Panis : "Le bluff" et "l'intox" des essais hivernaux

On entend souvent a posteriori, au terme d’une saison, les pilote dire qu’ils savaient dès les premiers tours de roues si leur voiture était performante ou pas lors des essais d’avant-saison

On entend souvent a posteriori, au terme d’une saison, les pilote dire qu’ils savaient dès les premiers tours de roues si leur voiture était performante ou pas lors des essais d’avant-saison. Pourtant, tout le monde affirme qu’il est trop tôt pour dresser des enseignements actuellement. ToileF1 a demandé à Olivier Panis quel est le réel ressenti au sortir d'une monoplace après les premiers tests, sans langue de bois...

En tant qu’ancien pilote, vous avez un avis sur la question…

Je pense qu’on sait, oui, par rapport à la progression avec la saison précédente et les progrès faits entre les deux autos d’une même équipe. Donner un verdict est difficile après les premiers essais est cependant difficile, car on ne sait pas ce que font les autres équipes. Quantités, d’essence, pneus (même si l’on sait un peu mieux)… Au tarif de trois dixièmes pour 10 kilos, il est très compliqué de savoir ce qu’il en est. Maintenant, il est possible d’avoir un très bon feeling par rapport à la voiture de l’année précédente. Quant à savoir où l’on se trouvera à Melbourne, cela deviendra plus clair après les troisièmes tests de Barcelone, quand tout le monde se livrera un peu à la fin.

Pour moi, la vraie saison démarre après les trois premiers Grand Prix. Les premiers circuits sont très atypiques. C’est après que l’on peut vraiment affirmer les forces en présence.

Le bluff existe-t-il vraiment entre les équipes ?

Bien sûr, bien sûr ! Il y a de l’intox, du bluff… Dans les grosses équipes, on ne joue pas trop avec tout ça. Maintenant, tout le monde joue un petit peu. Les sponsors entrent en ligne compte, on veut mettre le pilote en confiance. Oui, ça existe aussi.

Les sponsors ont leur mot à dire et ont de réelles attentes, dirons-nous, politiques ?

Oui, bien sûr ! Je pense qu’il y a des attentes. Etre en tête de liste au terme d’une journée d’essais fait plaisir à tout le monde, aux sponsors. Même si l’on sait que c’est un peu faussé… Il ne faut pas trop en faire, car il faut éviter la déception du premier Grand Prix ! Il faut arriver à gérer ça, mais cela fait du bien aux gars qui ont bossé tout l’hiver. Reste à savoir qui, quand, comment !

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Olivier Panis
Type d'article Actualités