Les nouveaux patrons de Williams "ne se cachent pas"

Très discrets, les nouveaux propriétaires de Williams ne se montrent quasiment pas sur les Grands Prix mais travaillent avec l'actuelle équipe dirigeante pour définir les priorités des prochains mois.

Les nouveaux patrons de Williams "ne se cachent pas"

Si l'on excepte – et ce n'est évidemment pas anodin – l'absence désormais remarquée de Claire Williams sur les Grands Prix, difficile de déceler tout autre signe de changement au sein de l'écurie de Grove. Dorilton Capital a racheté l'équipe il y a quelques semaines mais n'a pas fait de révolution, et les nouveaux propriétaires font preuve d'une grande discrétion. Ils se limitent jusqu'à présent à une communication très contrôlée et minimaliste, sans prise de parole publique.

Lire aussi :

Derrière cette attitude se cache la volonté forte de ne précipiter aucune décision mais aussi d'assurer la stabilité du navire. "Matthew Savage était au Mugello avec l'équipe", confie Simon Roberts, directeur de l'écurie par intérim. "Il était présent avec un autre membre du conseil d'administration et un dirigeant de son staff. Ils étaient donc là. Ils ne donnaient pas d'interview mais c'était leur première en Formule 1 et je m'attends à les revoir. Ils ne se cachent pas."

Simon Roberts a pris les rênes du quotidien de l'écurie dans la foulée du départ de Claire Williams, auquel les nouveaux propriétaires n'étaient visiblement pas préparés. Le Britannique découvre un nouveau rôle "évidemment chargé et mouvementé" mais se soucie guère de son cas personnel dans une période qui, malgré des apparences calmes, s'avère décisive pour l'avenir. Il s'agit principalement de définir la bonne stratégie afin de conjuguer l'immédiateté des performances visibles en piste et la négociation capitale du tournant réglementaire de 2022.

Simon Roberts, directeur général de Williams F1

"Nous essayons de conserver une stabilité de l'équipe dirigeante avec les nouveaux propriétaires, c'est vraiment important pour eux et pour le reste de l'équipe", explique Roberts. "Ma promotion permet cela. Nous travaillons désormais avec les nouveaux propriétaires au quotidien pour examiner ce que nous devons faire pour progresser, savoir quel est le programme à long terme et comment nous pouvons trouver de la performance dans l'équipe sur une longue période. Il n'y a pas de solution rapide. Nous sommes engagés sur le long terme, tout comme Dorilton."

"Nous examinons tout. Ce que nous ne voulons pas faire, c'est abandonner 2021. Je pense qu'il est vraiment important de garder l'équipe active et compétitive. Nous essayons donc de créer un plan à court terme et, si nous le pouvons, reproduire le cap franchi par l'équipe entre 2019 et 2020. Si nous pouvons faire quelque chose comme ça, nous serons ensuite en bonne position pour l'an prochain. Nous ne voulons pas non plus sacrifier les efforts tournés vers 2022, car il y a de nouvelles règles, les restrictions financières vont commencer à se sentir, et nous ne voulons pas laisser passer cette opportunité. Je ne veux pas entrer dans les détails spécifiques, mais nous examinons tout ça en établissant les priorités sur une longue période."

Une fois ces priorités correctement établies, se feront-elles avec ou sans Simon Roberts à la barre ? "Franchement, ce n'est pas quelque chose sur quoi nous nous sommes vraiment concentrés", répond l'intéressé. "Tout le processus de vente s'est déroulé plus vite que ce que chacun d'entre nous pensait, puis Claire a pris sa décision et ce fut un choc pour nous tous. Le plus important était de maintenir la continuité. Je suis vraiment ravi que l'on me demande ça, j'y prends du plaisir et j'espère continuer à le faire plus longtemps, mais nous n'en avons même pas discuté. Ce n'est pas la priorité sur ma liste et ce n'est pas la leur non plus. Il y a énormément de travail à faire et nous sommes tous concentrés là-dessus, sur le fait de faire aller l'équipe de l'avant."

partages
commentaires
FIA et pilotes F1 ont échangé sur les restarts après Safety Car
Article précédent

FIA et pilotes F1 ont échangé sur les restarts après Safety Car

Article suivant

Les progrès de Renault ont amplifié l'amertume de perdre Ricciardo

Les progrès de Renault ont amplifié l'amertume de perdre Ricciardo
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021