Rossi teste une évolution de châssis, sans succès

Valentino Rossi a testé lundi, à Jerez, une évolution de châssis qui n'a toutefois par trouvé grâce à ses yeux.

Le Docteur a beau occuper la tête du championnat depuis Austin, il continue à témoigner de grandes difficultés, centralisées sur l'avant de sa machine. S'il est parvenu à compenser ses soucis en course lors des trois premières manches, pour systématiquement s'inviter sur le podium et ainsi se constituer le capital de points qui lui permet aujourd'hui d'être aux commandes, Jerez aura été bien plus complexe.

Cette fois, le choix de réglages opéré lors du warm-up n'a pas porté ses fruits et a même empiré la situation, jusqu'à le faire rétrograder à la dixième place au terme des 27 tours de course, à 38"6 du vainqueur. "On a testé quelque chose de différent sur les réglages, malheureusement cela n'a pas fonctionné en course", résume le pilote Yamaha. "On a essayé de faire une modification assez grosse pour avoir moins de patinage, d'autant qu'en dehors de la performance on s'inquiétait de finir la course, sauf que cela n'a pas fonctionné. J'ai continué à beaucoup patiner et en plus je n'entrais plus vite dans les virages."

"Aujourd'hui [lundi] on avait des réglages plus normaux", soulignait Valentino Rossi lundi soir alors qu'il en terminait de sa journée d'essais post-course sur la piste andalouse. Son 21e temps, à 1"828 de son coéquipier Maverick Viñales, leader de la séance, même s'il demande à être relativisé par le fait que l’Italien n'a pas pris la piste lorsque les conditions étaient les plus favorables aux chronos, ne témoignait de rien de bon.

Le problème ne vient pas du châssis

Au programme de cette journée se trouvait une évolution châssis, grâce à laquelle le pilote Yamaha espérait trouver une base plus satisfaisante. Las, les problèmes sont restés bel et bien présents. "On a testé un châssis un peu différent, parce qu'on essaye d'améliorer ce feeling sur l'avant qui me manque un peu avec cette moto, mais on n'a pas réglé la question", indiquait Rossi.

"Il ne me plaît pas, il est très, très similaire. Le problème n'est pas là, on l'a un peu mieux compris désormais", soulignait-il, alors que cette compréhension était probablement le signal le plus encourageant à retenir de cette journée de travail. "Malheureusement le nouveau châssis ne fonctionne pas mieux, mais pendant ce test on a essayé certaines choses différentes et je crois qu'on a compris quelque chose d'important pour essayer de régler le problème en entrée de virage pour l'avenir."

Le prochain rendez-vous est fixé pour la semaine prochaine sur le circuit Bugatti du Mans, où un récent test a livré des indications encourageantes à Valentino Rossi. Il espère donc pouvoir rebondir, sur une piste qui présente un bitume très abrasif et où les températures devraient être moins élevées qu'à Jerez. "Il faut qu'on essaye d'être compétitifs dès la prochaine course. Pendant le test du Mans, on avait été plutôt compétitifs", pointe-t-il.

S'il veut tenter d'être optimiste en vue du Grand Prix de France, Rossi admet toutefois être un peu inquiet, constatant que cette entame de championnat lui a posé bien des problèmes : "Avec cette moto, il y a eu plus de fois où j'ai eu du mal que de fois où ça s'est bien passé. Austin s'est bien passé et je suis monté trois fois sur le podium, mais on doit essayer de faire un peu mieux."

Il n'en reste pas moins que Valentino Rossi est l'un des rares à avoir marqué des points lors de chacune des quatre premières courses, avec notamment trois podiums à son actif, ce que personne n'a réussi à réaliser. Mais avec deux points d'avance sur Viñales, quatre sur Márquez et dix sur Pedrosa, il devient urgent pour lui d'ouvrir son compteur de victoires.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de mai à Jerez
Sous-évènement Lundi
Circuit Circuito de Jerez
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités