Ferrari pense pouvoir gagner d'autres GP en 2019

Après avoir saisi les deux meilleures occasions qui s'offraient à elle, la Scuderia Ferrari ne fait pas une croix sur d'autres succès en 2019.

Ferrari pense pouvoir gagner d'autres GP en 2019

Ferrari a fait preuve de réalisme en estimant que ses chances de rattraper Mercedes en 2019 étaient désormais nulles, mais pour autant, la Scuderia s'estime capable de remporter encore des Grands Prix cette saison. À Spa-Francorchamps puis à Monza, où Charles Leclerc s'est imposé deux fois de suite, l'écurie italienne a profité des caractéristiques très favorables des tracés pour sa SF90 peu chargée sur le plan aérodynamique. Si le rendez-vous de Singapour en fin de semaine s'annonce beaucoup plus compliqué, l'espoir de s'imposer encore lors des sept dernières manches de la saison demeure. 

Lire aussi :

Le fait d'avoir dû attendre plus d'une demi-saison pour enfin gagner en 2019 n'est pas forcément rassurant, mais Mattia Binotto trouve des motifs d'espoir pour ne pas rayer totalement ni trop tôt la fin d'année. "Nous savions qu'il s'agissait de circuits [Spa et Monza] sur lesquels nous pouvions être compétitifs", précise le directeur de Ferrari. "Ce n'était pas acquis, mais avec le besoin de puissance et les longues lignes droites, c'était important pour nous. C'est primordial pour nous de ne pas manquer toute autre opportunité comme nous l'avons fait durant la première partie de saison, et le fait d'avoir capitalisé sur les forces de notre voiture lors de ces deux Grands Prix nous rend très heureux."

"Qu'en sera-t-il pour les prochaines courses ?", interroge-t-il. "Je pense que ça peut être aussi bien que lors de la première partie de saison. Il y aura des Grands Prix comme on en a vu en Allemagne, au Canada, à Bahreïn, où nous pourrons peut-être être compétitifs, et des Grands Prix où les faiblesses de notre voiture ne nous donneront pas la possibilité de jouer la victoire. Mais c'est difficile d'imaginer lesquels. Il est important pour nous de continuer à développer la voiture, de continuer à la comprendre, d'essayer d'avoir le meilleur équilibre, et de donner à nos pilotes les meilleures opportunités quand elles se présentent. Il y a des circuits comme le prochain [Singapour] où le moteur n'est peut-être pas très important."

Une fin d'année en montagnes russes ?

Sebastian Vettel, Ferrari SF90

Pour s'imposer à Monza, Ferrari a pu compter sur plusieurs facteurs. Le premier était l'introduction de la dernière évolution de l'unité de puissance, qui a offert un avantage non négligeable. Le second était directement lié à la philosophie aéro de la monoplace de Maranello, qui pose tant problème depuis le début de l'année mais a payé sur un tel tracé. "Nous ne devons pas seulement remercier le nouveau moteur, qui nous a apporté de la vitesse en ligne droite, mais aussi le département aéro, car le package à faible appui que nous avons amené a démontré qu'il était bon pour les vitesses élevées", estime Binotto. "La vitesse de pointe que vous avez pu voir en ligne droite n'est pas seulement due au moteur, mais aussi au package." Toujours est-il qu'il faudra retourner vers un niveau de charge diamétralement opposé sur la piste urbaine de Singapour ce week-end : "Nous travaillons à Maranello pour ajouter de l'appui, il y aura peut-être quelques pièces [supplémentaires]".

Dans les rangs d'une Scuderia où Charles Leclerc a semblé prendre le pouvoir ces deux dernières semaines, il en est un qui espère plus encore être en mesure d'aller cueillir au moins une victoire. Sevré de succès depuis plus d'un an maintenant, Sebastian Vettel garde confiance. "De toute évidence, nous n'avons pas été les favoris pour le championnat cette année, de loin. Je ne pense pas qu'il faille être intelligent pour comprendre ça", admet le quadruple Champion du monde. "Mais je pense qu'il y a quelques Grands Prix qui arrivent et où nous serons probablement plus compétitifs que les autres. Dans l'ensemble, il s'agit de faire un bon week-end. La vitesse est là, donc je ne suis pas inquiet. Sincèrement, il s'agit de tout mettre bout à bout. Mais il y a beaucoup de Grands Prix et beaucoup de temps."

partages
commentaires
Chez Renault, Ocon rappellera à chacun sa chance d'être en F1
Article précédent

Chez Renault, Ocon rappellera à chacun sa chance d'être en F1

Article suivant

Bottas est "très loin" du niveau auquel il voudrait être

Bottas est "très loin" du niveau auquel il voudrait être
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021