Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - Pourquoi certaines évolutions Ferrari n’ont pas fonctionné

partages
commentaires
Technique - Pourquoi certaines évolutions Ferrari n’ont pas fonctionné
Par : Giorgio Piola
Co-auteur: Matt Somerfield
23 oct. 2018 à 16:45

Le retour en force de Ferrari au Grand Prix des États-Unis semble correspondre au moment où ses ingénieurs ont réalisé que certaines évolutions techniques n’ont pas fonctionné.

Dans sa lutte pour le titre mondial, Ferrari n’a cessé de modifier ses SF71H pour finalement se rendre compte, en effectuant des tests comparatifs, qu'il avait peut-être fait fausse route et que la voiture originale était toujours très efficace.

Lire aussi :

Au volant d’une voiture compétitive à Austin, Sebastian Vettel a vite compris que ses récents déboires auraient pu être évités. "Ça a pris trop de temps. On peut voir ça comme une bonne nouvelle [d'être de retour en forme] mais aussi comme une mauvaise. Si l'on doit revenir à une voiture qui était compétitive il y a trois ou quatre mois, alors ce n'est sûrement pas une bonne nouvelle quand on y réfléchit. Pour nous, sur le plan technique, c'est important de comprendre ce qui s'est mal passé."

Le pilote allemand semble toutefois oublier que certaines solutions techniques et évolutions ont néanmoins très bien fonctionné. Voyons comment cette SF71H a évolué.

Singapour

Ferrari a accéléré le développement de ses monoplaces à l’occasion du Grand Prix de Singapour. L’écurie italienne savait que traditionnellement, ses voitures étaient à l’aise sur ce circuit urbain tandis que les Mercedes connaissaient des difficultés.

Après avoir disputé deux courses sur des circuits rapides, Spa et Monza, Ferrari a donc introduit plusieurs nouveautés destinées à générer beaucoup d’appui.

Aileron arrière de la Ferrari SF71H, GP de Singapour

Aileron arrière de la Ferrari SF71H, GP de Singapour

Photo de: Gorgio Piola

La grande nouveauté fut sans conteste l’aileron arrière muni de dérives échancrées ; une solution inaugurée par McLaren, puis reprise par Renault et Mercedes et destinée à accroître l’appui.

Le fond plat et les dérives latérales ont aussi été modifiés et réalignés afin de modifier la vélocité des flux d’air dans cette région critique de la voiture sur ce circuit urbain relativement lent.

Détails techniques de la Ferrari SF71H

Détails techniques de la Ferrari SF71H

Photo de: Giorgio Piola

Russie

Aileron avant de la Ferrari SF71H

Aileron avant de la Ferrari SF71H

Photo de: Giorgio Piola

Ferrari a apporté plusieurs modifications à l’avant de la SF71H lors du Grand Prix de Russie. Cela a sans doute porté ses fruits, car Ferrari a conservé ce concept. On note un nouveau rebord inférieur des dérives d’aileron, semblable à celui inauguré par Red Bull Racing en 2017 et essayé par Ferrari en Hongrie cette année. Il se distingue par un rebord désormais incliné, surélevé et éloigné du bord d’attaque de l’aileron [1]. Ferrari aussi modifié d’autres parties de l’aileron.  

Le profil courbé du bord d’attaque est un peu plus prononcé [3], ce qui modifie l’écoulement de l’air tandis que les éléments intérieurs [4], qui repoussent l’air vers l’extérieur, ont aussi été révisés. Une fente additionnelle a été ajoutée à la dérive [5]. On note aussi que la transition entre la section externe de l’aileron et la partie centrale est désormais beaucoup plus douce qu’auparavant [6].

Ferrari a aussi modifié les aubes de déviation [2] ; une partie de la voiture qui était demeurée inchangée depuis le début de la saison 2018. Le design original, relativement simple, a fait place à des aubes aux formes beaucoup plus complexes.

Kimi Räikkönen a testé une nouvelle suspension arrière qui n’a toutefois pas donné satisfaction et fut retirée.

Japon

Écope de freins de la Ferrari SF71, Suzuka

Écope de freins de la Ferrari SF71, Suzuka

Photo de: Giorgio Piola

Les Ferrari sont arrivées au Japon munies de nouvelles écopes de freins affublées de deux nouvelles ailettes, notamment une, plus proéminente, située sous l’écope (flèche rouge) et destinée à guider les filets d’air provenant de l’aileron avant. Cette écope a donné de bons résultats et a été conservée.

Comparaison des planchers de la Ferrari SF71H, Suzuka

Comparaison des planchers de la Ferrari SF71H, Suzuka

Photo de: Giorgio Piola

La Scuderia a testé un nouveau fond plat muni d’une fente élargie qui s’étire jusqu’à la cloison verticale arrière (illustrée en jaune). Ce fond plat n’a pas été utilisé au Japon, car l’équipe a noté que les débris de pneus avaient tendance à s’accumuler dans cette fente élargie. Une version corrigée du fond plat a donc été produite pour le Grand Prix des États-Unis.

Ferrari a effectué un pas en arrière en retirant les dérives à échancrures de l’aileron arrière utilisées à Singapour et en Russie. Selon les ingénieurs, cette solution handicapait les voitures sur les longues lignes droites. Räikkönen a encore une fois essayé la nouvelle suspension arrière, qui ne fut pas conservée du reste du week-end.

États-Unis

Ferrari a peaufiné les modifications apportées au Japon afin de les faire fonctionner correctement.

Détails de l'aileron avant de la Ferrari SF71H

Détails de l'aileron avant de la Ferrari SF71H

Photo de: Giorgio Piola

Ainsi, on note l’addition d’un canard supplémentaire à l’aileron avant (flèche blanche) aux autres situés sur la surface intérieure de la dérive. Ces canards sont destinés à mieux former les flux d’air qui sont déviés des pneus avant. Toutefois, à cause de la pluie, ils furent retirés après la journée de vendredi.

Les extensions échancrées du bord d’attaque des rebords des dérives ont aussi été modifiées (flèche rouge dans l’image ci-dessous). On note désormais neuf extensions au lieu de six précédemment. Elles servent probablement à modifier la forme et la vélocité des vortex générés.

Détails des dérives latérales de la Ferrari SF71H, GP des États-Unis

Détails des dérives latérales de la Ferrari SF71H, GP des États-Unis

Photo de: Giorgio Piola

Deux aubes verticales ont été ajoutées au rebord situé un peu plus en arrière (flèche bleue), elles aussi destinées à mieux guider les filets d’air.

Plancher de la Ferrari SF71H, GP des États-Unis

Plancher de la Ferrari SF71H, GP des États-Unis

Photo de: Giorgio Piola

Certains changements apportés au fil des courses ont vraiment procuré des gains, comme la version améliorée du fond plat introduite au Japon. L’ajout de ces nombreuses petites cloisons a résolu le problème d’accumulation de débris de pneus constaté à Suzuka. Toutefois, ce fond plat fut mis de côté après les essais à Austin.

Cela ne signifie pas qu’il n’a pas bien fonctionné, mais plutôt que l’écurie italienne n’a pas pu vraiment constater ses effets lors des essais perturbés par la pluie.

On est forcé de constater que la soudaine compétitivité des Ferrari dotées d’anciennes pièces tend à prouver que certaines évolutions n’ont pas procuré les gains espérés. Il est évident que des nouveautés, comme l’aileron de Singapour et le fond plat testé au Japon, n’ont pas amélioré la compétitivité des SF71H. L’équipe a mis beaucoup de temps à s’en rendre compte.

Ferrari doit donc maintenant comprendre pourquoi son programme de développement n’a pas fonctionné comme prévu.

 
Article suivant
La FIA pourrait discuter de la question des jantes avec les écuries

Article précédent

La FIA pourrait discuter de la question des jantes avec les écuries

Article suivant

Ticktum a fait son premier test en F1

Ticktum a fait son premier test en F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Giorgio Piola
Type d'article Analyse