Malgré les inquiétudes, Aston Martin maintient son projet F1

Aston Martin assure que son projet de retour en Formule 1 avec une écurie d'usine l'année prochaine est toujours d'actualité, malgré les signaux d'alerte émis par la marque quant à sa situation économique.

Malgré les inquiétudes, Aston Martin maintient son projet F1

Le constructeur britannique est lourdement frappé par la crise que provoque la pandémie de COVID-19, ce qui l'a contraint à prendre des mesures pour stabiliser sa situation financière. Lundi soir, le constructeur s'est fendu d'un communiqué expliquant que "le groupe ne dispose pas d'un fonds de roulement suffisant pour répondre à ses besoins au cours des 12 mois suivant la publication du budget original". Aston Martin précise que cette situation directement due à la pandémie et à "l'incertitude permanente et non quantifiable qu'elle a créée et continue de créer".

Pour répondre à ces inquiétudes, la possibilité de puiser dans ses 150 millions de livres de prêts et dans d'autres leviers financiers disponibles a été évoquée, dans le but de tenir le coup sur l'année à venir. Lors d'une assemblée générale, une injection de 536 millions de livres a été approuvée, grâce à un investissement couplé à une levée de fonds, qui comprend notamment un placement privé de 171 millions de livres du consortium Yew Tree, dirigé par Lawrence Stroll.

Lire aussi :

Ce dernier doit prendre la tête d'Aston Martin le 20 avril prochain, conformément à l'annonce faite en début d'année de son arrivée au capital. L'homme d'affaires canadien assure aujourd'hui que ses plans ne sont pas remis en cause malgré la crise, y compris dans l'optique de faire de Racing Point l'écurie officielle d'Aston Martin en Formule 1.

"Avec mes co-investisseurs au sein du consortium, je continue de croire passionnément en l'avenir d'Aston Martin Lagonda", insiste Lawrence Stroll. "Notre investissement de 262 millions de livres, qui assure la sécurité financière de l'entreprise, en est la preuve. C'est une augmentation de capital significative de 536 millions de livres, qui doit être réalisée par mon consortium et d'autres actionnaires dans une période très difficile. Cela offre la stabilité nécessaire afin de remettre l'entreprise sur pied pour son avenir à long terme. Nous avons un projet clair pour que ça se fasse, qui comprend l'engagement d'Aston Martin en F1 avec une équipe d'usine la saison prochaine, et j'ai hâte de travailler avec la direction pour réaliser ce programme."

Dans l'immédiat, Aston Martin a suspendu la totalité de sa production en Grande-Bretagne dans les usines de Gaydon et St Athan. Le personnel est en télétravail ou en congés, tandis que la société a recours à toutes les aides gouvernementales mises en place pour traverser la crise et stabiliser tant que possible sa situation.

Par ailleurs, les rumeurs envoyant Toto Wolff diriger l'écurie de Formule 1 après avoir quitté son poste à la tête de Mercedes se sont multipliées ces dernières semaines. Néanmoins, l'Autrichien les a fermement démenties. "Cette histoire n'est pas vraie, je ne vais pas devenir PDG d'Aston Martin", assure-t-il.

Avec Jonathan Noble  

partages
commentaires
Le circuit de Buddh transformé en centre de quarantaine

Article précédent

Le circuit de Buddh transformé en centre de quarantaine

Article suivant

Ticktum "ne verse pas un centime" pour son rôle chez Williams

Ticktum "ne verse pas un centime" pour son rôle chez Williams
Charger les commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021