Pneus F1 : plusieurs manufacturiers candidats

Jean Todt, président de la FIA, a indiqué que plusieurs compagnies pneumatiques avaient envoyé une candidature et un dossier technique pour fournir la F1 à compter de 2020. Pirelli en fait partie.

Pneus F1 : plusieurs manufacturiers candidats

Jean Todt, président de la FIA, a confirmé que "plus d'un" fournisseur pneumatique avait déposé un dossier de candidature pour la fourniture de pneumatiques en Formule 1 sur la période 2020-2023.

Des sources laissent entendre que la société coréenne Hankook est le principal concurrent de Pirelli dans cette démarche. Michelin, que certains observateurs pensaient pouvoir être intéressé par une réponse au cahier des charges de la FIA, a fait savoir vendredi qu'aucune candidature n'avait été déposée de son côté.

La grande complication pour quiconque souhaite devenir fournisseur pneumatique en F1 concerne la superposition de deux ères de réglementation technique sur la période en question. La saison 2020 se disputera en effet avec les pneus actuels, pour lesquels Pirelli dispose d'une expérience riche et prolongée, avant que l'introduction pour toutes les équipes des roues de 18 pouces et l'interdiction des couvertures chauffantes n'entrent en application à compter de la saison 2021.

Il est fréquent de lire ou entendre que le cahier des charges requis par la FIA a été écrit pour éviter une concurrence à Pirelli, mais le cycle technique d'introduction des pneus 18 pouces est totalement indépendant de la marque italienne, qui devrait elle aussi engager des coûts importants de développement pour créer deux types de constructions sur un contrat de quatre ans.

Lire aussi :

Hankook est connu comme fournisseur dans le championnat FIA F3 et est par ailleurs le manufacturier unique en DTM depuis 2011.

"Le terme de notre appel d'offres était hier, à minuit", a précisé Jean Todt. "Je n'ai pas encore les résultats concernant qui a postulé à l'appel d'offres. Je sais qu'il s'agit de plus d'une [compagnie], ça, je le sais. Nous savions depuis un moment déjà – avant août –, que Michelin n'allait pas candidater à l'appel d'offres."

La FIA va passer les deux prochaines semaines à analyser les options et celles qui seront considérées comme techniquement en mesure de répondre au cahier des charges seront transférées à la F1, qui prendra une décision sur les questions commerciales.

Pirelli officiellement sur les rangs

"Je peux confirmer que nous sommes intéressés par l'offre", a aussi rappelé Mario Isola, patron de Pirelli F1, comme la candidature de Pirelli pour la période 2020-2023 n'avait encore rien d'officiel. "Le document technique que la FIA est assez détaillé, et nous sommes heureux d'en discuter. Comme nous l'avons dit par le passé, notre approche est de travailler ensemble pour trouver les meilleures solutions. Ils vont probablement avoir pas mal de groupes de travail technique, car ce ne sont pas juste les pneus 18 pouces qui font partie du package, mais aussi les caractéristiques des pneus qui doivent être discutées."

Isola a admis que la candidature était bien plus complexe cette fois en raison des prérequis additionnels de l'appel d'offres, particulièrement en ce qui concerne la dégradation des gommes.

"Il a fallu du temps pour l'analyser et préparer un document, en raison du fait qu'il faut fournir beaucoup de détails techniques. Avant le 14 septembre, la FIA répondra à chaque candidat, en disant s'il est éligible ou non pour fournir les pneus. J'espère que nous le serons après huit ans en F1 ! Bien entendu, il s'agit de la procédure normale. Après vient ce qui est appelé phase 2, et la phase 2 est l'accord commercial avec la F1."

"C'est compliqué, car il y a beaucoup de détails, pas seulement en termes de dégradation. La dégradation est le plus visible, mais il y en a beaucoup sur la fenêtre de fonctionnement, sur la pointe de performance, ou encore les caractéristiques de rigidité des pneus. Il y a beaucoup de détails dans la lettre d'objectifs et nous sommes heureux de l'avoir, car au moins, il s'agit d'un document partagé avec tout le monde sur lequel tout le monde peut se mettre d'accord et suivre ce qui est indiqué. Du point de vue technique, oui, c'est un défi : 18 pouces, pas de couvertures, ça fait beaucoup."

Lire aussi:

 

partages
commentaires
Pénalité pour Ericsson, évolution Renault pour Verstappen

Article précédent

Pénalité pour Ericsson, évolution Renault pour Verstappen

Article suivant

McLaren déclare son intérêt pour Pérez

McLaren déclare son intérêt pour Pérez
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021