Aleix Espargaró et Aprilia toujours plus proches du podium

Aleix Espargaró continue de croire le podium possible pour Aprilia cette saison, bien qu'il ait vu une nouvelle opportunité lui échapper à Portimão, de peu.

Aleix Espargaró et Aprilia toujours plus proches du podium

Aleix Espargaró a admis qu'il s'attendait à un peu plus du Grand Prix du Portugal, troisième manche de la saison. Il a pourtant décroché son meilleur résultat de ce début de championnat, et plus largement depuis le GP d'Aragón 2018, une sixième place assortie une nouvelle fois d'un écart réduit sur la tête de la course, puisqu'il n'a concédé que 8"8 au vainqueur, soit la moitié moins que lors de l'édition précédente de cette course, disputée en novembre dernier.

"Ce n'était pas mal, mais sincèrement je m'attendais à un peu plus", a souligné le pilote Aprilia, qui s'est dit "assez sûr" de pouvoir se battre pour le podium après le warm-up, où il avait pu afficher un rythme élevé en pneus usés. "J’ai commencé le warm-up avec un pneu arrière qui avait déjà dix tours, quand j’ai fini il en avait 20, et j’ai réussi à terminer en 1’39 mais je n’ai pas pu rééditer cela en course. Je n'avais aucun grip, je pense en raison des températures de piste, [qui étaient] de 32/35°C. J'étais très nerveux au début, car je ne pouvais pas accélérer, j'ai fait deux ou trois highsides. Et puis, tour après tour, j'ai lentement commencé à récupérer des places."

Lire aussi :

Huitième à l'issue du premier tour, Espargaró a joué des coudes avec Franco Morbidelli, Marc Márquez et Jack Miller en début de course, avant de se stabiliser à nouveau à la huitième place, derrière Brad Binder. L'écart avec le pilote KTM a toutefois lentement augmenté de tour en tour, jusqu'à rendre tout dépassement impossible pour l'Espagnol. Les deux dernières places gagnées l'auront été à la faveur des chutes à l'avant de la course.

"Dans la dernière partie de la course, j'ai réussi à rouler en 1’39, mais le problème c'est que le pilote qui était devant moi, Binder, était encore plus rapide. C’était incroyable parce que j’étais de plus en plus rapide tour après tour et je roulais en 1’39 mais je n'arrivais pas à rattraper les gars du podium. C'est donc un peu frustrant", a admis Espargaró, conscient toutefois qu'il confirme course après course un niveau supérieur à celui de la saison dernière. "Nous avons prouvé une fois de plus que nous ne sommes toujours pas parfaits pour nous battre pour la victoire et pour le podium, mais que nous en sommes vraiment très proches. On est P6 au championnat donc on a une bonne moto, un bon équilibre, mais il faut encore franchir une dernière marche en matière de compétitivité."

Le podium ? "Nous n'attendrons pas l'année prochaine"

Les progrès accomplis par Aprilia pendant l'intersaison ne font plus de doute, néanmoins Aleix Espargaró les modère quelque peu lorsqu'il s'agit de se projeter vers son idée fixe, à savoir monter enfin sur le podium. Se montrer aux avant-postes, même régulièrement, c'est une chose, mais réussir à figurer parmi les trois premiers sous le drapeau à damier requiert un effort supplémentaire, pas si évident.

"La différence entre chaque pilote et chaque machine en MotoGP est toujours plus petite. L'année dernière nous n'étions pas si mal et cette année nous ne sommes pas si bons, mais nous sommes un peu plus proches. Et puis mon feeling avec la moto s'est un peu amélioré, donc ma confiance a augmenté. C’est comme un cycle. Pas à pas, on se rapproche des meilleurs pilotes. Mais oui, la moto est certainement plus compétitive, sinon je ne pourrais pas me battre, cependant nous devons encore travailler un peu sur certains points", juge-t-il.

"Lorsque je suis seul en piste, je peux prendre des trajectoires différentes, avec plus de vitesse de passage. Je peux être plus compétitif que lorsque je suis en groupe. Dans la course, j'ai eu beaucoup de mal à suivre Binder, alors que quand j'étais seul, parce qu'il s'éloignait, je pouvais prendre mes trajectoires et je pense que j'étais l'un des pilotes les plus forts en 1'39 dans la dernière partie de la course, mais c’était trop tard."

"Je pense que [ça va venir] petit à petit, la saison est très longue", estime Espargaró, tout de même enthousiasmé par un début de championnat indéniablement prometteur, avec trois entrées dans le top 10 et déjà 25 points obtenus (contre 42 sur l'ensemble de la saison dernière), en plus de ses multiples apparitions aux premières places des séances d'essais.

"Nous sommes P6 au championnat. Je me suis plus ou moins battu dans le groupe du podium dans les trois courses, donc cela me donne beaucoup de confiance. Petit à petit, je pourrai améliorer ma confiance et me battre pour le podium", assure-t-il. "En tout cas, je suis globalement satisfait de ma performance. Nous sommes très rapides et mettre la moto dans le top 6 en MotoGP, je pense que c'est quelque chose d'important pour Aprilia. Mais je crois qu'à Jerez, nous pourrons être encore plus proches. Donc, petit à petit, je pense que cette année nous serons sur le podium, [j'y crois] à 100%. Nous n'attendrons pas l'année prochaine."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo se rassure, mais ne veut pas penser au championnat

Article précédent

Quartararo se rassure, mais ne veut pas penser au championnat

Article suivant

Triple opération réussie pour Martín, qui vise le Mugello

Triple opération réussie pour Martín, qui vise le Mugello
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Portugal
Catégorie Course
Lieu Portimão
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Aprilia Racing Team
Auteur Léna Buffa
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021