Leclerc au volant de la Ferrari pour les tests Pirelli

partages
commentaires
Leclerc au volant de la Ferrari pour les tests Pirelli
Par : Basile Davoine
19 sept. 2018 à 12:21

Charles Leclerc va participer à des tests Pirelli avec Ferrari en cette fin de semaine, sur le circuit Paul Ricard. Mercedes sera également de la partie.

Charles Leclerc, Sauber
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
La voiture de Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ dans le Parc Fermé
Toto Wolff, directeur de Mercedes AMG, et Mario Isola, directeur de la compétition de Pirelli Motorsport
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
La voiture de Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ dans le Parc Fermé
Des pneus Pirelli usés
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 lors de la parade des pilotes

Pour la première fois depuis l'annonce de sa titularisation en 2019 chez Ferrari, Charles Leclerc va prendre le volant d'une monoplace de la Scuderia. Ce sera jeudi et vendredi sur le Circuit Paul Ricard, dans le cadre d'une séance d'essais organisée par Pirelli et à laquelle participera également Mercedes.

Ces essais font partie du programme de développement du manufacturier unique de la Formule 1 pour ses pneus 2019, qui comporte encore quelques séances de roulage d'ici la fin de l'année. Les tests de cette fin de semaine revêtent une importance particulière pour Pirelli, qui va pouvoir bénéficier des deux monoplaces les plus rapides de la grille, tandis que la construction des pneus de l'an prochain doit être validée après ce roulage.

Lire aussi :

Ferrari et Mercedes ont déjà participé à des séances du programme 2019 cette année, mais à chaque fois pour le développement des gommes pluie. Il s'agira donc d'une première pour les deux équipes sur piste sèche. L'écurie allemande alignera Valtteri Bottas pour les deux journées, tandis que Ferrari va partager le temps de piste entre Sebastian Vettel et Charles Leclerc. Ce dernier pilotera la SF71H pour la deuxième fois après avoir pu en prendre le volant brièvement fin juillet à Monza, lors d'un tournage promotionnel.

"Nous faisons des essais au Paul Ricard pendant deux jours", explique Mario Isola, directeur du programme F1 de Pirelli. "Nous développons encore le produit pour l'année prochaine. Comme d'habitude, le test se fait à l'aveugle pour eux [Mercedes et Ferrari]. Nous évaluons un certain nombre de constructions, ainsi que certains nouveaux composés."

"Concernant la construction, nous arrivons à la fin de notre développement, car la date butoir pour fournir les données de la nouvelle construction est fixée au 1er octobre. C'est donc la validation finale. Nous en avons testé différentes durant l'année, pour arriver à la finalité."

"Nous avons encore quelques nouvelles idées à tester, puis nous devrons définir les pneus 2019. Avoir deux écuries de pointe est important afin de nous assurer d'une validation réussie."

Après cette séance dans le sud de la France, Pirelli aura encore un temps de roulage avec Renault après le Grand Prix du Japon, puis avec Sauber après le Grand Prix du Mexique. Dans les deux cas, l'accent sera mis sur les types de gomme. Les pneus définitifs seront testés par toutes les écuries à l'issue de la saison, à Abu Dhabi, dans la foulée du dernier Grand Prix de la saison.

"Sincèrement, c'est bien d'avoir toutes les équipes qui participent à ces séances, car nous ne voulons pas concevoir un pneu qui soit fait uniquement pour les top teams", se réjouit Mario Isola. "Le fait d'impliquer toutes les équipes fait que nous pouvons comprendre la manière dont les pneus fonctionnent sur différentes monoplaces. C'est toujours la meilleure solution."

Propos recueillis par Adam Cooper  

Prochain article Formule 1
Comment Ferrari a pris tous les risques... et a perdu

Article précédent

Comment Ferrari a pris tous les risques... et a perdu

Article suivant

McLaren envisage des réglages extrêmes pour le GP de Russie

McLaren envisage des réglages extrêmes pour le GP de Russie
Charger les commentaires