Le sujet des grilles inversées divise à nouveau le paddock

L'envie de tester les grilles inversées semble de nouveau mise en avant par la Formule 1, mais tous les acteurs du paddock ne partagent pas le même avis.

Le sujet des grilles inversées divise à nouveau le paddock

Au lendemain de Qualifs Sprint qui n'ont pas déchaîné les passions, bien que Ross Brawn défende le contraire en évoquant un samedi après-midi riche en action, la question de l'avenir d'un tel format se pose un peu plus. On le sait depuis jeudi, la Formule 1 envisage de transformer ce sprint en course à part entière, dissocié des qualifications donc, ce qui ouvrirait du même coup la porte à l'idée des grilles inversées.

Le patron sportif de la F1 assure que l'idée est en partie venue des pilotes, ces derniers estimant que les Qualifs Sprint ne récompensaient pas suffisamment la prise de risques. Les grilles inversées elles, un temps évoqué l'an passé mais rejetées par Mercedes, ont toujours le soutien de Ferrari, qui l'a redit par la voix de Mattia Binotto. Néanmoins, l'unanimité est loin d'être atteinte et les craintes se manifestent également.

"Je soutiendrai ce que les fans estiment être divertissant", explique à Motorsport.com le directeur d'Aston Martin, Otmar Szafnauer. "Cependant, je pense que la grille inversée s'éloigne beaucoup de ce que ce sport a toujours été. Personnellement, je ne voudrais pas que cette course sprint du samedi se transforme en une pente glissante vers de la Formule 2. Si c'est ce que les fans veulent, alors j'ai tort, et faisons ce qu'ils veulent. Mais je ne crois pas que la Formule 1, pinacle du sport automobile, devrait commencer à créer du spectacle avec du lest, des grilles inversées et ce genre de choses."

Ces arguments sont les mêmes que ceux de plusieurs opposants à l'idée de grille inversée. Sur ce sujet, la position de Mercedes, qui avait entravé la possibilité de la tester en 2020, n'a pas évolué. "Je reste sur la même ligne, c'est diluer l'ADN de la F1 et l'idée de mérite", tranche Toto Wolff, directeur de l'écurie allemande. "Les courses sprint méritaient d'être essayées. Je ne sais pas si nous les conserverons. Mais les grilles inversées, on peut le faire dans les formules de promotion, où l'on veut voir les qualités des pilotes pour dépasser. Ce n'est pas quelque chose dont nous devrions nous approcher en Formule 1."

Tout le problème pour les dirigeants de la F1 sera de faire converger les avis sur cette question, car il est clair qu'elle divise et continuera de le faire. Les opinions sont relativement tranchées dans un sens comme dans l'autre, et il suffit par exemple d'interroger Lando Norris pour se rendre compte de la diversité des points de vue.

"Si c'est une grille inversée qui a une influence pour le championnat, je n'en suis pas fan, y compris en formules de promotion", confie le pilote McLaren. "Mais pour que ce soit juste plus passionnant, plus amusant pour les fans, je crois que c'est super. C'est plus un défi pour nous et l'équipe, puis on peut mettre ça de côté pour le dimanche lorsque la course principale arrive. Il y a donc cette excitation supplémentaire le samedi, qui est à part, et je crois que c'est la chose la plus importante."

Propos recueillis par Jonathan Noble et Luke Smith

Lire aussi :

partages
commentaires
La grille de départ du GP d'Italie

Article précédent

La grille de départ du GP d'Italie

Article suivant

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021