Au courant depuis un an, Bottas juge le DAS "difficile à copier"

Fier de la trouvaille de son écurie, le pilote Mercedes insiste sur le temps qu'il a fallu pour développer le DAS.

Au courant depuis un an, Bottas juge le DAS "difficile à copier"

Au lendemain de l'apparition du système DAS, imaginé par Mercedes pour influencer le train avant à l'aide d'une manipulation sur le volant, Valtteri Bottas estime qu'il sera très difficile pour la concurrence de copier cette idée. Le procédé n'est évidemment pas sorti du chapeau en un rien de temps et le Finlandais révèle qu'il en a entendu parler en interne pour la première fois il y a plusieurs mois. "Je suis au courant depuis longtemps", révèle-t-il. "Ce n'est pas un projet rapide. Je crois que la première fois que j'en ai entendu parler, c'était il y a près d'un an, ou quelque chose comme ça."

Lire aussi :

Le système est pour l'heure estimé conforme à la réglementation 2020 par la FIA, qui n'y voit pas non plus de problème potentiel lié à la sécurité. En revanche, il ne sera pas utilisable sous l'égide du futur règlement 2021. Dès lors, la question de le développer ou non devient encore plus délicate que prévu pour les autres écuries… 

"Bien sûr, c'est très chouette d'être la seule équipe à utiliser ce genre de système", reconnaît Bottas. "Je crois que ça en dit long sur les cerveaux qu'il y a dans notre équipe. C'est sûr que ce n'est pas quelque chose de facile à faire et à concevoir, ni à faire fonctionner tel qu'il est actuellement. Nous apprenons encore le système et son potentiel, mais je pense que dans certaines circonstances, il peut vraiment être bon. Cela se verra plus tard dans l'année, dans différentes conditions et sur différents circuits. Mais c'est assez impressionnant."

Après avoir découvert ce système, dont les bénéfices précis sont encore à décortiquer, Sebastian Vettel s'est interrogé sur sa sécurité et sur les sensations étranges que pouvait provoquer le fait de tirer et pousser le volant. Sur ce point, Bottas assure toutefois que le mécanisme est plutôt simple à apprivoiser pour le pilote. "Ce n'est pas si étrange", précise-t-il. "Le système fonctionne très bien. C'est assez solide, ça ne fait rien de bizarre et on bouge simplement le volant quand on veut. Nous avons pu simuler ça de différentes façons et l'essayer avec des outils de simulation avant de l'utiliser sur la voiture. Il n'y a pas vraiment eu de difficultés. Il a été bien conçu et bien fabriqué, c'est simple à utiliser et il n'y a pas de problème."

"Je ne crois pas que notre équipe commencerait à concevoir quelque chose si elle pensait qu'il allait être interdit", ajoute le pilote Mercedes. "Je crois que nous sommes assez à l'aise avec le fait que ça respecte les règles. Pour les autres équipes, c'est quelque chose qui entraîne une réflexion et je suis certain qu'ils sont tous en train d'évaluer si ça mérite d'investir tout ce temps et ces efforts afin d'essayer de l'avoir pour cette année ou non. Pour nous, c'était un gros projet, et ce serait assez difficile à copier. J'espère que nous pourrons avoir un avantage avec. Nous sommes bien placés en l'ayant avant les autres."

partages
commentaires
Ferrari ne contestera pas le DAS de Mercedes

Article précédent

Ferrari ne contestera pas le DAS de Mercedes

Article suivant

La sécurité des pilotes n'est pas en jeu avec le DAS selon la FIA

La sécurité des pilotes n'est pas en jeu avec le DAS selon la FIA
Charger les commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021