Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Pour Hamilton, la déroute du Brésil n'est "pas un drame"

partages
commentaires
Pour Hamilton, la déroute du Brésil n'est "pas un drame"
Par :
28 nov. 2019 à 16:15

Lewis Hamilton n'a aucun regret quant au pari stratégique manqué du Grand Prix du Brésil, qui lui a coûté le top 5 pour la deuxième fois de la saison.

Il restait six tours de course lorsque la voiture de sécurité a neutralisé l'épreuve une seconde fois à Interlagos. Lewis Hamilton avait été aisément dépassé quelques tours plus tôt par un Max Verstappen justement rentré au stand lors de la première intervention du Safety Car ; le pilote Mercedes a consulté son équipe et a décidé de chausser des gommes moins usées afin de se lancer à la poursuite des Red Bull.

Il était attendu que Hamilton passe derrière Alexander Albon avec cet arrêt, mais à la surprise de Mercedes, Pierre Gasly a également pris l'avantage au volant de la Toro Rosso ; pire, il n'y avait déjà plus que deux tours à parcourir quand le drapeau vert a été agité. Hamilton a ainsi fait preuve d'un excès d'empressement en dépassant les voitures qui le devançaient, accrochant la monoplace d'Albon ; troisième à un souffle de Gasly sur la ligne, il a été pénalisé et classé septième.

Lire aussi :

"Stupide", une "erreur de débutant" : le directeur technique de Mercedes, James Allison, ne mâchait pas ses mots quant à la décision de faire rentrer Hamilton au stand, mais le sextuple Champion du monde est plus mesuré, préférant voir le verre à moitié plein.

"Ce n'est pas un drame pour nous", analyse-t-il. "Je ne pense pas que ce serait arrivé si nous nous étions alors battus pour le championnat. Nous faisions une expérience, nous tentions de prendre un peu plus de risques. Cela n'a pas payé. Mais c'est bien que nous fassions ces expériences. Nous avons probablement davantage appris de ce week-end que des précédents, où les choses se passaient relativement sans accroc. Nous en discutons ouvertement, tout simplement."

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, en conférence de presse

"C'est moi qui ai pris la décision de rentrer au stand, en fin de compte. On m'a donné le choix, mais on m'a aussi un peu donné une information erronée – où je ressortirais. Il y a d'autres choses qui ont suivi, comme le fait que le Safety Car est resté en piste plus longtemps, tout ça. C'est toujours facile après coup de dire qu'il aurait fallu faire autrement. Mais je ne regrette pas notre décision, comme je l'ai dit, car nous avons appris pas mal de choses que nous pouvons mettre en œuvre ce week-end et l'an prochain."

Hamilton a donc la ferme intention de rebondir ce week-end, à Abu Dhabi : "Le Brésil n'a clairement pas été une super course. Mais je trouve vraiment important de reconnaître ce qu'il y a de bon dans un week-end, plutôt que de toujours se focaliser uniquement sur le négatif. Naturellement, il est bien de reconnaître les points négatifs que sont les défaillances et les erreurs, ainsi que ne pas voir fini à la position où j'aurais dû finir facilement – deuxième ou troisième. Il est toutefois aussi bien de tirer les points positifs, qui étaient nombreux ce week-end. Je ne veux pas en connaître un autre comme ça, je vais donc rectifier le tir ce week-end et nous allons simplement continuer d'avancer à fond."

Valtteri Bottas, quant à lui, va devoir composer avec un départ en fond de grille, en raison d'un changement d'unité de puissance ; jamais une Mercedes ne s'est élancée hors du top 6 depuis le Grand Prix de Belgique 2018. Le Finlandais se console en se disant que le titre mondial est de toute manière déjà perdu et qu'il va avoir quelques dépassements à faire.

"Bien sûr, si j'étais encore en lice pour le titre, cette défaillance et ce début de week-end seraient plus douloureux", reconnaît Bottas. "Tout est joué, je vais faire avec, c'est comme ça. Je connais l'approche pour dimanche et nous devons en tirer le maximum. Je suis sûr que nous pouvons encore faire quelque chose de bien à partir de là. Je l'accepte et je le prends comme un défi – au moins, cela va bien nous entraîner au niveau des dépassements !"

Propos recueillis par Adam Cooper

Article suivant
Leclerc et Vettel doivent être "un peu moins agressifs" entre eux

Article précédent

Leclerc et Vettel doivent être "un peu moins agressifs" entre eux

Article suivant

Photos - Jeudi à Abu Dhabi

Photos - Jeudi à Abu Dhabi
Charger les commentaires