Bilan mi-saison : Mark Webber

Après une saison 2011 franchement moyenne, Mark Webber avait à cœur de se racheter en 2012

Après une saison 2011 franchement moyenne, Mark Webber avait à cœur de se racheter en 2012. Avec deux victoires et une deuxième place au championnat à la pause, c'est mission accomplie malgré deux courses très moyennes avant le break du mois d'août.

Le pilote Red Bull Racing débute l'exercice 2012 par un exemple de régularité, puisqu'il termine en effet en quatrième position des quatre premiers Grand Prix de la saison, se plaçant ainsi en troisième place au classement du championnat du monde des pilotes, derrière son équipier Sebastian Vettel et Lewis Hamilton.

Lors du Grand Prix suivant, à Barcelone, Webber fut aux abonnés absents et a termina à la 11e position, sans gagner ou perdre de place par rapport à sa position de départ. Il réussira toutefois à inverser la tendance de fort belle manière deux semaines plus tard.

Parti depuis la pole position suite à une pénalité infligée à Michael Schumacher, l'Australien mène de bout en bout pour remporter pour la 2e fois de sa carrière le Grand Prix de Monaco, malgré une pression immense de la part de Rosberg, Alonso, Vettel et Hamilton, qui terminent tous en 4 secondes derrière le grand vainqueur du jour...avec une tension palpable dans le paddock, en raison des fameux trous apparus sur le fond plat de la RB8.

Une septième place au Canada plus tard, Webber va signer son deuxième chef d'œuvre de la saison au Grand Prix d'Europe dans le port de Valencia. Eliminé en Q1 et donc qualifié 19e, le vétéran australien va utiliser toute son expérience et une stratégie rondement menée pour remonter à la 4e place finale. Une position qui lui permet de s'emparer de la deuxième place au championnat qu'il n'a plus quittée depuis. Il ne l'a d'ailleurs plus quittée grâce entre autres à un succès impérial au Grand Prix de Grande-Bretagne. Parti en deuxième position, il n'a jamais paniqué et a passé Fernando Alonso pour le leadership quand les pneus de l'Espagnol n'étaient plus dans un état de fraicheur optimal. Avec deux huitièmes places en Allemagne et en Hongrie, Webber n'aborde pas la coupure de manière optimale, ayant perdu des points par rapport à Alonso sur ces deux week-ends. Il est désormais à 40 unités du pilote Ferrari, mais toujours 2e. Pour devenir champion du monde en novembre au Brésil, il lui faudra trouver une constance qu'Alonso a pu appliquer depuis le début de la saison malgré la mauvaise voiture dont il disposait au début de l'année. Spa-Francorchamps, un circuit où il a été plutôt en verve ces dernières années, sera un bon indicateur de ses chances réelles pour le titre.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Mark Webber , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Sebastian Vettel
Équipes Red Bull Racing , Ferrari
Type d'article Actualités