Analyse
Formule 1 GP de Grande-Bretagne

Norris a-t-il mystérieusement échappé à une pénalité sur la grille à Silverstone ?

Juste après avoir écopé d'une pénalité de cinq secondes lors du GP d'Autriche, Lando Norris a abandonné en raison des dégâts liés à son accrochage avec Max Verstappen. Mais du coup, le Britannique n'aurait-il pas dû être pénalisé sur la grille à Silverstone ? Motorsport.com vous éclaire.

Lando Norris, McLaren MCL38, de retour au stand après son accrochage avec Max Verstappen

Soyons honnêtes : parcourir la section commentaire de certains articles ou sites, c'est se frotter à des commentateurs qui, à les lire, en savent beaucoup. Souvent, à les croire, ils en savent même plus que les spécialistes ou parfois même que les acteurs d'une discipline, et ont accès à des informations ou des documents visiblement très secrets. Après la course de dimanche dernier, d'aucuns prétendent ainsi que Lando Norris aurait mystérieusement échappé à une pénalité sur la grille dont il aurait dû écoper au Grand Prix de Grande-Bretagne ce week-end.

Prenons les choses dans l'ordre et appuyons-nous sur des faits. Au 64e tour du Grand Prix d'Autriche, Max Verstappen défend sa première place face à Norris et les deux voitures entrent en contact au freinage du virage 3. C'est évidemment ce moment qui a accaparé l'attention du petit monde de la F1, qui a ensuite suivi sur les écrans de la réalisation internationale la lente rentrée au stand de la Red Bull et de la McLaren, toutes deux victimes d'une crevaison suite au contact. 

C'est aussi peu après cet incident qu'a été publiquement révélée, via une incrustation par la réalisation TV, la pénalité de 5 secondes que Norris avait reçue de la part des commissaires. Le Britannique était en effet passé en tout quatre fois au-delà des limites de piste, total à partir duquel les commissaires sont saisis et doivent infliger cinq secondes de pénalité. Si les téléspectateurs en ont été informés très exactement 36 secondes après l'accrochage, alors que Norris se trouvait entre les virages 6 et 7, en réalité cette information arrive généralement un tout petit peu plus tôt sur les écrans officiels mis à la disposition des écuries par la FOM et la FIA.

Dans la séquence qui a suivi, la Red Bull a finalement redépassé la McLaren et est arrivée au stand la première avant de repartir, les images TV montrant dans la foulée l'arrivée dans la voie des stands de Norris. C'est alors que la réalisation a changé de plan pour revenir sur la piste afin de suivre la passe d'armes entre Carlos Sainz et Oscar Piastri, l'Australien dépassant alors la Ferrari par l'extérieur au virage 6 pour s'emparer de la seconde place. Très exactement 27 secondes après avoir montré l'arrivée de Norris dans la pitlane, la réalisation est revenue dans la voie des stands pour constater que Norris devait abandonner.

Il n'en a donc pas fallu beaucoup plus à certains pour considérer que Norris, en abandonnant, n'avait pas observé la pénalité de cinq secondes infligée. Or, dans un tel cas de figure, le Règlement Sportif est très clair puisqu'il dispose à l'article 54.3 que : "Si l'une des quatre pénalités ci-dessus [dont celle de 5 secondes] est infligée à un pilote et que ce dernier n'est pas en mesure de purger la pénalité en raison de son abandon lors du sprint ou de la course, les commissaires sportifs seront en droit d'infliger au pilote une pénalité de place sur la grille lors de sa prochaine course."

Certains sont même allés jusqu'à dire que Norris a bien reçu cette pénalité sur la grille mais que celle-ci avait finalement été "discrètement levée comme par enchantement" en début de semaine.

Alors, Norris a-t-il vu une pénalité disparaître mystérieusement entre l'Autriche et la Grande-Bretagne ? La réponse est bien évidemment non. Les images embarquées depuis la McLaren #4 démontrent sans l'ombre d'un doute que lorsque le pilote est arrivé sur son emplacement et a stoppé sa voiture, son écurie s'est gardée d'intervenir pendant cinq secondes avant de changer son aileron avant, ses pneus et d'inspecter sa monoplace (moment d'attente qui est d'ailleurs capturé par la photo qui illustre cet article).

Ces images n'ont pas été montrées sur la réalisation internationale, mais sont visibles via F1 TV et surtout, plus important, les officiels de la FIA étaient évidemment aux premières loges pour observer que la pénalité était bien respectée.

Il est à noter, en sus, que Norris a officiellement parcouru 90% de la distance de course (64 tours sur 71), ce qui est suffisant pour le considérer comme classé ; dans ce cas de figure, la question reste de savoir cela suffit à ce que sa pénalité soit automatiquement appliquée à son temps de course (ce qui semble être le cas si l'on s'en tient au document officiel publié par la FIA après la course) car l'article 54.3 évoque bien un "abandon" mais ne fait jamais référence à une condition liée à la distance de course. Vu que la pénalité imposée a bien été physiquement observée par McLaren lors du dernier arrêt, l'absence de clarification ici peut prêter à confusion : si l'équipe a bien attendu 5 secondes avant d'intervenir sur la voiture, pourquoi ces 5 secondes ont également été ajoutées au temps de course de Norris ?

Quoi qu'il en soit, il n'a donc en réalité jamais été question d'une pénalité sur la grille à Silverstone, aucun document en ce sens n'a d'ailleurs été publié après la course sur le site de la FIA qui est consultable par tous et en toutes circonstances, ni par aucun site d'information digne de ce nom. 

Lire aussi :

VIDÉO - Norris et Verstappen s'accrochent en Autriche

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Horner prévient : Verstappen ne changera pas
Article suivant Red Bull dévoile une livrée spéciale pour Silverstone

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France