fruit à la fois de l'introduction d'une première partie des évolutions prévues, mais aussi d'un choix stratégique audacieux, celui de ne faire qu'un seul arrêt contre deux pour la plupart des concurrents.

Lors du Grand Prix de Monaco, la structure d'Hinwil a apporté la seconde partie de son package et, étonnamment, les performances ont été très mauvaises, l'écurie étant de loin la plus lente en Principauté.

"Nous étions surpris, à Barcelone, d’être aussi compétitifs alors que tout le monde avait amené des packages d’évolutions, et que nous avions seulement apporté un aileron arrière", explique ainsi Marcus Ericsson, à Autosport.

"Puis, nous avons eu tout le reste [à Monaco], avec le nouveau fond plat, les déflecteurs, les aubes directrices, tout. Nous nous attendions, après la performance de Barcelone, à être dans la lutte en milieu de peloton. Et puis nous avons globalement été à une seconde de la voiture de milieu de peloton la plus lente tout le week-end."

Le Suédois estime qu'il aurait été préférable de ne pas avoir à découvrir ces évolutions substantielles sur le circuit le plus atypique de la saison. "Quand on apporte une évolution, il faut régler la voiture, mais c’est difficile à faire à Monaco. Ça nous aurait beaucoup aidés d’avoir l’évolution à Barcelone, car nous aurions pu régler un peu mieux la voiture autour de l’amélioration en arrivant à Monaco."

Monisha Kaltenborn, la directrice de Sauber, pointe un manque de compétitivité "très inattendu", sans avoir d'explication précise sur la raison de ces performances en dents de scie : "Nous savons que la voiture est difficile, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit à ce point. Il est étrange que la voiture soit si bonne à Barcelone et que soudainement, nous arrivons à Monaco et que cela se produise."

Article suivant
Des inspections ouvertes pour aider les petites équipes de F1 ?

Article précédent

Des inspections ouvertes pour aider les petites équipes de F1 ?

Article suivant

Pourquoi Bottas est plus performant qu'il n'y paraît

Pourquoi Bottas est plus performant qu'il n'y paraît
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités