Comment Haas collabore avec Ferrari pour concevoir sa F1

Haas a toujours collaboré étroitement avec la Scuderia Ferrari, l'écurie américaine s'est même installée à Maranello il y a un an.

Vue détaillée de la Haas VF-22

Lorsque Haas a rejoint la Formule 1 en 2016, son fondateur Gene Haas avait un business plan très clair : exploiter la réglementation technique en achetant à Ferrari autant de pièces que celle-ci le permet, tout en faisant construire sa monoplace par Dallara. C'est avec ce modèle parfois critiqué par des écuries plus indépendantes que l'équipe s'est hissée à la cinquième place du championnat 2018 notamment, même si les saisons 2020 et 2021 ont été plus difficiles avec un total de trois petits points.

Depuis l'an dernier, un plafond budgétaire est en vigueur en Formule 1, fixé à 145 M$ en 2021 et 140 M$ (environ 122,5 M€) en 2022 – en sont exclues certaines dépenses comme les salaires des pilotes. Ferrari a dû réduire l'envergure de son écurie en conséquence, ce qui a libéré de la place à Maranello et permis à Haas de s'y installer dans son propre bâtiment. En parallèle, la nouvelle VF-22 est toujours équipée de pièces achetées à la Scuderia, mais le nouveau Règlement Technique rend celles-ci moins nombreuses.

"Du point de vue de la fourniture, nous nous efforçons de maximiser toutes les opportunités avec Ferrari", déclare Simone Resta, ingénieur Ferrari de longue date, qui a rejoint Haas il y a un an. "Nous sommes la plus petite équipe sur la grille ; par conséquent, il est important pour nous d'essayer de maximiser ces opportunités. La réglementation a changé de manière conséquente entre l'an dernier et cette année avec la nouvelle spécification de pièces. Il y a moins de choses que l'on peut acquérir à Ferrari, dans un paramètre légèrement différent. Mais oui, pour faire court, nous essayons de prendre tout ce qui est possible selon la réglementation technique."

"Je dirais que la relation n'a pas énormément changé, nous avons toujours eu une bonne relation", ajoute Günther Steiner. "Par ailleurs, cette relation est régulée par le règlement de la FIA. On ne peut pas faire plus de choses juste parce que nous sommes à Maranello ; c'était pratique, il y avait des bureaux disponibles à cause de l'arrivée du plafond budgétaire, et Ferrari avait déjà prévu les bâtiments. Nous avons profité du fait qu'il y ait de l'espace disponible dans les bureaux, et nous avons environ 30 à 35 personnes de Ferrari qui sont passées chez nous à cause du plafond budgétaire en F1."

Guenther Steiner, team principal, Haas F1

Guenther Steiner, team principal Haas F1

"Cependant, la relation et la collaboration n'ont pas évolué, que ce soit en mieux ou en pire, c'est plus ou moins pareil. C'est juste que nous sommes maintenant à Maranello avec un grand groupe de personnes. Nous avons toujours eu des gens dans le bureau de la soufflerie, car nous avons désormais deux bureaux à Maranello, un à la soufflerie et un où sont les designers et les aérodynamiciens pendant la semaine. Mais dans la séance en soufflerie, nous avons toujours eu un bureau où notre personnel pouvait s'asseoir au lieu de rester debout dans la salle de contrôle de la soufflerie."

Steiner a par ailleurs précisé le statut des techniciens Ferrari qui collaborent avec Haas : "Ils sont détachés chez nous. La FIA connaît les détails de ces contrats, ils doivent être complètement détachés de Ferrari. Mais les lois du travail italiennes s'y appliquent évidemment, nous les suivons et nous suivons aussi les règles de la FIA. Quand [ces techniciens] nous rejoignent, il y a une période où ils ne peuvent pas travailler, et les choses comme ça. Tout est régulé, et tout le monde en est conscient."

"[Ces employés] ont des accords personnels avec Ferrari, et nous ne pouvons évidemment pas les révéler, même si nous adorerions tout expliquer. Ils sont privés, par conséquent je ne peux pas le dire. Certains sont des employés de Ferrari, d'autres non." Combien ? "Il faudrait que je vérifie. C'est toujours difficile de donner un chiffre, car après il est retenu. Mais je dirais que 70% sont détachés, 30% nous ont rejoints."

Lire aussi :

Propos recueillis par Luke Smith

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent McLaren prévoit un shakedown de la MCL36 "très proche" des essais
Article suivant Tsunoda : J'étais une "grosse feignasse" début 2021

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France