Toyota, un podium et une deuxième place au classement

À la peine en qualifications face aux Porsche et aux Audi, Toyota a réussi à se hisser sur le podium en profitant des déboires de ses rivaux. Mieux, l'équipage de la n°6, dont le meeting avait pourtant mal commencé, grimpe au 2e rang du classement.

Toyota, un podium et une deuxième place au classement
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
Podium: #6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
Podium: #6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi

Toyota revient de loin. Déjà en délicatesse en termes de performance sur le Nürburgring, le constructeur nippon avait bien mal commencé son week-end mexicain, Stéphane Sarrazin détruisant la TS050 n°6 contre le muret des stands lors de la séance libre du jeudi, le Français ayant perdu le contrôle de sa voiture à haute vitesse à la sortie de la courbe de Peraltada.

Si Sarrazin sortait indemne, la voiture devait faire l'impasse sur les EL1 et EL2. Lors des qualifications, les Toyota demeuraient en retrait des Porsche et des Audi, la n°5 se classant au cinquième rang à neuf dixièmes de la pole, alors que la n°6 accusait logiquement 2,2 secondes de retard sur le meilleur chrono.

Après une heure et demie de course, l'équipe Toyota connaissait deux coups durs. Alors au volant de la numéro 6, Mike Conway s'accrochait avec une LMP2, et écopait d'un drive through pour cette incident, la voiture n'étant en revanche pas endommagée lors de cette mésaventure. Plus grave quelques minutes plus tard : Kazuki Nakajima rentrait la numéro cinq aux stands, en proie à un problème électrique, qui contraignait finalement le Japonais et ses équipiers à l'abandon.

Mais la Toyota rescapée allait reprendre du poil de la bête, gérant au mieux les montes pneumatiques lors des averses sur le circuit de Mexico, et remontait jusqu'au troisième rang. Momentanément deuxième, l'équipage Stéphane Sarrazin/Mike Conway/Kamui Kobayashi concluait finalement la course à une excellente troisième place qui, grâce aux déboires de l'Audi n°8, permettait aux trois hommes de grimper au deuxième rang du championnat derrière le trio de la Porsche n°2.

C'est incroyable d'être sur le podium et d'être deuxièmes au championnat !

Stéphane Sarrazin, pilote de la Toyota n°6

"J'étais vraiment frustré de mon crash du jeudi, car cela ne me ressemble pas", expliquait Stéphane Sarrazin à l'issue de la course. "Mais les mécaniciens ont fait un super boulot en travaillant toute la nuit pour réparer la voiture. Nous avons tous donné notre maximum, et parfois nous commençons une épreuve avec beaucoup de difficultés, mais nous la terminons de façon positive".

"Lorsque j'étais dans la voiture, je pensais aux mécaniciens, ce qui m'a motivé à donner encore plus", poursuit le pilote français. "Je me sentais bien dans la voiture et, avec Mike, Kamui et nos ingénieurs, nos avons un beau package. C'est incroyable d'être sur le podium et d'être deuxièmes au championnat !"

Autre son de cloche naturellement du côté de Sébastien Buemi, contraint à l'abandon sur la numéro 5. "Bravo à la numéro six pour son podium, et pour sa deuxième place au championnat, ce qui est impressionnant", commente le pilote suisse. "Je suis déçu de notre course car j'avais fait un premier relais très compétitif. Nous avons montré que nous avions une bonne performance, et je pouvais facilement suivre les Audi et les Porsche. C'est bien pour l'équipe de faire un podium, mais maintenant nous nous concentrons sur Austin".

partages
commentaires
Un podium mais des regrets pour Audi à Mexico
Article précédent

Un podium mais des regrets pour Audi à Mexico

Article suivant

Davidson - Les jeunes pilotes n'ont pas les "bons outils" pour le LMP1

Davidson - Les jeunes pilotes n'ont pas les "bons outils" pour le LMP1
Charger les commentaires
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021