Le LMP2 se cherche un avenir brillant
#36 Signatech Alpine A450B Nissan : Nelson Panciatici, Paul-Loup Chatin, Vincent Capillaire
#47 KCMG Oreca 03 - Nissan : Matthew Howson, Richard Bradley, Tsuigo Matsuda
#26 G-Drive Racing Ligier JS P2 Nissan : Roman Rusinov, Julien Canal, Sam Bird
Pierre Fillon, Président ACO
#40 Krohn Racing Ligier JS P2 Judd : Tracy Krohn, Niclas Jonsson, Oswaldo Negri Jr.
#46 Thiriet by TDS Racing Oreca 05 Nissan : Pierre Thiriet, Ludovic Badey, Tristan Gommendy
#30 Extreme Speed Motorsports Honda HPD ARX-03B : Scott Sharp, Ryan Dalziel, David Heinemeier Hansson et la #31 Extreme Speed Motorsports Honda HPD ARX-03B : Ed Brown, David Brabham, Jon Fogarty

Alors que le plateau LMP2 du Championnat du Monde d'Endurance a connu quelques soubresauts l'an passé, les concurrents sont plus nombreux cette année. Leur nombre est toutefois passé à huit lors de l'ouverture de la saison à Silverstone, avec l'absence de dernière minute du team SARD Morand.

L'Automobile Club de l'Ouest, l'IMSA et la FIA, qui organisent tous des compétitions impliquant des prototypes LMP2, réfléchissent actuellement à la mise en place du nouveau règlement pour la catégorie à partir de 2017. L'objectif est d'en assurer la viabilité et la pérennité.

L'obsession de la réduction des coûts

On le sait depuis le dernier Conseil Mondial du Sport Automobile, le futur règlement aura un objectif de réduction des coûts conséquent, qui passera notamment par un moteur unique. Celui-ci sera choisi parmi les 21 motoristes ayant répondu à l'appel d'offres.

Tandis que les tractations se poursuivent, l'ACO a communiqué les objectifs primordiaux qu'il faudra atteindre avec le nouveau règlement. Ils sont définis comme tels :

  • Proposer une voiture LMP2 plus performante pour un budget moindre
  • Assurer une compétition serrée et sportive
  • Créer un modèle économique propre pour développer et engager les LMP2
  • Protéger les concurrents contre une compétition déloyale et la course au développement

Surtout, le nouveau règlement devra tenir compte d'un impératif de taille, qui sera de permettre aux équipes d'engager leurs LMP2 dans les championnats de leurs choix, avec des échelons différents entre les championnats continentaux que sont l'Asian Le Mans Series, l'European Le Mans Series et le TUDOR United SportsCar Championship, et le Championnat du Monde WEC qui inclut les 24 Heures du Mans.

Moins de constructeurs, autant de stabilité

Pour diminuer les coûts, l'intention est également de diminuer le nombre de constructeurs avec une offre moins diversifiée. Auquel cas les places seront chères…

"Nous menons actuellement des discussions avec les constructeurs et les équipes pour trouver la meilleure solution possible en vue du nouveau règlement technique 2017", confirme Pierre Fillon, Président de l'ACO. "Nous devons avoir bien en tête que le LMP2 n’est pas une catégorie pour les grands constructeurs automobiles en dehors de l’Amérique du Nord, mais est avant tout destiné aux équipes privées et aux pilotes. Nous devons donc bâtir un modèle économique performant pour eux mais aussi pour les fabricants de châssis et les motoristes."

"Nous poursuivons également cette logique d’économie d’échelle pour la partie électronique (équipement unique) et châssis (nombre de constructeurs limité) tout en prenant garde de conserver une variété de voitures chère à nos fans."

"La priorité est de parvenir à une réduction des coûts en LM P2 de l’ordre de 20 % sans altérer la compétitivité de machines à même de courir en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. Nous faisons tout pour que la catégorie LM P2 offre aux équipes et aux pilotes la meilleure solution aux équipes pour courir en endurance dans un prototype de type Le Mans lors des années à venir."

L'actuel règlement LMP2 a été établi il y a 11 ans, revu en 2009 puis en 2011 pour limiter les coûts. C'est cette même stabilité que cherchent à trouver les organisateurs pour la prochaine mouture qui verra le jour en piste en 2017.

partages
SARD Morand renonce au programme de télé-réalité Race to 24
Article précédent

SARD Morand renonce au programme de télé-réalité Race to 24

Article suivant

Dempsey quitte Grey's Anatomy, l'aventure 100% Porsche démarre

Dempsey quitte Grey's Anatomy, l'aventure 100% Porsche démarre
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021