Citroën avait prédit la pole à Muller

Si Yvan Muller fut le premier surpris d'avoir décroché la pole position sur le Slovakiaring, un circuit où il s'attendait à souffrir, cette performance fut conforme aux prévisions de ses ingénieurs.

Citroën avait prédit la pole à Muller
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC

Lestées de 80 kg pour les deux premières manches de la saison, les Citroën C-Elysée avait déjà quelque peu marqué le pas au Castellet, même si la marque aux Chevrons était repartie du Var avec une pole et une victoire (course 2) pour José Maria Lopez.

Mis en difficulté lors de l'ouverture de la saison en raison d'une pénalité écopée après un départ anticipé dans la course 1, Yvan Muller s'apprêtait à souffrir plus encore sur le Slovakiaring, où le surpoids des Citroën allait selon lui se faire davantage ressentir sur les longues courbes rapides du tracé slovaque.

Après s'être montrées en retrait lors des essais libres, les Citroën haussaient le ton en qualifications, Muller et Lopez se hissant tous deux en Q3 pour disputer la pole. Et, à l'issue d'un tour d'anthologie, Muller décrochait la pole position, devançant de peu la Lada de Catsburg, le Néerlandais s'intercalant entre les deux Citroën.

Pour Muller, la satisfaction était à la hauteur de l'étonnement. "Nous avons beaucoup travaillé sur les réglages course lors des qualifications", confiait-il à sa sortie de voiture. "Avant le weekend, je ne m'attendais pas à la pole position, mais nos ingénieurs nous l'avaient prédit sur la base de leurs calculs, je n'étais pas d'accord avec eux, mais au final ils ont eu raison".

En attendant Budapest...

Mais tout reste à faire en course pour Muller et son équipe, mais le quadruple champion du monde entend bien jeter toutes ses forces dans la bataille, avant de se battre à nouveau à armes égales dans une semaine en Hongrie.

"Le top 5 est très serré, on l'a vu, il est clair que le lest est difficile à gérer, mais on va se battre", poursuit-il. "Et on sera mieux à Budapest dans une semaine, où nous perdrons du poids, et où nos adversaires en prendront…" 

partages
commentaires
Qualifications - La pole pour Yvan Muller
Article précédent

Qualifications - La pole pour Yvan Muller

Article suivant

L'incroyable scénario du MAC3 en Slovaquie

L'incroyable scénario du MAC3 en Slovaquie
Charger les commentaires