C'était un 5 décembre : Honda quitte la Formule 1

Il y a dix ans jour pour jour, le 5 décembre 2008, Honda Racing F1 Team annonçait son départ précipité de la Formule 1.

C'était un 5 décembre : Honda quitte la Formule 1

C'est après avoir motorisé BAR pendant six ans que Honda a pris la suite de l'équipe en tant que constructeur à part entière pour la saison 2006. Cette première campagne était somme toute correcte pour l'écurie japonaise, avec la quatrième place du championnat des constructeurs et la toute première victoire de Jenson Button en Grand Prix.

Cependant, la RA107 de l'année suivante s'est avérée peu compétitive. Malgré leur présence fréquente en Q2 et même parfois en Q3, les pilotes Honda ne sont entrés dans le top 8 qu'à trois reprises – à chaque fois grâce à Button, Rubens Barrichello n'ayant pas fait mieux que neuvième. C'est alors que Ross Brawn, qui avait mené Benetton et Ferrari au succès par le passé, est entré en action dans le rôle de directeur d'équipe, aux côtés du directeur exécutif Nick Fry. Ses raisons ? Un immense potentiel inexploité, juge-t-il.

"La raison pour laquelle j'y suis allé est que Honda avait de très bonnes infrastructures, comparables à celles de Ferrari et potentiellement plus grandes et meilleures", se remémore Brawn, qui est désormais manager sportif de la F1, pour Motorsport.com. "Les ressources qu'ils avaient au Japon et le budget qu'ils engageaient étaient énormes. Ma réflexion était qu'il y avait clairement quelque chose qui clochait avec l'organisation s'ils avaient ces ressources-là et n'atteignaient pas leur plein potentiel. Je voulais résoudre ça."

Jenson Button, Honda RA107

Jenson Button, Honda RA107

Photo de : James Moy

"Ce qui s'est passé, c'est que les deux côtés de l'organisation – le moteur au Japon et le châssis au Royaume-Uni – se divisaient et rejetaient la faute l'un sur l'autre. Ils n'avaient pas envie de travailler ensemble pour produire la meilleure voiture possible. Ma tâche a été de les ramener à la raison. Parfois, dans ces situations, tout le monde sait ce qu'il faut faire, ils ont juste besoin d'un catalyseur. Je leur ai dit : 'Donnez-moi un an pour arranger ça ; la deuxième année nous aurons des résultats, la troisième année nous nous battrons pour le championnat'."

Nous ne manquons alors pas de rappeler une anecdote narrée par notre expert Gary Anderson qui, lorsqu'il était directeur technique chez Jordan-Mugen Honda, avait dû engager une commission d'enquête externe pour prouver à la marque nippone le manque de puissance de son groupe propulseur.

"L'avantage que j'avais était que je connaissais le niveau de performance d'un moteur Ferrari ou d'un châssis Ferrari", renchérit Brawn. "Certes, ces connaissances étaient vieilles d'un an quand je suis arrivé, mais cela m'a donné des points de référence sur ce dont nous avions besoin."

"Au bout d'un mois, quand j'ai rencontré le conseil d'administration et qu'ils m'ont demandé quels étaient les problèmes, j'ai pu leur dire : 'Le moteur n'est pas assez bon et le châssis n'est pas assez bon, et chaque groupe pense que c'est la faute de l'autre. Si nous n'acceptons pas le fait que les deux côtés ont besoin d'énormes progrès, nous n'irons nulle part'. Et ils étaient sous le choc, parce qu'il y avait beaucoup de dirigeants au Japon qui leur disaient que le moteur était fabuleux, et que l'unique raison pour laquelle ils ne gagnaient pas était que le châssis ne valait rien."

Rubens Barrichello, Honda RA108

Rubens Barrichello, Honda RA108

Photo de : Andrew Ferraro / LAT Images

Brawn n'a toutefois pas eu le temps d'avoir un véritable impact chez Honda. Le concept de la monoplace 2008 était déjà établi à son arrivée, et ce fut une nouvelle saison difficile, avec pour seule lueur d'espoir l'exceptionnel podium obtenu par Rubens Barrichello sous de fortes pluies au Grand Prix de Grande-Bretagne.

Puis, le 5 décembre, alors que la crise financière mondiale se faisait ressentir de plein fouet, Honda a annoncé son départ soudain de la Formule 1, déplorant notamment "un environnement se dégradant rapidement dans l'industrie automobile mondiale" et citant le besoin de "protéger ses activités principales" à long terme.

La structure de Brackley avait pourtant mis toutes les chances de son côté en vue de la saison 2009, pour laquelle se préparait un changement drastique de réglementation technique. Des ressources monumentales avaient été consacrées au développement du nouveau bolide pendant près d'un an, et Brawn en était parfaitement conscient. Aussi racheta-t-il l'équipe pour la renommer Brawn GP, avec un faible budget mais l'arme fatale qu'étaient la BGP001 et son double diffuseur. À la clé, les deux titres mondiaux, à la surprise générale.

Jenson Button, Brawn GP BGP001 fête son titre

Jenson Button, Brawn GP BGP001, fête son titre

Photo de : Steve Etherington / LAT Images

Par la suite, c'est Mercedes qui a fait l'acquisition de l'écurie en vue de 2010, mais la BGP001 n'avait quasiment pas été développée au fil de la saison, et la W01 qui lui a succédé n'a donc jamais joué la victoire.

"C'était très prévisible", affirme Brawn. "Est-ce que Mercedes s'y attendait vraiment, je ne sais franchement pas. La fondation de chaque saison, c'est l'année précédente, voire les deux années précédentes. En 2009, nous ne consacrions rien à la nouvelle voiture, nous n'avions pas les ressources pour ce faire. Nous savions que remporter le championnat serait crucial et concentrions tous nos efforts là-dessus. 2010 a pâti du fait que nous n'avons pas investi en 2009."

"L'autre facteur qui a compliqué les choses – et ce n'est pas une excuse – est que nous étions au beau milieu de ce projet de restriction des ressources. Nous avions la taille idéale, nous étions le modèle de ce que [la limite] aurait dû être. Red Bull, Ferrari et McLaren étaient au-dessus et étaient censés rejoindre notre niveau progressivement. Mais ça ne s'est pas fait. C'était une transition douloureuse, il leur aurait fallu licencier des gens. Il a ensuite été clair que certaines écuries n'étaient pas intéressées. C'était une initiative des écuries, et si celles-ci ne pouvaient pas la respecter elles-mêmes, ça n'allait jamais fonctionner."

"Lorsque le Resource Restriction Agreement s'est effondré, nous avons dû expliquer au conseil d'administration de Mercedes qu'ils allaient devoir arrêter ou se préparer à investir suffisamment pour être compétitif de nouveau. Fin 2011, nous avons eu davantage de budget, nous avons reconstruit notre organisation, et les résultats ont commencé à revenir en 2012 et en 2013. Le reste, c'est de l'Histoire."

Propos recueillis par Stuart Codling

L'aventure Honda Racing F1 Team (2006-2008) en photos

Jenson Button, Honda RA106
Jenson Button, Honda RA106
1/12

Photo de: Steven Tee / Motorsport Images

Le vainqueur Jenson Button, Honda
Le vainqueur Jenson Button, Honda
2/12

Photo de: Steve Etherington / Motorsport Images

Rubens Barrichello, Honda RA106
Rubens Barrichello, Honda RA106
3/12

Photo de: Mark Capilitan

Rubens Barrichello, Honda RA107, devance son coéquipier Jenson Button, Honda RA107
Rubens Barrichello, Honda RA107, devance son coéquipier Jenson Button, Honda RA107
4/12

Photo de: Charles Coates / Motorsport Images

Rubens Barrichello, Honda RA107
Rubens Barrichello, Honda RA107
5/12

Photo de: Gareth Bumstead

Jenson Button, Honda RA107
Jenson Button, Honda RA107
6/12

Photo de: James Moy

Ross Brawn, team principal, Honda Racing F1 Team, avec la RA108
Ross Brawn, team principal, Honda Racing F1 Team, avec la RA108
7/12

Photo de: Lorenzo Bellanca / Motorsport Images

Jenson Button, Honda RA108
Jenson Button, Honda RA108
8/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Rubens Barrichello, Honda RA108
Rubens Barrichello, Honda RA108
9/12

Photo de: Andrew Ferraro / Motorsport Images

Rubens Barrichello, Honda RA108
Rubens Barrichello, Honda RA108
10/12

Photo de: Andrew Ferraro / Motorsport Images

Jenson Button, Honda
Jenson Button, Honda
11/12

Photo de: Edd Hartley

Jenson Button, Honda RA108
Jenson Button, Honda RA108
12/12

Photo de: Andrew Ferraro / Motorsport Images

partages
commentaires
Le calendrier F1 2019 définitivement validé
Article précédent

Le calendrier F1 2019 définitivement validé

Article suivant

L'application des pénalités modifiée pour 2019

L'application des pénalités modifiée pour 2019
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021