La FIA exige les mêmes modes moteur entre écuries d'usine et clientes

partages
commentaires
La FIA exige les mêmes modes moteur entre écuries d'usine et clientes
Par : Fabien Gaillard
23 févr. 2018 à 11:51

Une nouvelle directive de la FIA pourrait permettre aux clients des motoristes de bénéficier d’une fourniture de moteurs égale à celle des structures d’usine.

La question de la fourniture des unités de puissance par les motoristes aux écuries clientes soulève depuis quelques années des questions. En effet, bardés d’électronique, les blocs propulseurs modernes fonctionnent à l’aide de logiciels qui sont conçus par les constructeurs.

Or, les clients n’ont pas la main sur ces paramètres et, la plupart du temps, si le matériel est rigoureusement identique d’une voiture d’usine à une voiture cliente, l’utilisation du moteur est différente et forcément à l’avantage, en performance, de l’équipe du motoriste.

Cela devrait désormais changer puisque la FIA a demandé aux constructeurs d’agir de façon à ce qu’il n’y ait plus de telles différences entre les blocs. L’instance dirigeante pense en effet que "[certaines unités de puissance] sont exploitées d’une façon différente de celles fournies par le même constructeur".

Les règles imposent d’ores et déjà aux manufacturiers de démontrer que le matériel fourni est le même, mais une directive technique récente de la FIA implique qu’il faudra désormais que les motoristes s’assurent que les blocs puissent être exploités "exactement" de la même façon par l’ensemble des concurrents en bénéficiant.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17

Le texte de la Directive Technique TD/005-18

"Le but du cinquième [point] de l'Annexe quatre du Règlement Sportif de la F1 est d'assurer que toutes les unités de puissance fournies par un constructeur soient identiques à tous les égards ; nous avons de bonnes raisons de penser que ce n'est peut-être pas le cas. Tandis que les dossiers de chaque équipe peuvent être identiques, il semblerait que certaines soient exploitées d'une façon différente de celles fournies par le même constructeur. Cela rend le but du cinquième [point] presque vide de sens.

Par conséquent, nous pensons que toutes les unités de puissance fournies par un motoriste doivent être identiques, non seulement le dossier de chaque équipe doit être identique, mais elles doivent aussi être exploitées de façon identique. Dans cette optique, nous nous attendons à ce que toutes les unités de puissance fournies par le même motoriste soient :

  • i) Identiques selon le dossier de chaque équipe, et à moins qu'une équipe nous informe qu'elle a décliné une des données suivantes ou les données suivantes, elles devraient être :
  • ii) Exploitées avec des logiciels identiques et pouvoir fonctionner exactement de la même façon.
  • iii) Exploitées avec des spécifications identiques de carburant et de lubrifiant."

L'aspect optionnel pour l'essence et les lubrifiants concerne notamment les cas dans lesquels les clients n'ont pas les mêmes fournisseurs que les structures d'usine.

Le cinquième point de l'Annexe quatre du Règlement Sportif de la F1 est rédigé comme suit : "Tous les motoristes doivent soumettre un dossier d'homologation pour chaque écurie qu'ils comptent équiper. Il ne peut y avoir qu'un dossier d'homologation par équipe. À l'exception du dossier lié à l'unité de puissance fourni à une équipe selon l'Article 23.4 b) du Règlement Sportif, les dossiers pour les écuries équipées par un motoriste doivent être identiques à tout moment, à l'exception de différences sur des pièces que la FIA acceptera à sa discrétion absolue, ce uniquement pour l'installation de l'unité de puissance avec différentes équipes et à condition que ces différences n'aient pas d'impact significatif sur les performances de la voiture. La FIA accordera une dérogation à cet Article (i) si la/les différence(s) n'a/n'ont pas d'impact sur le coût de l'unité de puissance et (ii) si l'équipe refuse la/les différence(s) proposées par son motoriste."

Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, devant Felipe Massa, Williams FW40, et Esteban Ocon, Force India VJM10

Le cas Lotus/Mercedes à Spa en 2015

L'an passé, le sujet avait fait un retour dans l'actualité quand Matthew Carter, ancien PDG de Lotus, avait raconté une anecdote à propos du Grand Prix de Belgique 2015 lors duquel, alors qu'il était en lutte pour le podium avec la Ferrari de Sebastian Vettel, Romain Grosjean avait bénéficié d'un coup de pouce de Mercedes.

"[Mercedes] ne voulait pas particulièrement que Sebastian Vettel soit sur le podium à Spa, et ils pouvaient voir que Romain, avec des pneus plus neufs, revenait. Donc ils lui ont donné un mode moteur différent", avait-il révélé pour le podcast Missed Apex.

"Romain est venu à la fin de cette course et a dit que la voiture ne s’était jamais comportée de la façon dont elle l’avait fait lors des derniers tours de course. C’est logique : dès l’instant où la voiture va plus vite, votre aéro fonctionne mieux, vos pneus fonctionnent mieux, vous n’avez pas à freiner aussi tôt. Chaque partie de la voiture fonctionnait mieux car il avait ce mode."

"Mercedes ne nous a jamais dit de quoi il s’agissait. Ils nous ont dit qu’il n’y avait pas de différence du tout. Romain me disait : ‘Pas possible, la voiture était différente’."

Lors de la même saison 2015, mais à Monza, Felipe Massa, alors pilote Williams, avait sous-entendu pour ESPN qu'il existait une différence entre les moteurs Mercedes dont bénéficiait Grove et ceux de Mercedes.

"Nous sollicitons énormément le moteur qui, j'en suis certain, a connu quelques évolutions que nous pouvons avoir et que nous essayons d’avoir parce que, c’est clair, la différence est trop grande. J’espère vraiment que nous avons véritablement le même moteur, je ne vois pas pourquoi ça ne serait pas le cas."

"Pourquoi Mercedes aiderait Ferrari ? Nous devons avoir le meilleur [moteur] qu’ils peuvent nous donner, et nous allons travailler dessus. [...] Si nous n’avons pas le même moteur – ce que je ne peux pas dire à 100% parce que c’est très difficile à dire – […] alors nous le voulons parce qu'il est dommage de ne pas l’avoir."

Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13

Prochain article Formule 1
La comparaison des McLaren-Honda MCL32 et McLaren-Renault MCL33

Article précédent

La comparaison des McLaren-Honda MCL32 et McLaren-Renault MCL33

Article suivant

Photos - Les McLaren F1 de 1966 à 2018

Photos - Les McLaren F1 de 1966 à 2018
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités