Aleix Espargaró et Aprilia toujours plus proches du podium

Aleix Espargaró continue de croire le podium possible pour Aprilia cette saison, bien qu'il ait vu une nouvelle opportunité lui échapper à Portimão, de peu.

Aleix Espargaró et Aprilia toujours plus proches du podium

Aleix Espargaró a admis qu'il s'attendait à un peu plus du Grand Prix du Portugal, troisième manche de la saison. Il a pourtant décroché son meilleur résultat de ce début de championnat, et plus largement depuis le GP d'Aragón 2018, une sixième place assortie une nouvelle fois d'un écart réduit sur la tête de la course, puisqu'il n'a concédé que 8"8 au vainqueur, soit la moitié moins que lors de l'édition précédente de cette course, disputée en novembre dernier.

"Ce n'était pas mal, mais sincèrement je m'attendais à un peu plus", a souligné le pilote Aprilia, qui s'est dit "assez sûr" de pouvoir se battre pour le podium après le warm-up, où il avait pu afficher un rythme élevé en pneus usés. "J’ai commencé le warm-up avec un pneu arrière qui avait déjà dix tours, quand j’ai fini il en avait 20, et j’ai réussi à terminer en 1’39 mais je n’ai pas pu rééditer cela en course. Je n'avais aucun grip, je pense en raison des températures de piste, [qui étaient] de 32/35°C. J'étais très nerveux au début, car je ne pouvais pas accélérer, j'ai fait deux ou trois highsides. Et puis, tour après tour, j'ai lentement commencé à récupérer des places."

Lire aussi :

Huitième à l'issue du premier tour, Espargaró a joué des coudes avec Franco Morbidelli, Marc Márquez et Jack Miller en début de course, avant de se stabiliser à nouveau à la huitième place, derrière Brad Binder. L'écart avec le pilote KTM a toutefois lentement augmenté de tour en tour, jusqu'à rendre tout dépassement impossible pour l'Espagnol. Les deux dernières places gagnées l'auront été à la faveur des chutes à l'avant de la course.

"Dans la dernière partie de la course, j'ai réussi à rouler en 1’39, mais le problème c'est que le pilote qui était devant moi, Binder, était encore plus rapide. C’était incroyable parce que j’étais de plus en plus rapide tour après tour et je roulais en 1’39 mais je n'arrivais pas à rattraper les gars du podium. C'est donc un peu frustrant", a admis Espargaró, conscient toutefois qu'il confirme course après course un niveau supérieur à celui de la saison dernière. "Nous avons prouvé une fois de plus que nous ne sommes toujours pas parfaits pour nous battre pour la victoire et pour le podium, mais que nous en sommes vraiment très proches. On est P6 au championnat donc on a une bonne moto, un bon équilibre, mais il faut encore franchir une dernière marche en matière de compétitivité."

Le podium ? "Nous n'attendrons pas l'année prochaine"

Les progrès accomplis par Aprilia pendant l'intersaison ne font plus de doute, néanmoins Aleix Espargaró les modère quelque peu lorsqu'il s'agit de se projeter vers son idée fixe, à savoir monter enfin sur le podium. Se montrer aux avant-postes, même régulièrement, c'est une chose, mais réussir à figurer parmi les trois premiers sous le drapeau à damier requiert un effort supplémentaire, pas si évident.

"La différence entre chaque pilote et chaque machine en MotoGP est toujours plus petite. L'année dernière nous n'étions pas si mal et cette année nous ne sommes pas si bons, mais nous sommes un peu plus proches. Et puis mon feeling avec la moto s'est un peu amélioré, donc ma confiance a augmenté. C’est comme un cycle. Pas à pas, on se rapproche des meilleurs pilotes. Mais oui, la moto est certainement plus compétitive, sinon je ne pourrais pas me battre, cependant nous devons encore travailler un peu sur certains points", juge-t-il.

"Lorsque je suis seul en piste, je peux prendre des trajectoires différentes, avec plus de vitesse de passage. Je peux être plus compétitif que lorsque je suis en groupe. Dans la course, j'ai eu beaucoup de mal à suivre Binder, alors que quand j'étais seul, parce qu'il s'éloignait, je pouvais prendre mes trajectoires et je pense que j'étais l'un des pilotes les plus forts en 1'39 dans la dernière partie de la course, mais c’était trop tard."

"Je pense que [ça va venir] petit à petit, la saison est très longue", estime Espargaró, tout de même enthousiasmé par un début de championnat indéniablement prometteur, avec trois entrées dans le top 10 et déjà 25 points obtenus (contre 42 sur l'ensemble de la saison dernière), en plus de ses multiples apparitions aux premières places des séances d'essais.

"Nous sommes P6 au championnat. Je me suis plus ou moins battu dans le groupe du podium dans les trois courses, donc cela me donne beaucoup de confiance. Petit à petit, je pourrai améliorer ma confiance et me battre pour le podium", assure-t-il. "En tout cas, je suis globalement satisfait de ma performance. Nous sommes très rapides et mettre la moto dans le top 6 en MotoGP, je pense que c'est quelque chose d'important pour Aprilia. Mais je crois qu'à Jerez, nous pourrons être encore plus proches. Donc, petit à petit, je pense que cette année nous serons sur le podium, [j'y crois] à 100%. Nous n'attendrons pas l'année prochaine."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo se rassure, mais ne veut pas penser au championnat

Article précédent

Quartararo se rassure, mais ne veut pas penser au championnat

Article suivant

Triple opération réussie pour Martín, qui vise le Mugello

Triple opération réussie pour Martín, qui vise le Mugello
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021