Pietro Fittipaldi - La F1 pour ambition, Le Mans pour rêve

Petit-fils du double Champion du Monde Emerson, Pietro Fittipaldi souhaite devenir le premier de sa famille à remporter les 24 Heures du Mans.

Pietro Fittipaldi - La F1 pour ambition, Le Mans pour rêve
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara F312 - Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara F312 - Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara F312 - Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara F312 - Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara F312 - Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi, Fortec Motorsports Dallara Mercedes-Benz
Pietro Fittipaldi

La famille Fittipaldi a pourtant connu le succès en Formule 1, en NASCAR, aux 500 Miles d'Indianapolis et aux 24 Heures de Daytona, mais la légendaire course du Mans lui échappe encore.

"Bien sûr que je veux faire Le Mans," a déclaré Pietro dans une interview exclusive avec Motorsport.com. "Personne ne s'y est imposé dans ma famille, bien que nous ayons fini deuxième plusieurs fois."

"Nous avons remporté la F1, les 500 Miles d'Indianapolis, les 24 Heures de Daytona, même en NASCAR, mais nous n'avons jamais remporté les 24 Heures du Mans, donc si j'obtiens l'opportunité de courir dans une bonne équipe, je serai le premier."

Christian Fittipaldi ainsi que Max Papis, l'oncle de Pietro, ont tous deux couru au Mans, et Papis s'est classé deuxième de sa catégorie en 2004 et en 2005.

Malgré son ambition de participer aux 24 heures, Pietro écarte l'endurance de ses projets à court terme : son objectif clair est de courir en Formule 1 en suivant les traces de son grand-père Emerson.

Nombreux sont les Brésiliens qui inspirent le jeune pilote de F3 Europe : "Mon oncle Max Papis est marié à la soeur de ma mère, il m'aide beaucoup, tout comme Christian Fittipaldi, le cousin de ma mère. Je ne les vois pas comme des idoles mais plus comme des amis ou des mentors."

"Nelson Piquet Jr aussi, nous sommes très bons amis et il m'aide, il me guide."

Pedro, petit frère de Nelson, courra justement en F3 Europe la saison prochaine. Pietro Fittipaldi écarte d'un revers de main la possible rivalité entre pilotes brésiliens.

"Je ne vois pas ça ainsi, Pedro est mon ami. En piste, je me moque de son drapeau ou de son nom, je me bats contre lui en tant que pilote, je me bats contre tout le monde."

Une saison de F3 difficile

Dans sa première année en F3 Europe chez Fortec Motorsports, Pietro s'est classé dix-septième du championnat et huitième du classement rookies après une saison difficile face à un plateau compétitif.

"C'était difficile, je m'attendais à un peu mieux," reconnaît le Brésilien. "J'ai fait de mon mieux, l'équipe a fait de son mieux, mais pour des raisons que nous ignorons, nous n'étions pas réguliers du tout."

"Cela venait de moi ou de la voiture, je ne sais pas. Au premier meeting, nous étions compétitifs, dans le top 4 ou top 5, et au meeting suivant, nous étions 25e. La voiture convenait à certains circuits mais pas à d'autres."

Fittipaldi ne participera pas au Grand Prix de Macao mais se prépare pour une nouvelle saison de F3 Europe. Il a notamment disputé le meeting de Yas Marina en MRF Challenge, où il a signé trois podiums dont une victoire, et continue à analyser ses options pour 2016.

GP2 en 2017?

Alors que son objectif demeure un volant en F1, Fittipaldi estime qu'en 2017, l'étape suivante sera la GP2 et non le GP3 : "Les gens ne cessent de dire que le GP3 est plus haut que la F3 mais pour moi, honnêtement, c'est assez similaire."

"Si on regarde le plateau, les meilleurs pilotes de GP3 sont évidemment bons, mais en général, si on regarde le plateau entier, la F3 est plus compétitive. Donc pour moi, l'étape suivante sera le GP2 plus que le GP3," conclut-il.

partages
commentaires
Steve McQueen, la passion de la course assouvie sur grand écran
Article précédent

Steve McQueen, la passion de la course assouvie sur grand écran

Article suivant

Docu vidéo - Soutenez l'incroyable défi manceau de Frédéric Sausset

Docu vidéo - Soutenez l'incroyable défi manceau de Frédéric Sausset
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021