MotoGP
17 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
13 jours
C
GP d'Andalousie
24 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
20 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
33 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
40 jours
C
GP de Styrie
21 août
-
23 août
Prochain événement dans
48 jours
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
68 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
76 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
83 jours
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
97 jours
16 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
104 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
111 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
-
08 nov.
Prochain événement dans
125 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
132 jours

Ben Spies va bien revenir à la compétition, mais en enduro

partages
commentaires
Ben Spies va bien revenir à la compétition, mais en enduro
Par :
22 nov. 2017 à 11:33

C'est décidé : l'ancien Champion du monde WSBK et pilote MotoGP va bel et bien faire son retour à la compétition en 2018, mais pas sur circuit.

Ben Spies
Ben Spies, Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Ben Spies, Yamaha Factory Racing
Ben Spies
Ben Spies, Yamaha Factory Racing, et Casey Stoner, Repsol Honda Team
Ben Spies, Yamaha Factory Racing
Ben Spies, Yamaha Factory Racing
Ben Spies, Yamaha Factory Racing
Ben Spies fête sa victoire sur le podium
Ben Spies
Ben Spies, Yamaha Factory Racing
Ben Spies

Ben Spies avait fait savoir que sa décision ne tarderait pas et elle est désormais prise : il va disputer la saison prochaine le Championnat national américain d'Enduro. "C'était vraiment dur après mon retrait. Si vous n'avez pas été pilote depuis que vous êtes jeune, comme cela a été mon cas, vous ne pouvez pas vraiment comprendre ce que ça fait lorsque quelque chose comme ça vous est retiré", explique-t-il à Cycle World.

Contraint de quitter le MotoGP en 2013 à cause d'une lourde blessure à l'épaule, Ben Spies a souffert de ce retrait forcé et précoce, jusqu'à ce qu'il recommence peu à peu à rouler en tout-terrain et qu'il se rende compte que sa condition physique lui permettait de produire l'effort qu'il souhaitait sur une durée de plus en plus longue.

"Mon épaule droite en est probablement à 70%, mais je sais que je peux tenir la moto", précise-t-il à présent, un déclencheur qui lui permet de s'inscrire pour la saison à venir de l'Enduro américain en catégorie Pro2, avant d'envisager grimper les échelons. "Si j'arrive à passer l'année sans blessures, je pense que je peux encore me battre pendant deux ou trois ans et peut-être rendre quelque chose à ce sport", estime-t-il.

Il s'agit toutefois bien d'un engagement en tout-terrain, sans que les plus grands championnats sur piste dans lesquels Ben Spies a excellé soient à ce jour envisagés. "Je suis suffisamment intelligent pour savoir que le MotoGP et le World Superbike sont impossibles, mais j'adore piloter des motos tout-terrain. Je ne suis pas Jean-Michel Bayle, mais j'adore ça. J'aimerais voir ce que je peux faire", indique-t-il.

MotoGP et WSBK sont impossibles, mais pas le MotoAmerica

Arrivé en MotoGP dès 2008 avec de premières wild-cards, Ben Spies a été engagé en tant que titulaire à partir de 2010, après avoir fait étape par le World Superbike où il a révélé au public européen un talent hors-norme, remportant une course sur deux de son unique saison. D'abord engagé avec Tech3 pour ses véritables débuts en Grand Prix, il a ensuite remplacé Valentino Rossi au sein de l'équipe officielle Yamaha, avant de rejoindre finalement Pramac où sa carrière a tourné court. Il avait entre-temps inscrit son nom au palmarès, avec une victoire à Assen en 2011, ainsi qu'une pole position et six podiums.

Aujourd'hui, les Championnats du monde sont, certes, inaccessibles après une telle absence, néanmoins le circuit n'est pas totalement rayé de la liste des envies de Spies, à en croire le test qu'il a récemment effectué au guidon d'une Kawasaki ZX-10R répondant au règlement Superstock du MotoAmerica, appellation actuelle de l'AMA Superbike.

Reboosté par ce test, Spies a bel et bien tenté de monter un programme dans le championnat américain, où il a tant brillé au début de sa carrière et notamment avec trois titres Superbike qui l'ont propulsé sur la scène internationale. Il a pour cela repris contact avec le clan qui l'entourait du temps où il écumait les pistes américaines, puis mondiales, à commencer par son ingénieur Tom Houseworth.

"Si une telle chose devait arriver, j'aurais mes gars d'avant avec moi sur le circuit, mais cela n'a jamais dépassé le stade des discussions", explique le Texan, qui a manqué de fonds pour s'engager pour une saison. "Tout ne se passe pas en un jour, mais j'étais là où j'avais besoin d'être si j'avais dû avancer et faire en sorte que ça se fasse."

"Je le prenais sérieusement", précise-t-il. "J'étais à un niveau de forme qui me permettait d'être prêt pour février si j'avais décidé de revenir à la course sur circuit ou d'essayer l'enduro. J'ai encore la volonté de courir."

Article suivant
Jarvis : "Rossi prendra une décision après trois ou quatre courses"

Article précédent

Jarvis : "Rossi prendra une décision après trois ou quatre courses"

Article suivant

Essais Jerez - Iannone meilleur temps de la première journée

Essais Jerez - Iannone meilleur temps de la première journée
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Ben Spies
Auteur Léna Buffa