Pérez succède aux frères Rodríguez dans la légende mexicaine

Vainqueur de son premier Grand Prix, dimanche dernier à Sakhir, Sergio Pérez est entré dans la légende du Mexique. Son succès est le troisième pour son pilote Formule 1, cinquante ans après la victoire de Pedro Rodríguez à Spa-Francorchamps.

Le vainqueur Sergio Perez, Racing Point, sur le podium avec un drapeau mexicain

Revivez l'histoire du Mexique en Formule 1 en utilisant les flèches ci-dessous.

Le début des années 60

Le 20 septembre 1961, Ricardo Rodríguez devient le premier pilote mexicain à prendre le départ d'un Grand Prix de Formule 1. Il n'a alors que 19 ans. Au volant d'une Ferrari, il s'illustre en qualifications en signant la deuxième place. Il doit cependant abandonner en course, à cause d'un problème de pompe à essence.

La tragédie de Ricardo Rodríguez

Après avoir terminé deuxième du Grand Prix de Pau au début de la saison 1962 (une épreuve hors championnat), Ricardo Rodríguez signe au Grand Prix de Belgique son meilleur résultat en F1 avec une quatrième place. Il ne termine pas la saison avec Ferrari mais dispute le Grand Prix du Mexique, lui aussi hors championnat, avec une Lotus. C'est là qu'à seulement 20 ans, il se tue dans un accident lors des essais.

Pedro Rodríguez prend la relève

La saison suivante, son frère, Pedro Rodríguez, fait ses débuts en F1. Passé successivement chez Team Lotus et North American Racing, il rejoint Cooper et offre au Mexique sa première victoire en Formule 1 lors du Grand Prix d'Afrique du Sud 1967, au volant d'une Cooper-Maserati à moteur V12.

Rodríguez dans la légende
Trois ans plus tard, c'est à Spa-Francorchamps qu'il réédite l'exploit, cette fois au volant d'une BRM. Il s'agit de la dernière victoire de sa carrière en F1 puisqu'en 1971, près de dix ans après son frère, Pedro Rodríguez se tue à 31 ans lors d'une course disputée au Norisring, où sa voiture s'embrase après un accident. Outre ses deux victoires en F1, il aura également signé cinq autres podiums.
L'épopée Rebaque

Si Moisés Solana fait un passage discret en Formule 1 dans les années 60, avec huit départs en Grands Prix sans inscrire le moindre point entre 1963 et 1968, Hector Rebaque se fait davantage remarquer lors de la décennie suivante. Présent de 1977 à 1981, il signe pour meilleur résultat une quatrième place, à trois reprises en 1981. Rebaque est même à la tête du projet peu ordinaire de la seule écurie mexicaine en F1, portant son nom. Une histoire que nous vous avions déjà racontée ici.

Une si longue attente

Rebaque parti, le Mexique va devoir patienter 30 ans avant de retrouver un représentant en F1. En 2011, Sauber fait débuter Sergio Pérez en Formule 1. Un an plus tard, en Malaisie, il tient tête à Fernando Alonso et passe tout près de lui ravir la victoire à Sepang. Le Mexique fait en tout cas son retour sur le podium.

Gutiérrez trop discret

Lors de la saison 2013, Esteban Gutiérrez fait ses débuts avec Sauber, écurie pour laquelle il va courir trois années de suite. En 2016, le pilote mexicain dispute le championnat avec Haas. Son meilleur résultat reste une septième place décrochée au Grand Prix du Japon 2013, à Suzuka.

Pérez au sommet
Pendant ce temps, Pérez s'affirme en Formule 1, malgré une saison ratée chez McLaren en 2013. Il rebondit chez Force India, où il va décrocher plusieurs podiums, jusqu'au jour de gloire tant attendu. Alors qu'il se sait évincé par l'équipe devenue Racing Point, et future entité Aston Martin, le Mexicain s'impose au Grand Prix de Sakhir au terme d'une course folle. C'est la troisième victoire mexicaine en F1 à ce jour.
8

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Les notes du Grand Prix de Sakhir 2020
Article suivant Le championnat féminin W Series s'ouvrira au GP de France

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France