La note pour la dernière saison de Suzuki ? 0 selon l'ancien patron

Pour l'ancien chef de projet de Suzuki en MotoGP, la dernière saison du constructeur japonais vaut la note la plus basse, tout simplement car l'objectif de remporter le titre n'a pas été atteint.

Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

On pourrait se dire que Suzuki a quitté le MotoGP sur une bonne note, ayant remporté deux des trois derniers Grands Prix, ceux d'Australie et de Valence, avec Álex Rins. Pourtant, Shinichi Sahara retient surtout que l'équipe, titrée deux ans plus tôt, n'a pas atteint son objectif sur l'ensemble de la saison 2022.

Le championnat avait plutôt bien débuté pour Suzuki, qui se trouvait en tête du classement des équipes, avec Álex Rins et Joan Mir respectivement quatrième et sixième chez les pilotes au soir du Grand Prix d'Espagne. Le lendemain, la direction de la marque annonçait à ses troupes sa décision de mettre fin à son engagement à l'issue de la saison, ce qui allait provoquer une cassure incontestable. Les chutes se sont alors enchaînées et la malchance est venue s'en mêler avec la blessure de Rins à Barcelone puis celle de Mir pendant l'été, mais plus globalement les performances n'ont tout bonnement pas été à la hauteur des attentes.

Il allait falloir attendre la phase finale de la saison pour voir Suzuki s'imposer, avec la victoire de Rins en Australie puis sa domination éclatante sur la toute dernière course, à Valence. Au classement des équipes, Suzuki est descendu au sixième rang, tout en étant l'avant-dernier constructeur parmi les six participant au championnat ; chez les pilotes, Rins a dû se contenter de la septième place et Mir, longtemps convalescent, n'a terminé que 15e.

L'édition japonaise de Motorsport.com a interrogé Shinichi Sahara, chef de projet de l'équipe, pour savoir quel jugement il portait sur cette saison 2022 et son verdict est sans appel. "On me demande souvent comment j'évalue ce que nous avons réalisé par rapport à notre objectif initial pour l'année. Notre objectif initial était de gagner le championnat, et comme nous ne l'avons pas atteint, [je nous mets] donc zéro point", répond-il.

Pour autant, Shinichi Sahara estime que les performances de la GSX-RR méritent un certain crédit. "En ce qui concerne la performance des motos développées à Hamamatsu et la performance de l'équipe, je pense que nous avons montré notre véritable potentiel dans la dernière partie des courses. Pour avoir été capables de montrer cela, je serais heureux de leur attribuer 80 points [sur 100]. Mais comme je l'ai dit précédemment, en termes de classement sur l'ensemble de la saison, c'est zéro."

河内健/佐原伸一

Ken Kawauchi et Shinichi Sahara dirigeaient l'équipe Suzuki

Ken Kawauchi, qui était le directeur technique de l'équipe, a suivi un raisonnement similaire et attribué 70 points pour cette saison : "70 points, je pense... Ce n'était pas mauvais au début de la saison, et c'est redevenu bon à la fin, mais il a été difficile de faire cela tout au long de l'année. 'Je pense que c'est pour cette raison qu'il est si difficile de gagner le championnat. Cependant, en termes de performance de la moto, je pense que nous avons été en mesure de rivaliser avec les autres marques, même si nous avions quelques problèmes. Je pense donc que j'évaluerais cela à 70 points."

Lire aussi :

Le creux traversé par l'équipe en milieu de saison a pu être interprété comme une conséquence directe de la décision de Suzuki, annoncée en mai, cependant Shinichi Sahara assure que celle-ci n'a pas eu d'effet négatif sur la motivation qui régnait dans le stand, qui a même été décuplée.

"Je pense que cela a pu ressembler à [une baisse de motivation] vu de l'extérieur", explique l'ancien chef de projet. "Au milieu de la saison, au sein de l'équipe nous nous sommes dit que ça n'était pas juste, mais je pense plutôt que notre motivation a augmenté. Bien sûr, nous avons ressenti quelque chose comme 'nous allons leur prouver qu'ils ont tort', et je pense qu'il y avait un fort désir de gagner parce que c'était la dernière saison. Mais cela n'a pas abouti à un bon résultat."

"Ce n'était pas nécessairement dû à une erreur ou quelque chose comme ça, mais il y a eu des accidents, des cas de force majeure et ce genre de choses. Álex et Joan ont été blessés dans des chutes et je pense que c'est en grande partie la raison pour laquelle nous n'avons pas pu avoir un bon rythme dans la partie centrale [du championnat]."

En évoquant la victoire finale obtenue à Valence, Shinichi Sahara admet en revanche, et non sans pudeur, que "cela a été une belle histoire". Son expression en dit long sur le fait que cette équipe aura bel et bien fait tout ce qu'elle pouvait jusqu'au bout.

Lire aussi :
Photo officielle de la Suzuki GSX-RR 2022

Les membres de l'équipe Suzuki ont essayé de rester motivés jusqu'au bout

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Avec la Ducati, Álex Márquez va savoir s'il peut être rapide
Article suivant Ces pilotes MotoGP qui sont revenus chez un constructeur

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France