Noms de GP : quatre nouveautés et le retour du GP d'Europe

Les Grands Prix "doublés" sont au nombre de cinq en MotoGP, ce qui a obligé à trouver de nouvelles appellations, certaines inédites pour le championnat créé il y a 71 ans.

Les lourdes difficultés logistiques imposées par la situation sanitaire mondiale et l'impossibilité, pour le moment, d'envisager des courses hors d'Europe ont donné lieu à des calendriers centrés sur le Vieux Continent pour les Championnats du monde ayant réussi à définir un nouvel agenda à ce jour. En MotoGP, pour parvenir à officialiser 13 épreuves, les instances ont retenu huit pistes différentes et décidé d'organiser pas moins de sept manches sur quatre circuits espagnols ; trois d'entre eux accueilleront effectivement deux épreuves en l'espace de deux semaines afin de réduire les complications engendrées par les déplacements. Ce sera également le cas du Red Bull Ring et de Misano.

Lire aussi :

À l'instar de la Formule 1, qui fait figurer deux nouveaux noms de Grands Prix à son calendrier remanié de 2020, le MotoGP a donc dû trouver de nouvelles appellations pour ces épreuves qui seront disputées en double cette année. Puisqu'il n'est absolument pas nouveau que plusieurs Grands Prix se déroulent dans un même pays (même si ces sept courses espagnoles cette année constitueront un record dû à la situation exceptionnelle que nous connaissons), il a été possible de s'inspirer des démarches adoptées par le passé, et notamment celle qui veut que la région donne son nom au Grand Prix.

Ainsi, afin d'organiser deux courses à Jerez au début de cette saison, il a été décidé de créer le Grand Prix d'Andalousie du nom de la région autonome dans laquelle est situé le circuit. Cette nouvelle appellation est la 51e à figurer au championnat, alors que Jerez conserve par ailleurs l'organisation du Grand Prix d'Espagne dont il est habituellement l'hôte. Par le passé, la piste andalouse a également accueilli en 1988 un Grand Prix dit "Expo 92" (afin de promouvoir l'Exposition universelle devant se tenir à Séville), même si certaines archives gardent cette édition en mémoire comme Grand Prix du Portugal du nom de l'épreuve qui aurait dû se tenir à cette date, initialement prévue à Estoril. C'était la première fois, en 1988, que deux épreuves du championnat se tenaient dans le même pays, mais cela allait devenir bien plus fréquent par la suite.

En août, le Red Bull Ring suivra le même schéma en accueillant à la fois le Grand Prix d'Autriche et celui de Styrie, du nom du Land dans lequel est située la piste. Il s'agit d'une appellation également retenue par la F1 cette année, qui y donnera le coup d'envoi de son championnat le 5 juillet. Cette même logique s'appliquera en octobre avec la création du Grand Prix du Teruel, qui tient son nom de l'une des trois provinces formant la région d'Aragón, celle de la ville d'Alcañiz près de laquelle se déroulera la course.

En septembre, Misano fera également la promotion de son territoire pour ses deux Grands Prix, avec une particularité toutefois : cette épreuve porte déjà habituellement la marque de la Riviera de Rimini (la côte touristique située à quelques kilomètres de là) mais aussi de Saint-Marin, micro-État sur lequel le circuit n'est pas situé. Cette fois, le choix a été fait de conserver l'appellation officielle de Grand Prix de Saint-Marin et de la Riviera de Rimini, et d'en créer une autre différant légèrement et plus fidèle à la réalité géographique : Grand Prix d'Émilie-Romagne et de la Riviera de Rimini.

La cinquième course "doublée" de cette saison, celle de Valence, marquera quant à elle le retour du Grand Prix d'Europe, pour la première fois depuis 1995. Cette appellation est apparue pour la première fois en 1992 et, comme dans le cas du Grand Prix Expo 92, c'est l'annulation d'une autre épreuve qui avait alors poussé les instances à en programmer une deuxième en Espagne, d'où ce besoin de trouver à l'époque un nom différent du Grand Prix d'Espagne habituel. C'est à Jarama (qui a connu cinq noms de Grands Prix différents !) que s'était tenu ce premier Grand Prix d'Europe, avant d'être organisé pendant quatre ans à Barcelone.

Lire aussi :

partages
commentaires
Un team satellite Aprilia en 2022 ? Gresini en fait sa priorité

Article précédent

Un team satellite Aprilia en 2022 ? Gresini en fait sa priorité

Article suivant

Les progrès d'Aprilia plus importants que l'argent pour Espargaró

Les progrès d'Aprilia plus importants que l'argent pour Espargaró
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021