Après les doutes, Peterhansel content de remettre le couvert avec Mini

partages
commentaires
Après les doutes, Peterhansel content de remettre le couvert avec Mini
Par : Willy Zinck
28 nov. 2018 à 16:02

Le Français va prendre part à son 30e Dakar en janvier prochain, après avoir longuement hésité à rempiler. Il retrouvera chez X-Raid ses compères de chez Peugeot, Carlos Sainz et Cyril Desprès.

Stéphane Peterhansel a longtemps pesé le pour et le contre concernant sa participation à la prochaine édition du Dakar, qui se tiendra exclusivement au Pérou du 6 au 17 janvier prochain.

Après une dernière épreuve bouclée en quatrième position et la fin du programme Peugeot sur la classique du rallye-raid, une incertitude de plusieurs mois a en effet plané sur l'engagement du Français, mais ce dernier rempilera bel et bien pour une 30e édition.

Content de retrouver Sainz et Desprès chez X-Raid

Le fait d'assurer une certaine continuité, en retrouvant ses coéquipiers de la marque au lion, Carlos Sainz et Cyril Despres, au sein du team Mini X-Raid, n'a sans doute pas été étranger à cette volonté de se lancer de nouveau dans l'aventure.

"Je prends cela comme une chance de pouvoir repartir avec eux [avec Mini]", a expliqué Peterhansel auprès de Motorsport.com. "C'était d'ailleurs eux qui étaient demandeurs, à un moment où je me demandais si j'allais poursuivre sur le Dakar. Je me suis posé la question pendant trois, quatre mois, et finalement ça me manquait un peu. Mes options alors étaient Toyota et Mini, et j'ai vraiment préféré aller avec Mini."

"Monsieur Dakar", 13 victoires à son actif, n'arrivera donc pas en terre inconnue au sein de la structure allemande, avec laquelle il a concouru de 2012 à 2014, empochant au passage deux succès et une deuxième place.

"On a eu de très bons souvenirs, car on a quand même gagné en 2012 et 2013 avec Mini, même si après la fin a été un peu plus compliquée", se souvient Peterhansel. "Depuis, de l'eau est passée sous les ponts, et on a l'occasion de rouler avec une voiture sympa. Le buggy qui a été construit par Mini, c'est une voiture qui est bien née, et c'est un plaisir de retrouver mes coéquipiers qui sont Carlos Sainz et Cyril Desprès."

Lire aussi :

Lors de son passage chez Peugeot, le pilote de Haute-Saône avait également remporté le Dakar en 2016 et 2017, avant un hiatus cette année après s'être fait piéger à deux reprises sur le parcours.

Pour 2019, l'itinéraire sera certes moins varié mais n'en demeurera pas moins très complexe. L'omniprésence de dunes dans le désert péruvien rendra en effet difficile la prise de repères pour la navigation.

Dans ces circonstances, l'expérience de Français pourrait bien s'avérer précieuse, lui qui depuis ses débuts sur l'épreuve, en 1988, a eu l'occasion de sillonner de multiples déserts, que ce soit en Afrique ou en Amérique du Sud, en moto ou en auto.

Un nouveau copilote 

D'ailleurs, si on se remémore le déroulé de la précédente édition, on ne peut qu'être optimiste quant aux chances du Français en 2019, ce dernier qui avait en effet tiré son épingle du jeu à l'issue de la première semaine, avant que les choses ne se compliquent lors de la seconde.

"L'année dernière, après une semaine, on était sortis du Pérou avec 40 mn d'avance, donc c'était bon pour nous", se souvient-il ainsi. "Mais entre-temps j'ai changé de copilote, car comme cette année je n'étais pas sûr de rouler, j'avais dit à mon copilote que s'il avait une option, il pouvait la prendre pour la suite de sa carrière. Jean-Paul Cottret est donc parti avec Cyril Desprès. Là je repars donc avec David Castera."

Lire aussi :

Il faudra sans doute un peu de temps pour que l'équipage trouve la bonne carburation, mais les deux hommes se connaissent bien pour avoir tous deux participé au projet Peugeot (Castera y a été copilote de Desprès).

L'association des deux hommes pourraient donc faire mouche en vue de la 41e édition de l'épreuve qui se profile. "Certes j'ai de l'expérience, mais finalement on ne fait que suivre les indications de son copilote", reprend Peterhansel. "Cela va donc être un ensemble, et j'espère que cela va bien se passer au niveau de la navigation. Pour l'instant, on n'a fait qu'une course de préparation, au Portugal, une Baja, ainsi que des essais."

À voir donc si cela sera suffisant pour faire bonne figure en janvier prochain.

 

Article suivant
Dakar 2019 : du sable et des nouveaux défis pour les pilotes

Article précédent

Dakar 2019 : du sable et des nouveaux défis pour les pilotes

Article suivant

La porte Citroën WRC fermée en 2019, Loeb ouvert "à toute proposition"

La porte Citroën WRC fermée en 2019, Loeb ouvert "à toute proposition"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Équipes X-Raid Team
Auteur Willy Zinck